Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Les maisons de luxe d'Abramovich bientôt ouvertes aux réfugiés ukrainiens ?

L'intérieur d'une maison luxueuse à LondresL'intérieur d'une maison luxueuse à Londres
Huy Nguyen - Unsplash
Écrit par Laurent Colin
Publié le 13 mars 2022, mis à jour le 13 mars 2022

Depuis l’invasion russe en Ukraine, la vie du milliardaire Roman Abramovich a considérablement changé. Celui qui annonçait la mise en vente du club de football de Chelsea début mars, est aussi en train de voir ses propriétés saisies par le gouvernement britannique.

 

Il y a tout juste trois jours, le gouvernement britannique avait annoncé de nouvelles sanctions visant plusieurs hommes d’affaires russes, dont l’oligarque Roman Abramovitch, propriétaire de Chelsea depuis 2003 et dont les avoirs sont désormais gelés.

Dans une récente déclaration, Michael Gove, Secrétaire d'État à l'Égalité des chances, au Logement et aux Communautés, a de plus signifié que les biens immobiliers du proche de Vladimir Poutine pourraient être confisqués, afin de pouvoir héberger des réfugiés ukrainiens. Il s’agirait d’une « confiscation temporaire » à des fins purement humanitaires.

Pour l’instant, si le richissime russe ne peut plus jouir de ses biens, leur mise à disposition des réfugiés est encore bien loin d’être actée en raison de nombreux obstacles juridiques.

 

Roman Abramovich posséderait au moins 70 biens immobiliers dans le pays 

Selon le Daily Mail, Roman Abramovich disposerait d’un portefeuille immobilier d’au moins 70 propriétés dans le pays, dont un manoir de 15 chambres qui abritait auparavant l’ambassade de Russie à Kensington Palace Gardens. Valeur estimée : 150 millions de livres sterling.

Autres biens dans la mire du gouvernement, un splendide penthouse de trois étages à Chelsea acheté il y a trois ans 30 millions de livres sterling ainsi qu’une maison de six étages dans le quartier de Belgravia évaluée au même prix.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024