Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2262

"Ben, sen, onlar" : les femmes turques à l’honneur au Meşher à Istanbul

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 04/11/2021 à 19:48 | Mis à jour le 05/11/2021 à 11:02
Photo : Le Meşher sur la rue Istiklal à Istanbul
Mesher Istanbul Istiklal exposition

Organisée par la curatrice Deniz Artun, l'exposition “Ben, sen, onlar - Un siècle de femmes artistes”, visible depuis le 9 octobre au Meşher, présente une sélection de 232 œuvres de 117 artistes femmes, qui ont vécu et travaillé en Turquie entre 1850 et 1950 environ. Visite de l’exposition avec Şeyda Çetin, curatrice au Meşher. 

 

En tant que femme, j'ai toujours cru aux efforts des femmes, au pouvoir, à la solidarité et au rôle fédérateur que nous jouons. [...] Mon plus grand rêve a été d'introduire les femmes artistes de Turquie dans un monde plus vaste, les faisant sortir de l'obscurité. Je n'ai jamais cessé de poursuivre ce rêve, je n'ai jamais douté que les femmes sont les héroïnes méconnues derrière le patrimoine culturel et artistique de mon pays que j'ai toujours admiré. Çiğdem Simavi

“Ben, sen, onlar” (traduit en français "moi, toi, eux") est un nom tiré d’une œuvre de Şükran Aziz, une artiste d'origine turque - fondatrice du Cabaret Voltaire à Poughkeepsie (dans l'État de New York).

 

exposition Mesher Istanbul

 

exposition Mesher Istanbul

 

Organisée sous le patronage de Çiğdem Simavi, et parrainée par ÜNLÜ & Co, l’exposition présente le travail d’artistes dont une majorité est méconnue des spécialistes de l'histoire de l'art. Et c’est bien ce qui est recherché par la curatrice de l’exposition : redonner leur place à ces femmes artistes ainsi qu’à leurs œuvres, et offrir aux visiteurs l’opportunité de découvrir les artistes oubliées ou négligées de Turquie.

Şeyda Çetin nous indique que la mise en place de l’exposition est le résultat de nombreux mois de recherches (dans des conditions sanitaires difficiles) ; recherches d’artistes, de leurs familles, de leurs œuvres.

Elle nous confie que l'existence des femmes artistes contemporaines en Turquie "n'a pas d'histoire". Cependant, l’exposition ne prétend pas écrire cette histoire. Au contraire, Şeyda Çetin rappelle que cette histoire à écrire n'est pas singulière, mais plurielle. L'exposition est un appel à un “nous” dans et par lequel chaque femme et chaque œuvre peut construire sa propre histoire. Ainsi, l’objectif est surtout d'encourager davantage l’exploration, la construction d’autres histoires.

“Ben, sen, onlar”, un parcours sur 3 étages du Meşher 

L’exposition se compose, comme son titre l’indique, de trois parties, disposées sur trois étages. 

 

Meşher Istanbul exposition
"Ben" - Gencay Kasapçi, Infinity Spot, 2012 

 

​ Meşher Istanbul expo
"Ben" - Fahrelnissa Zeid, Resolved problems, 1948 (Collection de l'Istanbul Modern)

 

Le “ben”, au rez-de-chaussée, se concentre sur des femmes “sans gloire” qui ne sont confrontées qu'à leur simple existence dans le miroir. Il part de l'intention de rendre visibles les femmes artistes - parfois même malgré elles - dans un contexte autre que leur atelier et surtout leur foyer. Le miroir sert parfois de “loupe” à celles qui n'ont pas réussi à refléter les étincelles de leur créativité sur l'histoire.

 

​ Mesher Istanbul expo
"Ben" - Yildiz Moran, Echo, 1952

 

Le “sen” au premier étage propose une rencontre douce et rassembleuse. Il place les enfants comme principaux “sen”. La plupart des portraits et autoportraits invitent le visiteur à contempler l'expérience de la maternité et de la subjectivité, la définition de la famille, le pouvoir de la créativité et de l'immortalité. De plus, "sen" juxtapose le caractère sacré de la maternité à la sensualité de la nudité.

 

​ Mesher Istanbul expo
"Sen" - Deniz Bilgin, Madonna and the child, 1996 

 

​ Mesher Istanbul expo
"Sen" - Nüveyre Faik (?), (Collection Arkas)

 

​ Mesher Istanbul expo
"Sen"

 

Le deuxième et dernier étage, “onlar”, regarde les femmes à travers les yeux des autres. Les fleurs, surtout lorsqu'elles sont dans un vase, comprennent tous les adjectifs attribués aux femmes : émotive, vulnérable, amatrice, ordinaire, domestique et décorative. 

 

​ Mesher Istanbul expo
"Onlar"

 

Şeyda Çetin nous confie : "Souvent, les femmes artistes ne pouvaient s'exprimer qu'en peignant des fleurs dans un vase, puisqu'elles se limitaient à représenter le sûr et l'élégant". Les “fleurs” qui sont dispersées au dernier étage de l'exposition, sans privilégier une artiste par rapport à une autre, de par leur disposition, offrent une alternative à un arbre généalogique schématique. 

Une éducation en France pour certaines des artistes* 

Le catalogue de l’exposition contient des documents sur certaines artistes qui ont étudié un temps ou participé à des expositions en France.

Halet Çambel, par exemple, dont les cahiers sont exposés au Meşher, a reçu une bourse du gouvernement français pour étudier l'archéologie à la Sorbonne pendant 3 ans, dans les années 1930.

Maide Arel a, elle, été récompensée à l'exposition du Club international des femmes tenue au Musée d'art moderne de Paris, "Exposition du Club international des femmes”. 

Nükhet Aksoy, qui a participé à l'Exposition internationale des femmes artistes à Paris, a remporté le Prix de la ville de Paris, puis reçu une médaille d'or de la municipalité de Vichy à l'Exposition internationale de Vichy en 1966.

Enfin, Leyla Gamsız Sarptürk a été une artiste remarquée grâce à sa première exposition au Consulat de France à Istanbul en 1949, dont elle obtint plus tard une bourse. Grâce à cette bourse, elle put étudier la peinture dans l'atelier d'André Lhote et de Fernand Léger à Paris pendant un an.

À propos du Meşher… 

Tirant son nom du mot turc ottoman signifiant “espace d'exposition”, Meşher a ouvert en septembre 2019.

Créé par la Fondation Vehbi Koç, Meşher préconise la création de nouveaux dialogues à travers le temps et les cultures mais aussi à travers ses expositions, allant de la recherche historique à l'art contemporain, ainsi que grâce à une gamme complète d'activités parallèles, telles que des publications, ou des ateliers et des conférences.

Informations pratiques

> L’exposition, qui fait partie du festival de “la route culturelle de Beyoglu”, est visible au Meşher jusqu’au 27 mars 2022

Mesher Istanbul expo

 

> Adresse : İstiklal Caddesi No: 211 Beyoğlu, 34433 Istanbul 

> Horaires : du mardi au dimanche, de 11h00 à 18h00 

> Entrée gratuite (code HES obligatoire)

> Suivre le Meşher : site internetInstagram, Facebook

__________

* Nükhet Aksoy, Maide Arel, Hale Asaf, Iraida Barry, Aliye Berger, Sabiha Rüştü Bozcalı, Melek Celal Sofu, Halet Çambe, Nevin Edhem, Eren Eyüboğlu, Füreya, Şükriye Dikmen,Tiraje Dikmen, Sühendan Fırat, Leyla Gamsız Sarptürk, Selime Işıtan, Ivon Karsan, Mihri Rasim, Kristin Saleri, Frumet Tektaş, Celile Uğuraldım, et Fahrelnissa Zeid. 

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir