Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MAY DAY - Le 1er mai n'est pas toujours celui qu'on croit

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 28/04/2014 à 22:00 | Mis à jour le 29/04/2014 à 06:26

Ce jeudi, nos voisins de l'Hexagone profiteront d'un jour férié, plus connu sous le nom de fête du travail, ou Journée Internationale des travailleurs. Bien. Mais quid des Anglais, qui, de l'autre côté de la manche, ne semblent pas fêter le 1er mai ? Retour sur les différentes interprétations de cette date, dite symbolique.

(source photo: photogratuites.com)

Le 1er mai, ou "May Day"

Parmi toutes les dates importantes (et fériées) qui jonchent notre calendrier, le 1er mai semble être celle qui recoupe le plus de significations. May Day renvoie ainsi au 1er mai, et à ses composants. Le May Day coïncide donc parfois avec la Journée des travailleurs, mais ce terme ne renvoie pas directement à cet événement - même si l'on entend parfois cette dénomination pour parler de l'ensemble. Il y a donc deux événements bien distincts pour un même jour. 

Bien, mais qu'est ce que le May Day ? Historiquement, cela vient du festival Celtique Beltane et de l'allemand Walpurgis Night. Traditions païennes, donc, qui se transformèrent suite à l'apparition et l'accroissement de la religion chrétienne : le 1er mai était alors considéré comme le premier jour de l'été - or aujourd'hui en France, d'un point de vue culturel et non astronomique, c'est le solstice d'été du 21 juin qui marque le commencement de cette période. S'en suivent donc de nombreuses célébrations, toutes concentrées autour du feu de camp, principal symbole de ce May Day.

Il convient ici de s'arrêter sur un point important. Si la plupart des sources anglaises (plus complètes ?) parlent de la célébration de l'été, les sources françaises s'accordent, elles, sur la fin de la période sombre, et l'arrivée de la saison claire et de la période estivale. Cette période peut donc se référer à l'été, comme les sources anglaises l'affirment, mais aussi au printemps. Ce qui renvoie directement aux célébrations actuelles de l'équinoxe de printemps, autour du 21 mars, où l'on brûle un mannequin de paille pour "détruire l'hiver".

(source photo: affiche CGT de 1919)

La fête du travail : une origine souvent inconnue

Venons en au fait. Cette journée de célébration du travail provient des Etats-Unis, en mémoire des grèves du 3 mai 1886, puis le lendemain, où l'affaire de Haymarket enflamma Chicago. Alors que les manifestants défilaient pour l'obtention des 8 heures de travail par jour, la police est touchée par une bombe. 8 policiers sont morts, et des anarchistes furent arrêtés, donc 4 furent pendus, avant d'être innocentés et réhabilités. Jean-Jacques Gandini présente dans Le Monde Diplomatique l'ouvrage Histoire du Premier mai, écrit par Maurice Dommanget. Il écrit ainsi que "les martyrs de Chicago vont faire du 1er mai un symbole de la lutte des classes et de l'identité du monde ouvrier à partir du congrès socialiste international de Paris de 1889". 

En France, c'est en avril 1919 que le Sénat ratifie la journée de huit heures, et déclare le 1er mai comme jour chômé. Mais c'est sous Vichy, en 1941, que le maréchal Pétain met en place la loi Belin, qui reconnait le 1er mai comme "la fête du Travail et de la Concorde sociale" : le jour devient alors férié, chômé et payé, jusqu'à la libération. Quelques années plus tard, en 1947, la date est à nouveau instituée comme jour chômé et payé, avant de prendre officiellement le titre de "fête du Travail" en 1948. Avec cette nouvelle dénomination, certains regrettent que l'aspect "fête des travailleurs" souhaité par les syndicats n'ait disparu. La fête du travail devient alors moins politique.

Et en Angleterre, comment ça marche ? On sait que le May Day est célébré le premier lundi du mois de mai, transformant ce dernier en bank holiday, l'équivalant d'un jour férié - cette année, petit clin d'oeil, le 3 mai. Il semblerait aussi que ce day off soit l'occasion de fêter à la fois la tradition païenne de May Day, et la "fête du travail". Un comité organise ainsi chaque année le London May Day, clamant qu'en décalant la célébration au premier lundi du mois en 1978, le Labour Government de l'époque "a virtuellement séparé le Royaume-Uni de l'ensemble des autres pays d'Europe qui célèbrent May Day le 1er mai". Et pour cela, ils réclament l'instauration du 1er mai en tant que jour férié.  

Peut-on penser que dans quelques années, le 1er mai sera un jour férié des deux côtés de la Manche? Difficile à dire. En attendant, les Anglais profitent d'un week-end de trois jours, tandis que les Français se dirigeront vers les bureaux dès vendredi. Peut être en emportant avec eux un joli brin de muguet, symbole de ce 1er mai.

Cindy Jaury (www.lepetitjournal.com/londres) mardi 29 avril 2014

 

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet