Lundi 22 juillet 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA MAISON FELIPPA: Une maison d’accueil et stimulation non-médicalisée

Par La Rédaction | Publié le 27/11/2018 à 17:39 | Mis à jour le 27/11/2018 à 17:42
maison felippa

Située à Paris, La Maison Felippa est une maison d’accueil et de stimulation non-médicalisée à la journée. Elle renforce l’autonomie des des personnes âgées en perte d’autonomie mais souhaitant rester vivre à leur domicile, en leur proposant notamment des activités artistiques et des ateliers de stimulation cognitive et motrice en journée.

A l’occasion du salon des services à la personne et de l’emploi à domicile qui se tient les 27 et 28 novembre à Paris. Les fondatrices de Maison Felippa, Regina de Benoist et Célia Abita, nous parlent de leur concept d’accueil dont le premier centre a ouvert ses portes, il y a deux ans.


- Qu’est-ce qui a motivé la création de la Maison Felippa ?

Regina de Benoist :  La maison Felippa est née d’un constat : la vieillesse n’est pas une maladie ! Nous voulons tous vieillir à notre domicile. Felippa est pensée comme un lieu de proximité, destiné à accueillir les personnes âgées pendant la journée. Elle apporte également une solution humaine et rassurante pour les proches et les aidants.

 

Célia Abita : La maison Felippa est née également d’une rencontre entre deux passionnées : l’affection que Regina porte à sa grand-mère Felippa et mon constat de Direction d’etablissements et du terrain de la souffrance de la personne âgée.

Nous avons décidé de fonder « la maison » de demain, où bienveillance, désir de rencontre, et d’apprentissage seront au cœur d’un accompagnement éthique et professionnel.

 

- Quelle réponse apporte la Maison Felippa au sujet de la prise en charge du grand âge  ?

RDB :  Nous avons voulu construire une solution simple et concrète à la dépendance, pour un coût correspondant à moins de 30% du prix d’un établissement pour personnes agées dépendantes.  Felippa est donc pensée comme un lieu de proximité, une solution où l’humain est au cœur de l’accueil, sans blouse blanche, où partage et plaisir sont les maîtres mots.

Notre ambition : rompre l’isolement du grand âge en travaillant sur la confiance, la valorisation de l’âge et le renforcement du lien social.

 

C.A . : Nous mettons l’accent sur la transmission du savoir tout en stimulant les capacités de communication et d’échange. D’autre part, la stimulation motrice permet une prévention des chutes, en travaillant sur l’équilibre pour redonner confiance aux personnes âgées sur le plan physique.

 

- Quelles activités y sont proposées ?

C.A. : Chaque mois, de nouveaux ateliers sont organisés en fonction des demandes : débats sur des sujets littéraires ou d’actualité, yoga, stimulation de la mémoire, prise en main de tablette, aquarelle, sécurité piétonne, chant, théâtre, Qi Kong…Tout est « prétexte » à faire travailler la mémoire, activer la réminiscence, stimuler le présent et s’ouvrir vers l’avenir.

 

RDB : Les programmes proposés sont conçus pour éviter ou retarder l’entrée en maison de retraite. Felippa collabore dans ce sens avec des spécialistes du grand âge, afin de stimuler à 100% les capacités motrices, cognitives et sociales des bénéficiaires.

 

- En quoi le sujet de l’expatriation vous intéresse-t-il ?

C.A : Aucune de nous deux n’a grandie en France. Je suis moi-même fille d’expatriés, j ’ai grandi une grande partie de mon enfance en Côte d’ivoire puis en Arabie Saoudite. Regina de Benoist est originaire de Madrid. A l’époque, le lien téléphonique n’était pas aussi développé, pas de face time, pas d’internet. L’inquiétude de mes parents était importante concernant leurs propres parents.

Aujourd’hui, près de 2 millions de Français vivent à l’étranger. 58% d’entre eux ont entre 40 et 60 ans, et 15% plus de 60 ans (France diplomatie-2017). Pour que l’expatriation soit sereine, le sujet des parents et/ou grands-parents restés « au pays » doit être pris en compte dans le projet de mobilité.

 

RDB : Les difficultés de la vie sont compliquées à surmonter quand on n’est pas sur place, lorsqu’un problème se pose comme la perte d’autonomie ou simplement le sujet de l’isolement du grand âge, on peut vite se sentir coupable de ne pas être auprès de notre famille.

 

- Quelle est la plus-value de la maison Felippa pour les proches expatriés ?

RDB :  Dès que nous sentons la moindre inquiétude d’un proche par exemple, nous envoyons sms, des photos ou un petit film de la personne accueillie.

Par ailleurs, une fois par trimestre, des lettres de synthèse sont envoyés à la famille et au médecin, ce qui permet de créer une relation triangulaire très bénéfique.

Des ateliers tournés vers les nouvelles technologies sont organisés : prise en main de tablette, apprendre à envoyer des sms, organiser des face-times. Je me souviens de cette grand-mère éberluée, qui en plein « exercice » d’apprentissage de l’internet a vu apparaître sa fille et ses petits-enfants de Londres, en direct à l’écran ! Je vous assure, c’est mieux qu’un médicament  !

 

- Comment pouvons-nous vous rencontrer ?

Sur notre site, ou par téléphone au 01 46 51 26 03. Après un rendez-vous de préadmission, nous proposons une prise en charge en adéquation avec le rythme, l’envie et les besoins de la personne et/ou de son aidant. Nous pouvons venir chercher le bénéficiaire, à pied ou en voiture.

 

maison felippa

 

Informations pratiques :

Adresse : 32 rue George Sand - 75016 Paris

Horaires : Du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Tarifs : 55€ la demi-journée (186€/heure) sur une base d’abonnement mensuel/ 130€ la journée complète

 

Facebook,  Twitter

 

maison felippa

 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Virginienini jeu 29/11/2018 - 09:56

Quelle merveilleuse idée! Un endroit chaleureux pour accolpagner dans le respect et la bienveillance nos aînés. Merci à ces 2 fondatrices.

Répondre

Ma Vie d'Expat

Valence Appercu
#MAVIEDEXPAT

Thomas Rouer : "Pour l’instant je ne me vois pas rentrer en France"

Comme beaucoup d’expatriés, c’est l’amour qui a mené Thomas à Valencia et c’est en 2016 qu’il s’y est installé. Mais au-delà de sa conjointe, qu’aime-t-il le plus à Valencia ? Il nous l’explique ...

Expat Etudiant

São Paulo Appercu

Le classement des meilleures universités d’Amérique latine

La meilleure université d’Amérique latine n’est plus brésilienne. Pour la première fois, le Brésil n’est plus à la tête du classement des meilleures universités d’Amérique latine.