Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

JARDIN – Le jardin de Estrela ou jardin Guerra Junqueiro

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 07/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 07/04/2016 à 15:54

Le jardin d'Estrela peut être considéré comme le préféré des Lisboètes et il gagne ainsi le titre de l'un des plus fameux de la capitale. Bien qu'officiellement cet espace vert ait le nom d'un poète, Abilio Guerra Junqueiro (1850-1923), tout le monde continue de lui donner sa désignation d'origine romantique et tout aussi poétique, associée à la basilique qui se situe juste en face.

Placé sur l'une des collines les plus élevées de la ville (à l'intérieur du jardin, on trouve une marque géodésique indiquant 90 mètres d'altitude). Il est délimité par une grille avec plusieurs entrées dont les deux principales sont du côté de la Basilique du Coeur de Jésus, les autres étant réparties tout autour du jardin.

Un jardin dont la création remonte au XIXème siècle
Sa fondation date de 1842, sur des terrains où subsistaient tant bien que mal des petits jardins potagers cultivés entre des baraquements de misérable aspect, propriété d'un certain Antonio José de Souza Cruz qui, par expropriation, dû les céder à la Mairie.

Adossé à ces terrains se trouvait le couvent de Notre-Dame de Estrela, où des frères bénédictins suivaient une vie austère, faite de prières et d'études. Dans ce même couvent s'installa plus tard, et après de nombreuses transformations, l'hôpital militaire qui fonctionne encore de nos jours.

On doit au notable Marquis de Tomar l'initiative d'offrir à la population de Lisbonne un lieu clos où elle puisse profiter d'un moment de loisir dans un cadre agréable et paisible, propice à la décontraction. Les travaux initiaux d'implantation des différentes espèces de végétaux furent perturbés par de longues années de troubles politiques, qui en ce milieu du XIXº siècle, agitaient la vie quotidienne de la nation portugaise. Ainsi, le jardin ne sera ouvert au public qu'en 1852, soit dix ans plus tard après sa fondation, sous le nom approprié à l'époque de "promenade de Estrela". Il fut conçu et mis en place par les jardiniers João Francisco et Jean Bonnard, celui-là même qui avait fait ses premières armes au Jardin das Necessidades sous les ordres du prince régnant Dom Ferdinand de Saxe Cobourg et Goethe.

Un jardin de conception romantique
L'intention directrice sera de créer un jardin de conception romantique de style anglais, avec un mélange varié d'essences provenant de multiples horizons, donnant à l'élément liquide un rôle important en composant des lacs plus ou moins grands, agrémentés de grottes artificielles ou non et où aiment batifoler depuis canards et autres palmipèdes. Un kiosque à musique en fer forgé, le plus ancien de la capitale, signé par l'architecte José Luis Monteiro, dont bénéficiera le jardin populaire de Estrela avait été rapporté de son premier lieu d'implantation, qui fut à l'intérieur de ce qu'on appela le "passeio público" (promenade publique), premier espace vert public de Lisbonne, supprimer au bout de quelques années, malgré les protestations de la population, pour laisser place à ce qui deviendra une partie de l'Avenue da Liberdade.

Une statuaire innovatrice pour l´époque
Au moment de l'instauration de la République, en 1910, la popularisation de la culture passa par la diffusion d'évènements culturels comme des concerts accessibles à tous et dans la même démarche cette concentration de sculptures et de statues dans ce jardin, dont le fameux "paysan avec sa houe" de l'artiste Costa Mota. L'objectif était d'éduquer artistiquement parlant la population locale, constituant une espèce de galerie à ciel ouvert, composée de pièces esthétiquement agréables au regard, ce qui changeait radicalement des hommages classiques rendus généralement à quelques hommes célèbres ou héros de la patrie.

En 1870, l'illustre personnage colonial Paivo Raposo donnera au jardin un lion ramené directement des possessions portugaises africaines et ce dernier deviendra rapidement célèbre comme étant la plus grande attraction du lieu pendant quelques années.

Un jardin riche en espèces exotiques
Ce jardin est aussi marqué aujourd'hui par la présence en son sein de nombreux oiseaux exotiques en liberté, perruches vertes à queue longue essentiellement, échappées de leurs cages et qui se sont parfaitement acclimatées à cet espace vert pour l'agrément des promeneurs.

Avec plus de 150 ans d'âge, pour la plupart, les arbres qui composent ce jardin se sont bien développés, tels les figuiers d'Australie (Ficus macrophylla), dont l'exemplaire en face du kiosque est un véritable monument végétal. Comme autres arbres emblématiques de cet espace vert, on peut signaler un ginkgo (G.biloba), arbre aux cent écus, très ornemental, surtout à l'automne grâce à la coloration multiple de ses feuilles de différents tons de jaune et une bonne représentation de conifères en tout genre; araucaria de Nouvelle Calédonie (A. columnaris), séquoias (S.sempervirens), cèdres (Cedrus atlantica ou du Liban), pins (parassol et sylvestre), ainsi que des cyprès Cupressus sempervirens) et des ifs (Taxus baccata).

Pour ce qui est des plantes à fleurs, elles sont aussi bien représentées avec comme exemples notoires le kapokier (Chorisia speciosa) qui fleurit en septembre, les Dombeyas, aux fleurs semblables aux hortensias, qui, elles, apparaissent au printemps ou encore les marronniers des Indes (Aesculus hippocastanum), qui eux aussi fleurissent en cette saison printanière, parant leur végétation de fleurs blanches ou roses selon la variété. Pour la touche purement exotique, on pourra contempler quelques palmiers de Kentia (Howea forsteriana) du Pacifique et tout une collection de plantes succulentes ou plantes grasses, composée d'agaves de différentes espèces, d'aloès, de cactus, dont celui à raquette (ou figuier de Barbarie) et pour couronner le tout, un bel exemplaire de dragonnier (Dracaena draco).

Un espace public pour tous
Avec ses pelouses bordées de végétation dense et fleurie, qui incitent à la réalisation de pique-nique en famille ou entre amis, ce jardin est aussi bien apprécié par les enfants qui y trouvent un bon espace de jeux conçu pour différents âges, une bibliothèque installée dans un kiosque tout vert pour le plaisir de lecteurs potentiels et un lieu privilégié aussi pour les amoureux et les vieux retraités, qui aiment s'y tenir en petits groupes pour discuter ou jouer aux cartes. Un parcours de manutention physique est aussi disponible à celui qui désire faire un peu d'exercice. Enfin, le troisième samedi de chaque mois, s'y déroule une foire aux antiquaires.

(Photos : M.J.Sobral)

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) reprise vendredi 5 juin 2015
Technicien agronome (laurins.andre@gmail.com)

Visite Guidée le 10 avril 2016 : prendre contact avec André Laurins pour confirmer.
e-mail : laurins.andre@gmail.com ou par téléphone : 914 699 247

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet