Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TÉMOIGNAGES – Comment les couples franco-turcs choisissent-ils les prénoms de leurs enfants ?

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 22/12/2015 à 23:04 | Mis à jour le 19/12/2015 à 10:30

Ils ont des origines différentes mais ils s'aiment et ont décidé de fonder une famille en France, en Turquie et parfois même au Portugal ! Si le choix des prénoms que ces couples franco-turcs ont donnés à leurs enfants s'est parfois réalisé difficilement, il s'est révélé être la plupart du temps un compromis entre deux cultures. Les prénoms composés se sont souvent imposés comme une solution utile voire nécessaire. Lepetitjournal.com d'Istanbul est allé à la rencontre de plusieurs couples franco-turcs qui nous ont raconté leurs histoires

Jean-Marie et Didem Doll, parents d'un garçon : Yann Deniz (12 ans)

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons actuellement à Porto au Portugal.

De quelle origine êtes-vous ?

Je suis français (très breton !) et Didem est turque originaire d'Istanbul.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés à Istanbul, à Beyo?lu précisément.

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous avons un fils.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Nous souhaitions lui donner deux prénoms : l'un français, Yann et l'autre turc, Deniz. Ainsi plus tard il pourrait se faire appeler Yann un jour puis Deniz un autre jour. Mais depuis qu'il est né, il y a douze ans, tout le monde l'appelle Deniz.

Le choix du prénom a-t-il une grande importance à vos yeux ? Si oui, pourquoi ?

Le choix du prénom n'a pas une très grande importance. Nous aimions bien le fait que ce prénom composé, ?Yann Deniz?, rappelle les deux origines culturelles de ses parents.

Avez-vous eu des difficultés à choisir ? des pressions ? des craintes ? Si oui, lesquelles ?

Nous n'avons aucune difficulté, crainte ou pression. Nous étions vraiment autonomes et indépendants de nos familles respectives.

Avez-vous renoncé à certains prénoms ? En avez-vous privilégié d'autres ?

Je ne me rappelle pas avoir renoncé à certains prénoms mais j'ai le souvenir que le choix n'a posé aucune difficulté. Nous sommes vite tombés d'accord.

La famille joue-t-elle un rôle important dans ce choix ?

Non, nos familles ont respecté nos choix.

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

?Deniz? signifie la mer, un élément qui nous lie sa mère et moi. Ce prénom lui sied à merveille car il passe le plus clair de son temps à surfer sur les vagues ! ?Yann? est un prénom breton qui signifie ?Jean? en français. Il y a ?Jean? dans mon prénom, dans celui de mon père, celui de mon grand-père, arrière grand-père etc. Il y a une sorte de continuité, une symbolique.

Vos enfants aiment-ils leur(s) prénom(s) ?

Jusqu'à présent, je n'ai jamais entendu Deniz se plaindre de ses prénoms, j'en déduis donc qu'il les aime !

 

Vincent Mullot et son épouse ont deux enfants : Keziah Deniz (9 ans) et Ada Charlotte (4 ans)

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons actuellement en Turquie, à Istanbul.

De quelle origine êtes-vous ?

Je suis français et mon épouse est turque.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés à Istanbul au début des années 2000.

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous avons un garçon de neuf ans et une petite fille de quatre ans et demi.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Pour notre garçon nous avons choisi de l'appeler Keziah Deniz. ?Keziah? est un prénom d'origine nigériane (Yoruba) que porte un musicien que j'aime beaucoup : Keziah Jones. Je m'étais dit, avant l'arrivée de mon garçon et avant même de me marier, que j'appellerais mon fils ?Keziah?. J'ai un peu imposé ce prénom à mon épouse qui, en fin de compte, n'était pas du tout réticente ! Son deuxième prénom, ?Deniz?, est d'origine turque. Sa grand-mère maternelle a insisté pour que nous l'appelions ?Deniz? car au départ nous n'envisagions de ne lui donner qu'un prénom. Mais nous avons accepté sans trop de difficultés. Il est toujours appelé ?Keziah? mais lorsqu'il se retrouve dans un environnement complètement turcophone, comme chez sa grand-mère ou encore lors des activités extra-scolaires, il est appelé ?Deniz?.

En ce qui concerne notre fille, nous avons choisi de l'appeler Ada Charlotte. ?Ada? est venu tout naturellement au moment du choix. Mon épouse et moi étions tombés d'accord facilement. Par contre, nous avons beaucoup hésité pour son deuxième prénom, ?Charlotte?. Le deuxième prénom de notre fille devait être français car aucun des deux prénoms de notre fils n'est français. Nous avons hésité entre Marie-Loue, Amandine puis finalement Charlotte. Mais personne n'appelle notre fille Charlotte.

Le choix du prénom a-t-il une grande importance à vos yeux ? Si oui, pourquoi ?

Bien sûr ! Ce choix est très important tout comme je considère que la symbiose entre les prénoms des frères et des s?urs est importante.

Avez-vous eu des difficultés à choisir ? des pressions ? des craintes ? Si oui, lesquelles ?

Nous n'avons eu aucune difficulté à faire ce choix.

Avez-vous renoncé à certains prénoms ? En avez-vous privilégié d'autres ?

Il fallait trouver à notre fille un prénom français en plus du prénom turc sur lequel nous sommes directement tombés d'accord avec ma femme.

La famille joue-t-elle un rôle important dans ce choix ?

Nous avons été libres de nos choix. Comme je l'expliquais plus haut, ma belle-mère avait insisté pour nous appelions notre fils ?Deniz?, ce qui ne nous posait aucun problème.

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

Nous avons découvert plus tard que ?Keziah? signifie ?trésor? en Yoruba. Ce que j'aime le plus dans ce prénom c'est la consonance, l'originalité et l'hommage fait à l'un de mes musiciens préférés.

?Deniz? veut dire ?mer? en turc. Mais ma belle-mère voulait rendre hommage à Deniz Gezmi?, un jeune révolutionnaire turc pendu par le gouvernement dans les années 1970.

?Ada? signifie ?île? en turc. Cela collait parfaitement avec le prénom de son frère qui signifie ?mer?.

Vos enfants aiment-ils leur(s) prénom(s) ?

Keziah a parfois eu du mal avec ce prénom mais c'est surtout dû au fait que les gens écorchent son prénom, notamment dans les milieux turcophones. Il aime beaucoup son deuxième prénom ?Deniz?. Quant à ma fille, elle ne rencontre aucun problème avec ses prénoms, bien que le premier soit beaucoup plus utilisé que le second.

 

Gisèle Durero-Köseoglu et son époux ont deux fils: Aksel (26 ans) et Erol (23 ans)

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons à Istanbul.

De quelle origine êtes-vous ?

Je suis française et mon conjoint est turc.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés à Cannes, lors d'une soirée chez des amis, alors que mon époux était en voyage d'affaires sur la Côte d'Azur.

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous avons deux fils de 26 ans et 23 ans.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Le choix du prénom de notre premier fils a fait l'objet de longues réflexions durant toute ma grossesse. À l'époque, j'avais acheté un livre en turc sur les prénoms et je le feuilletais souvent dans le but d'en trouver un qui puisse exister dans les deux langues. Finalement, nous avons opté pour ?Axel? qui s'écrit ?Aksel? étant donné que la lettre ?x? n'existe pas dans l'alphabet turc. Notre choix a influencé toute une ?petite génération? car dans les années suivantes, de nombreux garçons franco-turcs se sont appelés ?Aksel?.

Le choix du prénom de notre deuxième fils s'est fait plus facilement. Mon époux aimait le prénom Erol. Il m'a beaucoup plu d'une part par sa sonorité mais aussi parce qu'il existe dans le monde anglo-saxon.

Le choix du prénom a-t-il une grande importance à vos yeux ? Si oui, pourquoi ?

Oui, le choix du prénom est très important à mes yeux puisqu'il est associé à une personne pour toute sa vie.

Avez-vous eu des difficultés à choisir ? des pressions ? des craintes ? Si oui, lesquelles ?

Il fallait que les prénoms soient facilement prononçables dans les deux langues. Il fallait aussi que les prénoms soient reconnus dans les deux pays et écrits sur les passeports sans que des modifications orthographiques soient nécessaires. Nous n'avons pas eu de pressions même si nos proches nous ont fait des suggestions, notamment du côté de mon mari. Mais mon époux et moi-même avons choisi les prénoms sans nous soucier de l'opinion des autres.

Avez-vous renoncé à certains prénoms ? En avez-vous privilégié d'autres ?

Honnêtement, nous avons dû renoncer à des prénoms que nous aurions peut-être choisi si nous avions la même nationalité. Le couple mixte demande pas mal de concessions. Nous avons décidé de choisir des prénoms qui existent dans les deux pays.

La famille joue-t-elle un rôle important dans ce choix ?

Non, comme je l'ai expliqué, nous tenions à choisir les prénoms nous-mêmes. D'ailleurs, nous ne les avons annoncés qu'une fois les prénoms choisis.

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

Oui, les prénoms que nous avons donnés à nos fils ont une signification en turc mais nous n'y avons pas trop attaché d'importance car ils sont utilisés de manière courante sans qu'on pense automatiquement à leur sens propre. ?Aksel? signifie ?torrent blanc? et ?Erol? signifie ?sois valeureux?.

Pourquoi ne pas avoir choisi de donner des prénoms composés à vos fils ?

Nous n'avons pas choisi de prénom composé car le plus souvent, les Turcs utilisent le prénom turc et les Français, le prénom français. L'enfant est alors appelé différemment en fonction du milieu où il se trouve.

Vos enfants aiment-ils leur(s) prénom(s) ?

Voilà une question que nous ne leur avons jamais posée ! Nous avons découvert la réponse avec vous lors de cette interview. Verdict : oui, ils aiment leur prénom !

 

Carine et Ya?ar Aksoy, parents de trois enfants : Ozan, Mikail et Kerem

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons à Istanbul et plus précisément à Be?ikta?.

De quelle origine êtes-vous ?

Je suis d'origine française et mon mari est turc.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Ici même, à Istanbul !

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous avons trois enfants que nous avons appelés Ozan, Mikail et Kerem.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Nous avons choisi de donner à nos enfants des prénoms turcs car nous étions installés à Istanbul à cette époque et nous savions que nous allions les élever ici. Il est vrai, cependant, que nous avons pris la précaution de leur donner des prénoms facilement prononçables en français. Je pense qu'en Turquie, il est plus difficile de porter un prénom à consonance étrangère qu'en France. Le nom de famille de nos enfants dans leur état civil est français.

Le choix du prénom a-t-il une grande importance à vos yeux ? Si oui, pourquoi ?

Pour nous, le choix du prénom est très important car c'est un choix définitif. L'enfant devra le porter toute sa vie sans pouvoir le changer.

Avez-vous eu des difficultés à choisir ? des pressions ? des craintes ? Si oui, lesquelles ?

Nous n'avons connu aucun obstacle. Nous avons même eu beaucoup de chance car nos familles ont respecté nos choix sans s'y opposer. Nous avons énormément discuté des prénoms et je sais que ma belle-mère est heureuse que notre premier enfant porte un prénom d'origine turque.

Avez-vous renoncé à certains prénoms ? En avez-vous privilégié d'autres ?

Comme je l'ai expliqué plus haut, nous avons simplement fait en sorte de ne pas choisir de prénoms difficilement prononçables. Les prénoms contenant des lettres inconnues dans l'alphabet latin telles que ??? ou ??? ainsi que les lettres qui se prononcent différemment telles que les ?c?, ?ç? et les ?u?.

La famille joue-t-elle un rôle important dans ce choix ?

La famille joue un rôle de conseillère mais personne ne connaissait les prénoms que nous avons choisis de donner à nos enfants avant leur naissance.

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

Oui, les prénoms de nos enfants ont une signification mais ce n'était absolument pas un critère de choix. Ozan signifie "poète". Mikail est celui, parmis les anges, qui est responsable des événements naturels dans l'univers. Et Kerem signifie "donner, donation bonté gentillesse, noblesse".

Vos enfants aiment-ils leur(s) prénom(s) ?

Oui ! Ils aiment leur prénom et tout le monde est satisfait !

 

Kamel Rakki et son épouse sont parents d'une petite fille, Selya (10 ans et demi), et d'un garçon? en route !

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons à Istanbul, à Ulus précisément.

De quelle origine êtes-vous ?

Je suis d'origine franco-algérienne et mon épouse est turque.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés en 1998, lors de mon service militaire en coopération.

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous avons une fille de 10 ans et demi ainsi qu'un garçon attendu pour le mois prochain.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Alors que nous étions dans une salle d'attente pour une consultation chez le médecin en France, une petite fille répondant au doux prénom de Célia s'est approchée de nous. Nous avons trouvé que c'est un très joli prénom. Nous avons alors décidé d'appeler notre fille ?Selya?, et de l'écrire ainsi car le ?c? en turc se prononce ?dj?. Le choix s'est fait rapidement.

Le choix du prénom a-t-il une grande importance à vos yeux ? Si oui, pourquoi ?

Ce choix est bien entendu très important car l'enfant le portera toute sa vie. Il ne faudrait pas que le prénom soit dur à porter.

Avez-vous eu des difficultés à choisir ? des pressions ? des craintes ? Si oui, lesquelles ?

Pour Selya nous n'avons rencontré aucune difficulté. Pour notre garçon c'est différent car à l'heure actuelle, c'est-à-dire moins d'un mois avant l'accouchement, nous hésitons encore ! Mais un prénom semble se dégager et notre fille a joué un rôle important dans ce choix car elle l'aime particulièrement?

Avez-vous renoncé à certains prénoms ? En avez-vous privilégié d'autres ?

Oui, nous avons renoncé à des prénoms qui peuvent ?poser problème?, notamment en France. Des prénoms tels que Mert ou  P?nar, que j'aurais voulu choisir pour mes enfants, ne posent évidemment aucun souci dans un environnement turcophone. Cependant, ces mêmes prénoms peuvent être moqués dans les cours de récréation en France. Je ne voudrais pas que mes enfants rencontrent des problèmes avec leurs prénoms. Un autre exemple est frappant : nous aurions aimé donner à notre fils un prénom original ?Kayra?, mais ce prénom a une consonance péjorative en France. Nous avons donc décidé de ne pas opter pour ce prénom.

La famille joue-t-elle un rôle important dans ce choix ?

Je pense qu'en effet la famille peu influencer ce choix.

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

Le prénom ?Selya? n'a aucune signification mais le prénom que nous voulons donner à notre fils ?Kerem? signifie ?désire de Dieu?.

 

Yaprak et Laurent Chapdelaine, tous deux professeurs au lycée francophone Saint-Joseph, sont les heureux parents de Lila (11 ans) et Téo (8 ans).

Témoignage issu d'une interview récente avec lepetitjournal.com d'Istanbul.

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Où vivez-vous actuellement ?

Nous vivons à Istanbul, dans le quartier de Kad?köy.

De quelle origine êtes-vous ?

Yaprak est turque et Laurent est français.

Où vous-êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés il y a douze ans à Istanbul, où nous nous sommes mariés et où nous élevons maintenant nos deux enfants.

Combien d'enfants avez-vous ensemble ?

Nous sommes les parents de deux enfants : Lila et Teo.

Pouvez-vous nous raconter comment le choix des prénoms s'est réalisé ?

Nous ne voulions pas que ce soit des prénoms trop longs, notre nom de famille l'est suffisamment ! Pour Lila, on a commencé par faire une liste de prénoms des deux sexes avant de savoir si ce serait un garçon ou une fille. Bizarrement, le prénom Lila n'est pas apparu. On a eu l'idée un peu avant la naissance. J'écoutais la chanson d'Eric Clapton Layla. J'ai dit à Yaprak que c'était joli, mais elle trouvait que c'était un trop vieux prénom en Turquie. C'est comme ça que Lila est sorti.

Pour Teo, c'était à peu près les mêmes critères. On était partis sur Leo, mais ce n'est pas un prénom turc. Ce n'était pas vraiment un problème ceci dit. Par contre, Yaprak trouvait que ça aurait fait trop de ?L? dans la famille, après Laurent et Lila. Avec ce prénom, dans n'importe quel pays où nous irons, il n'y aura pas de problème de lecture

Les prénoms que vous avez donnés à vos enfants ont-ils une signification ? Si oui, laquelle ?

Nous avons choisis des prénoms à la turque qui évoquent quelque chose. C'était le point de départ en quelque sorte. Le prénom de notre fille répondait à tous les critères mais nous avons choisi de l'écrire sans le ?s?. Cela change le sens car en turc, ?Lila? écrit de cette façon désigne la couleur et non pas la fleur. Teo est le diminutif de Teoman en turc. Il se prononce aussi en français mais sans le ?h?. Il y a moins de symbolique derrière son prénom mais ce n'est qu'un critère essentiel.

Shadia Darhouche (www.lepetitjournal.com/Istanbul) mercredi 23 décembre 2015

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ! Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

(RE)LIRE ADIN NE ? - Dis moi comment tu t'appelles, et je te dirai qui tu es...

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet