Mercredi 26 juin 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'histoire des bateaux-dragons

Par Didier Pujol | Publié le 06/06/2019 à 00:52 | Mis à jour le 20/06/2019 à 16:16
Photo : Bateaux-dragons sur l'île de Lantau
Histoire bateaux-dragons Hong Kong

Tous les ans, le 5ème jour du 5ème mois lunaire (cette année le 7 juin), sont organisées un peu partout à Hong Kong des courses de bateau dragons, ces embarcations longues dotées d’une tête et d’une queue représentant l’animal. Mais d’où vient au juste cette coutume?

Bonne fortune

Le nom de "fête des bateaux dragon" n'est pas d'origine chinoise. Ce sont les Européens qui, au 19ème siècle, ont donné ce nom qui décrit les courses de bateaux qu'ils observaient. La tradition de la fête des bateaux dragons (Tuen Ng qui signifie "le moment où le soleil est le plus haut", le solstice d'été) remonte à plus de 2500 ans dans le sud de la Chine.

C’est aux alentours de la période des Royaumes Combattants (entre 402 et 221 avant JC) que les pêcheurs des bords du Yangtze ont commencé à célébrer cette fête en organisant des courses de bateaux sur le fleuve. Juin correspondant à la saison de la plantation du riz d’été, il était important de favoriser les récoltes et conjurer les maladies en invoquant les divinités. Lors du rite du "réveil du dragon", le prêtre peignait symboliquement les yeux de la tête de dragon des bateaux avant que les rameurs ne s'activent, pour favoriser appeler le dragon céleste en hibernation. On considère que la noyade de certains participants aux courses constituait un sacrifice aux forces de la nature!

 

Histoire bateaux-dragons Hong Kong
La cérémonie du "réveil du dragon" consistant à peindre la pupille du dragon de proue

 

Traditionnellement, le 5ème mois lunaire est celui de la malchance, amenant catastrophes et épidémies représentées par des animaux vénimeux tels que serpents, mille-pattes et autres scorpions. On accrochait leurs effigies sur les murs à l’aide d’épingles susceptibles pour conjurer le mauvais sort. De même, on avait coutume de suspendre des fleurs de grenadier au-dessus des portes, l’odeur forte et la forme d’épée étant censés repousser les mauvais esprits. L’invocation du dragon protecteur, maître du ciel et des eaux, pour conjurer la mauvaise fortune est également liée à ce 5ème mois lunaire, si terrifiant.

 

Histoire bateaux-dragons Hong Kong
Qu Yuan, le poète auteur du célèbre poème "La complainte" (Li Sao), serait à l'origine de la fête des bateaux-dragon selon certains

 

Le suicide d'un poète

Cette légende s'est semble-t-il superposée aux célébrations anciennes du 5ème mois lunaire, probablement fruit de l'effort des lettrés confucéens pour assoir leur emprise sur la Chine au 7ème siècle. Selon cette histoire, Qu Yuan (340–278 BC), un ministre apprécié du peuple pendant la période des Royaumes Combattants, aurait été exilé par un roi ambitieux dont il avait désavoué les alliances conquérantes. Durant son exil, Qu Yuan a  écrit de nombreux textes dénonçant les compromissions du pouvoir ainsi que des poésies, considérées aujourd'hui comme des classiques. Après 32 ans, apprenant que sa cour avait été finalement détruite par des ennemis, il se serait suicidé de désespoir en se jetant dans la rivière. On raconte que des villageois sont alors sortis sur la rivière avec des bateaux et des tambours pour tenter de sauver son corps en jetant des boulettes de riz gluantes (zung2 糉) dans l'eau pour empêcher les poissons de manger son cadavre. La date du suicide de Qu Yuan étant le cinquième jour du cinquième mois lunaire, le même jour que le festival Tuen Ng, les zongzi sont traditionnellement consommés ce jour-là.

 

Histoire bateaux-dragons Hong Kong
Les "zung2", boules de riz collant à la vapeur, met consommé pendant le festival des bateaux-dragons

 

Les courses de bateaux à Hong Kong

Les courses de bateaux-dragons sont tombées dans l’oubli pendant la Révolution Culturelle en Chine car symboles d’une culture jugée dépassée, et connu une renaissance à partir des années 1980 sous l’impulsion du Hong Kong, qui cherchait alors à développer le tourisme. Cette disciple est devenue en 1991 un sport officiel régi par une fédération internationale (IDBF), se développant dans une soixantaine de pays, dont la Chine communiste. 

A Hong Kong, les courses les plus populaires se déroulent chaque année à Stanley, Aberdeen, Sai Kung, Shatin et Tai O, rassemblant des milliers de participants et de spectateurs. Notre préférée reste Tai O pour son caractère traditionnel (on sort les dieux des temples le matin sur les bateaux pour qu’ils assistent aux affrontements et on les ramène le soir) mais c’est Aberdeen et Stanley qui remportent le suffrage du public, du fait de la participation d’équipes professionnelles ou non, souvent issues du monde des entreprises et des associations locales.

 

Bonne fête des bateaux dragons à tous!

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir