Dimanche 21 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAIT DE CAMPAGNE – Alexandre Holroyd candidat pour La République En Marche (REM)

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 31/05/2017 à 10:26 | Mis à jour le 31/05/2017 à 12:58

 

Elections législatives. Europe du nord. Quinze candidats se sont déclarés dans la troisième circonscription d'Europe du nord et briguent le mandat de député des Français établis hors de France. Qui sont-ils ? Que défendent-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Toutes les réponses ici grâce aux portraits des candidats dressés par la rédaction. 

Pouvez-vous, en quelques lignes, vous présenter ?
Je suis le candidat investi par la République en Marche ! pour porter le projet présidentiel aux législatives pour la 3ème circonscription des Français de l'étranger.  J'ai 30 ans, je suis Franco-Britannique, européen convaincu, et j'ai décidé de m'engager en politique à la suite du référendum sur le Brexit. J'ai ensuite démissionné de mon poste de consultant en stratégie pour lancer En Marche ! au Royaume-Uni.

Quel est votre ancrage local, résidez-vous ou avez-vous habité dans l'un des 10 pays de la circonscription? 
C'est un immense honneur pour moi d'avoir été choisi pour porter les couleurs de La République en Marche ! dans cette circonscription avant tout parce qu'elle reflète ce que je suis. J'ai passé les 22 premières années de ma vie au Royaume-Uni. J'y ai été élève au lycée français, étudiant et j'y ai exercé mon activité professionnelle. 
Je connais les problématiques des Français de l'étranger pour les avoir partagées toute ma vie. Depuis l'été dernier, mon engagement à En Marche m'a permis d'aller à la rencontre des français de Londres et d'échanger sur leurs problématiques.

Quel mandat avez-vous actuellement? ou avez-vous eu ?
Je n'exerce aucun mandant, je fais partie des 52% des candidats de La République En Marche issus de la société civile et qui sont porteurs du désir de renouvellement politique que les Français ont exprimé clairement le 23 avril et le 7 mai.

Vous êtes issu(e) de la société civile, dans quel secteur travaillez-vous ? Ou quel(s) métiers avez-vous exercé ?
Jusqu'à l'été dernier, je travaillais dans un cabinet de conseil en stratégie. J'ai passé plusieurs années à Bruxelles, où je conseillais mes clients dans leurs interactions avec l'Union Européenne. Je suis retourné à Londres pour mettre en place une nouvelle offre au sein de ce même cabinet. Cela m'a permis de développer une expertise des institutions britanniques et européennes que je veux aujourd'hui mettre au service des Français de l'étranger.
Ma suppléante, Laure Philippon Maillard travaille depuis 15 ans au sein de la direction financière d'un grand groupe industriel français. Elle est notamment spécialiste des questions de financement des retraites. 

Quels sont les moteurs de votre candidature et raisons de votre engagement ?
J'ai été, comme beaucoup de Français résidant en Europe du Nord, séduit par le message novateur d'Emmanuel Macron, son engagement fort sur l'Europe et sa volonté de dépasser les clivages partisans pour rassembler les Français.

Aujourd'hui, je suis le candidat des Français d'Europe du Nord parce que je suis convaincu que seule une Assemblée Nationale qui offre une vraie majorité au Président de la République et à son gouvernement nous permettra de mettre en marche les réformes dont notre pays a besoin. Je veux porter l'exemple des pays scandinaves, sur lequel Emmanuel Macron s'est beaucoup appuyé pour le projet de refonte du système des retraites, et celui du travail.

Je suis fier et honoré d'avoir été choisi par le mouvement et je mettrai tout en ?uvre pour défendre les intérêts des Français d'Europe du Nord à l'Assemblée Nationale. Je crois que mon engagement local, mon expérience des institutions européennes et ma connaissance de la politique britannique seront des atouts importants pour être un député efficace, au service de mes concitoyens.

Vous serez notamment l'élu(e) présent(e) pour accompagner le Brexit et la sortie du pays de l'EU. Sur quels relais, soutiens, réseaux pouvez-vous compter ici ?
Je connais parfaitement les institutions de Bruxelles, pour avoir eu la chance d'y travailler pendant plusieurs années. Je sais comment se conduisent les négociations et je suis en mesure de faire valoir la voix des Français d'Europe du Nord dans les négociations entourant la sortie de l'UE.
Je connais également très bien le système politique britannique, pays dans lequel j'ai grandi et travaillé, et où j'ai tissé dans les dernières années des relations avec Whitehall et des parlementaires. Cette expérience, je veux la mettre au service des français de l'étranger, notamment dans le cadre des négociations sur le Brexit.
Mon implication au sein d'En Marche ! Royaume-Uni m'a également permis de côtoyer et de tisser des liens avec de nombreuses personnes qui occupent aujourd'hui des postes clés au sein du nouveau gouvernement et leur soutien me sera précieux dans le cadre de mes travaux parlementaires.

Elu(e) à l'assemblée nationale, ferez-vous partie de la majorité gouvernementale ou de l'opposition ? 
Fort de mon engagement de la première heure auprès d'Emmanuel Macron, je suis le candidat de La République en Marche. Je ferai donc partie de la majorité gouvernementale dont le Président a besoin pour conduire les réformes nécessaires à notre pays. 

Dans les 10 pays de la circonscription, pouvez-vous citer trois problématiques ou sujets particulièrement importants (hors Brexit) sur lesquels vous serez amené(e) à vous investir ?

Education, éducation, éducation. Le réseau d'enseignement français à l'étranger est un énorme atout. Il est indispensable d'améliorer et de pérenniser les structures, de les rendre le plus accessible possible et de les développer.

Local. Je crois à la vision anglo-saxonne et nordique d'un parlementaire qui est là pour défendre les citoyens de sa circonscription. Aujourd'hui, les Français de l'étranger restent trop peu mobilisés autour de l'élection de leur représentant au Parlement et il faut que les choses changent. Je serai un élu proche de ses électeurs, sur lequel ils peuvent compter. Tout au long de mon mandat, je maintiendrai une présence permanente en ligne et dans ma circonscription afin d'être toujours à l'écoute. 

Administration. J'agirai pour prioriser la numérisation des services administratifs consulaires dans le cadre des 5 milliards d'euros consacrés à la modernisation de l'administration et à la dématérialisation des démarches auxquelles le Président de la République s'est engagé.

Pour conclure, 5 mots clés qui résument votre motivation et votre détermination.
Expertise, Europe, Espoir, Reforme et Renouvellement. Le tout en Marche !

A Londres, Dublin et Stockholm, toutes les équipes du site LePetitJournal.com se mobilisent autour des Législatives de la 3e circonscription d'Europe du Nord. Suivez-nous et vivez en direct sur Facebook live les deux débats organisés dans la capitale britannique les 23 mai et 13 juin à 19h au King's College.

Consultez les portraits des autres candidats ici.

Antoine Engels (www.lepetitjournal.com/londres), le 19 mai 2017

 

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet