Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

IDÉES DE SORTIE – Les cinq palais immanquables d’Istanbul

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 17/11/2016 à 23:04 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02
ydolmabahce

Bijoux architecturaux et chargés d’histoire, les palais font partie du paysage stambouliote. Que vous viviez à Istanbul, ou n’y soyez que de passage, découvrez notre liste des cinq palais à visiter absolument…

Le palais de Dolmabahçe :

Situé sur la rive européenne du Bosphore, le palais de Dolmabahçe est aussi surnommé le "Versailles version ottomane" pour son luxe. Sa façade extérieure en marbre blanc s’étire le long du Bosphore sur 248 mètres. Son intérieur est paré d’or. C’est sans aucun doute l’un des plus beaux monuments d’Istanbul.

Il a été construit entre 1843 et 1856 pour le sultan Abdülmecit Ier. Palais de la démesure, sa construction a coûté cinq millions de livres d’or de l’époque. Il comporte six hammams, 43 salons et pas moins de 285 pièces. L’une des plus impressionnantes est l’immense salle de réception, avec ses 56 colonnes et son énorme lustre de 4 tonnes et demi aux 750 lampes… La pièce la plus émouvante pour les Turcs est la chambre dans laquelle Atatürk, fondateur de la République de Turquie, a vécu ses derniers jours et s’est éteint le 10 novembre à 9h05 précises.

(photo Mircea Ostoia)

Conseil : évitez de le visiter un samedi, pour échapper à la foule. Compléter votre visite en admirant la tour de l’Horloge, située à l’entrée du jardin et construite en 1894. Elle fait face à la mosquée de Dolmabahçe, qui possède les minarets les plus fins du monde.

Pratique : Ouvert tous les jours sauf lundi et jeudi, de 8h30 à 16h30 et en hiver, de 9h à 16h. Entrée : 40 liras pour le palais et le harem, 30 liras pour le palais seul. 

 

Le palais de Beylerbeyi :

Plus modeste que Dolmabahçe, ce palais de marbre a été construit entre 1861 et 1865 par Sarkis Balyan, un frère de l’architecte de Dolmabahçe, pour le compte du sultan Abdülaziz. On raconte que le sultan a fait venir 400 musiciens pour rythmer et agrémenter le travail des ouvriers. Le palais de Beylerbeyi est situé au bord du Bosphore, sur la rive asiatique. C’est ici que le dernier sultan Abdülhamid II a passé la fin de sa vie, avant de mourir en 1918. Sa mort marque à quelques mois près la fin officielle de l’Empire ottoman.

(photo Roweromaniak)

Le palais servait de résidence d’été aux sultans et par la suite, de demeure aux personnalités étrangères comme le prince de Serbie, le roi du Monténégro ou encore l’Impératrice Eugénie de France, épouse de Napoléon III.

Conseil : profitez de votre visite pour dégustez un thé face au Bosphore.

Pratique : Ouvert tous les jours sauf lundi et jeudi, de 9h à 17h. Entrée : 20 liras. Accès libre au jardin. 

Le palais de Topkapı :

Il est, avec Dolmabahçe, le palais le plus connu d’Istanbul. Il a été édifié en 1462 pour le sultan Mehmet II, sur la pointe du sérail, un endroit stratégique car à l’entrée du détroit du Bosphore, et jouit donc d’une vue magnifique à la fois sur la mer de Marmara et sur le Bosphore. De la fin du XVème siècle au milieu du XIXème siècle, le palais de Topkapı était la résidence principale des sultans.

(photo Gryffindor)

Durant ces quatre siècles, chaque souverain a apporté des embellissements à cet immense palais, qui s’articule en quatre cours. La première se compose de l’église Sainte-Irène, l’une des plus grandes églises de la ville. La deuxième cour, ou cour des Cérémonies, comporte notamment les cuisines, le Divan impérial et le harem, où vivaient les épouses et concubines du sultan. En pénétrant dans la troisième cour, vous entrez dans la demeure privée du sultan et pouvez notamment accéder à la salle des Trésors (fermée actuellement). Elle abrite les trônes d’Ismail et de Murat III en or et incrustés de pierres précieuses, le poignard de Topkapı, une collection de diamants et une énorme émeraude de 3 kg… Dans cette cour, le pavillon des reliques renferme les reliques du prophète Mahomet. La quatrième cour est composée d’agréables jardins et kiosques.

Conseil : prévoyez de faire la queue à l’entrée du palais, et comptez une demi-journée pour la visite complète.

Pratique : Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 9h à 19h. Entrée : 30 liras pour accéder au palais + 15 liras pour le harem.

Le palais Küçüksu :

Le "palais des eaux douces" en français, est situé au bord du Bosphore, sur la rive asiatique, peu avant le pont Fatih Sultan Mehmet. Il a été édifié à la place d’un palais en bois de deux étages, construit sous le règne du sultan Mehmet Ier. Le palais actuel a été construit en 1856 par l’architecte impérial Nikogos Balyan pour le compte du sultan Abdülmecid, comme résidence d’été.

(photo Stéphane Gaudry)

Sechan, le célèbre décorateur de l’opéra de Vienne, a décoré l’intérieur du palais. Il a servi de résidence présidentielle pendant les 50 premières années de la République de Turquie, et a accueilli les dirigeants étrangers en visite officielle à Istanbul. Dans la cour se trouve une magnifique fontaine édifiée en 1796 pour le sultan Selim III.

Conseil : ce palais est idéal pour ceux qui souhaitent échapper à la foule de Dolmabahçe.

Pratique : Ouvert tous les jours sauf lundi et jeudi, de 9h30 à 16h. Entrée : 5 liras.

Le palais Yıldız :

Moins touristique que les palais de Dolmabahçe ou Topkapı, ce petit palais chargé d’histoire a été construit à la fin du XIXème siècle, puis agrandi pour les deux visites officielles de l’empereur allemand Kaiser Guillaume II, en 1882 et 1889. Ce n’est pas un palais monumental mais une succession de bâtiments individuels, situés dans un ancien jardin impérial immense, agrémenté de petits lacs artificiels, de ponts en bois et de fleurs.

Şale Köşkü est le plus grand et le plus beau des pavillons. Lors de votre visite, vous pourrez admirer le tapis dans la grande salle du trône, qui est l’un des plus grands  du monde : plus de 400 mètres pour un poids de 7,5 tonnes ! Il a été installé avant de terminer la construction du mur. En 1877, le sultan Abdülhamit II a décidé d’élire domicile dans ce palais, quittant ainsi Dolmabahçe où il craignait d’être attaqué depuis la mer. A son arrivée, on raconte qu’il a fait recouvrir les allées du parc d’un gravier qui crissait sous les pas des visiteurs, afin de prévenir toute visite inattendue.

Le pape Paul VI ou encore Charles de Gaulle ont séjourné dans ce palais.

Conseil : complétez votre balade par la visite de la manufacture impériale de porcelaine, ouverte en 1895, et arrêtez-vous dans l’un des restaurants installés dans de jolies maisons ottomanes.

Pratique : Ouvert tous les jours sauf mardi, de 10h à 16h. Entrée : 10 liras.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 18 novembre 2016

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet