"LES FRÈRES DILDILIAN" – Précieuses et douloureuses : les photos d'une famille arménienne à l’espace DEPO

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 07/05/2013 à 22:03 | Mis à jour le 05/01/2018 à 23:11

À Tophane, l'espace DEPO met à l'honneur depuis la fin mois d'avril le travail de la famille Dildilian, photographes arméniens. Sur ses deux étages, l'exposition raconte le quotidien de cette famille et la vie sociale qui l'entourait. Retour sur une page douloureuse de l'histoire anatolienne, à travers les archives photographiques de cette famille.

L'histoire commence en 1872 dans la province de Yozgat, au centre de l'Anatolie. C'est ici que naît Tsolag Dildilian, le fondateur de l'entreprise de photographie familiale. Après avoir confectionné des chaussures, il se passionne pour la photographie et se lance dans cette profession, bientôt rejoint par son frère Aram. Le trio est complété par leur nièce, Maritsa Der Médaksian (Photo MA). Sa mère Haiganouch était aussi la s?ur des deux frères photographes. À eux trois, ils ont immortalisé la vie quotidienne des provinces ottomanes du début du XXe siècle.

Plus de 600 clichés pris dans les villes de Sivas, Merzifon, Samsun ou Konya ont été retrouvés. Rassemblées par Armen T. Marsoobian, le petit-fils de Tsolag aujourd'hui professeur de philosophie aux États-Unis, ces photos ont été triées puis soigneusement choisies par l'équipe de l'espace DEPO de Tophane.

Des images rares et précieuses pour l'époque

Cette famille arménienne n'a quitté l'Anatolie pour Athènes qu'en 1923. "Une particularité pour l'époque", note Asena Günal, coordinatrice de projets pour DEPO. "Le gouvernement avait besoin de photographes dans l'Empire ottoman, et il y en avait peu à l'époque. Les membres de la famille qui ont survécu au massacre ne sont donc pas partis en 1915 mais plus tard, en 1923", raconte-t-elle. "Ils sont restés en choisissant le seul échappatoire permis à l'époque : se convertir à l'islam." Plusieurs portraits de la vie quotidienne de cette famille nombreuse figurent dans l'exposition : le mariage de Aram, par exemple, "montre que la vie continue après le massacre", commente Asena Günal.

L'entreprise de photographie des Dildilian était installée dans plusieurs villes comme Merzifon, Samsun, Konya ou encore Sivas. Pourtant, la photographie de studio n'était pas leur seule activité : ils se déplaçaient dans les villes alentours. C'est ainsi que les frères devinrent photographes du collège Anatolie de Merzifon, collectant ainsi des clichés du quotidien des élèves.

"Tsolag est décédé à Athènes, Aram à San Francisco et Haiganoush près de Paris

Au premier étage de l'exposition, plusieurs photographies montrent l'orchestre du lycée ou des photos de classe, mais aussi l'hôpital de la ville : des images rares et précieuses pour l'époque. Si de nombreuses prises de vues sont celles de la famille Dildilian, les autres en disent beaucoup sur la vie sociale de l'époque. "Certaines représentent des événements historiques, comme les manifestations de 1908", explique Asena Günal. Le deuxième étage accueille entre autres les photos des orphelins arméniens recueillis par le collège Anatolie, mais aussi les clichés des membres de la famille Dildilian décédés lors du génocide, puis ceux des rescapés. "Tsolag est décédé à Athènes, Aram à San Francisco et Haiganoush près de Paris: cette phrase, légende d'une photo de la fratrie Dildilian sur l'affiche de l'exposition, "résume bien la destinée de nombreux Arméniens exilés", d'après Asena Günal.

À deux ans du centenaire du génocide, l'exposition est parlante et plaît au public de DEPO, "constitué d'Arméniens mais pas seulement, note Asena Günal, de nombreux turcs de tous les âges, sensibilisés à cette cause viennent aussi". Presque chaque année au mois d'avril, la galerie consacre une exposition aux massacres de 1915, "pour sensibiliser les gens et expliquer cet événement à la société turque", justifie Asena Günal.

Marlène Alibert (http://lepetitjournal.com/istanbul.html) mercredi 8 mai 2013

Témoignages de l'histoire perdue d'une famille arménienne ? À travers l'objectif des frères Dildilian (1872 - 1923)

Du 26 avril au 8 juin

DEPO / Tütün Deposu Lüleci Hendek Caddesi No.12, Tophane - Istanbul

Le site internet

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale