Le "zarf", un écrin pour le café turc

Par Chantal et Jacques Périn | Publié le 03/06/2021 à 03:00 | Mis à jour le 03/06/2021 à 03:00
Photo : Zarf en argent à motifs floraux repoussés avec son "fincan"
un zarf pour café turc

Une légende rapporte que c’est en regardant ses chèvres présenter des signes anormaux d’excitation qu’un jeune berger de l’actuelle Éthiopie aurait remarqué l’effet tonique des fruits du caféier mastiqués par ses bêtes.

À son tour, il en consomma et constata avec surprise qu’il pouvait rester éveillé plus longtemps qu’à l’accoutumée.

Bien d’autres légendes parlent de branches de caféier tombées dans le feu dégageant un agréable parfum ou encore, du soufi Abou Hassan al-Shâdhili (1197-1258) qui ne se serait nourri que de "l’arbre à café".

Si l’on admet que l’histoire du café a bien commencé en Éthiopie, force est de reconnaître que sa diffusion commence rapidement vers le Caire et, du port de Moka où il est livré, vers La Mecque, Damas, Alep et Istanbul qui, en 1554, voit deux Syriens ouvrir la première maison de café.

Vers une popularité du café en Turquie

En moins d’un siècle, le café se répand dans tout le Moyen-Orient mais c’est en Turquie qu’il devient le plus populaire.

Si en Extrême-Orient, la cérémonie du thé est une véritable institution, en Turquie, servir le café est aussi un processus ritualisé.

Le café est cher et mérite les égards qui sont dus à son rang.

Dans les familles aisées, aristocratiques et bourgeoises, dès la fin du XVIII ème siècle et tout le long du XIX ème il est servi dans de petites coupelles appelées fincan (coupe), elles-mêmes placées dans des supports connus sous le nom de zarf (étui).

Différents modèles de zarf

Décoratif et protégeant de la chaleur les doigts du consommateur, le zarf, conçu en matière plus ou moins noble, indique aussi la fortune et le rang social de son propriétaire.

Si les coupelles sont généralement en porcelaine, plus rarement en faïence, les zarf sont réalisés dans des matières aussi différentes que la terre cuite, le bois, la corne, l’ivoire ou l’écaille de tortue mais hélas, il ne reste que très peu d’exemplaires de ces modèles.

Majoritairement on peut encore admirer ceux en cuivre, en argent massif ou filigrané, en vermeil, en or et en or émaillé agrémentés ou non de pierres fines.

Comme toutes les pièces de bijouterie, de joaillerie ou d’orfèvrerie, le zarf n’échappe pas au contrôle du titre de métal précieux et seules les pièces certifiées se trouvent gratifiées du poinçon du Tuğra du Sultan

 

Zarf écrin café turc

 

Pour ce faire, on prélève un peu de métal à l’intérieur de l’objet pour évaluation, après quoi la certification est apposée ostensiblement en façade.

Le ZARF un écrin pour le café turc

 

Le Zarf, un écrin pour le café turc

 

Le zarf un écrin pour le café turc

 

Devenue boisson de luxe, le café est lentement mais inexorablement remplacé par le "çay" dont la culture autochtone rend l’approvisionnement plus facile et moins couteux.

Enfin, les modes changent et la tasse dotée d’une petite anse remplace le zarf qui perd son rôle utilitaire et prend sa "retraite" en qualité d’objet de vitrine...

Nous vous recommandons
Chantal et Jacques Périn

Chantal et Jacques Périn

Tombés sous le charme de la Turquie en 1989, Chantal et Jacques ont mis à profit 20 séjours pour découvrir en parfaite indépendance, les merveilles de ce beau pays et la richesse de l'âme turque à travers sa population…
0 Commentaire (s) Réagir