Jack l’Eventreur : La représentation de trop ?

Par Clara Grouzis | Publié le 01/10/2020 à 17:22 | Mis à jour le 01/10/2020 à 17:25
jack l'Eventreur street art Londres

Dans l’Est de Londres, est apparu en mars dernier, un mural représentant Jack l’Eventreur. Le pub The Duke of Wellington avait donné carte blanche à la street artiste Zabou, une française vivant à Londres, pour décorer l’un de ses murs. Dans un quartier où l’assassin est célébré partout, depuis le musée jusqu’au nom du barbier (Jack the Clipper), l’oeuvre en a laissé plus d’un dubitatif.
Certains habitants se sont même insurgés. L’écrivain Tim Elliot est monté sur la façade et a effacé le mural, le remplaçant par le nom de l’une des victimes de Jack l’Eventreur, Catherine Eddows. Alors que le débat sur les féminicides émerge sur la place publique, dans un lent mais bien réel éveil des consciences, nous pouvons être interpellés par le choix de Zabou. Ainsi, Hallie Rubenhold, auteure d’une biographie des victimes du tueur en série, propose de remplacer l’oeuvre par une représentation des cinq femmes. Célébrer les victimes plutôt que l’assassin ? Mettre en avant des femmes et non des hommes ? L’idée ne semble pas à exclure…

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Clara Grouzis journaliste Londres

Clara Grouzis

Etudiante en troisième année à Sciences Po Aix et passionnée, je me destine au journalisme
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale