TEST: 2261

Les 5 meilleurs films gays hongkongais

Par Arnaud Lanuque | Publié le 28/01/2020 à 16:07 | Mis à jour le 29/01/2020 à 05:11
Photo : Gay Pride 2019
Hong-Kong-Gay-pride-1_745x464 (1)

La question de l’homosexualité à Hong Kong est un sujet complexe. Là où la culture chinoise traditionnelle est plutôt conciliante, la tradition britannique quand aux rapports entre même sexe est, elle, nettement plus intolérante. Peut-être parce que Hong Kong est à la croisée des chemins de ces deux influences, les films qui ont abordés le sujet ont souvent des positionnements ambigus.  

 

"Intimate Confession of a Chinese Courtesan" de Chor Yuen

 

Produit par la Shaw Brothers alors au zénith de sa gloire, "Intimates Confession of a Chinese Courtesan" suit le destin tragique de Ai Niu (Lily Ho), une jeune fille kidnappée pour servir dans une maison close. Afin de prendre sa revanche face aux abus en cascades qu’elle subit, elle décide de séduire la maîtresse des lieux. Véritable bande démo de ce que la Shaw Brothers pouvait faire en matière esthétique (tournage en studio, photographie riche) et thématique (érotisme et violence dans une chine ancienne), le film est sublimé par la relation lesbienne au cœur du récit. Là où tous les rapports hétérosexuels sont destructeurs, seule celle-ci est montrée de manière positive. Et si les sentiments s’avèrent (en partie) feint, on peut se demander si ce n’était pas simplement pour que la morale bien pensante de l’époque soit sauve.   

 

"He’s a Woman, She’s a Man" de Peter Chan

 

Peu après la décriminalisation de l’homosexualité en 1991, le cinéma de Hong Kong connut une courte mode gay. Plusieurs dizaines de films sur le sujet furent ainsi produits. Parmi ceux-ci, le plus intéressant est probablement "He’s a Woman, She’s a Man" de Peter Chan. Anita Yuen y interprète Lam, une aspirante chanteuse qui trouve sa chance en participant à un concours de talent pour les hommes. Ainsi travestie, elle est coachée par Sam (Leslie Cheung), un compositeur à succès, qui ne tarde pas à développer des sentiments à son égard. Comédie romantique d’une jolie finesse, le film de Peter Chan, même s’il n’ose pas aller aussi loin qu’on pourrait l’espérer, est une étape importante dans la normalisation des gays aux yeux du public de Hong Kong.

 

"Happy Together" de Wong Kar Wai

 

Wong Kar Wai s’empara également de cette mode gay mais le fit, comme à chaque fois qu’il s’attaque à un sujet, d’une manière toute personnelle. Situant l’action de son film à Buenos Aires, il nous propose d’assister à la rupture tumultueuse d’un couple homosexuel (interprété par le duo ultra-charismatique Leslie Cheung/Tony Leung). Prenant son sujet à bras le corps (le film s’ouvre sur un rapport amoureux entre les deux amants), Wong Kar Wai nous plonge dans une relation chaotique, destructrice, mais aux émotions pures et à la portée universelle.

 

"Lan Yu" de Stanley Kwan

 

Stanley Kwan, rare réalisateur à assumer ouvertement son homosexualité, s’est fait une spécialité des portraits de femmes. "Lan Yu" est un des rares films où il s’attaque directement au sujet de l’homosexualité à travers l’histoire d’amour de Lan Yu et Chen Han Dong, deux Pékinois qui entament leur relation à la veille de la répression de Tian An Men. Tourné dans un style minimaliste, quasi-documentaire, Kwan nous fait ressentir avec une acuité remarquable la passion des sentiments qui animent ses personnages, sans appuyer sur les implications politiques et sociales qu’une romance homosexuelle peut avoir dans le contexte chinois. L’inclusion de Tien An Men dans le récit, là encore traité de manière très minimaliste, intensifie encore les émotions que le film parvient à nous faire ressentir.  

 

"Sisterhood" de Tracy Choi

 

Le film de Tracy Choi suit Sei (Gigi Leung), une femme au foyer à la vie bien rangée, qui retourne dans sa ville natale de Macao à l’annonce de la mort d’une ancienne amie chère à elle. Elle va se rappeler les hauts et les bas de leurs relations. Animé d’un spleen envoûtant qui sied parfaitement à l’ambiance de l’ancienne colonie portugaise, "Sisterhood" est un film à la sensibilité à fleur de peau qui nous touche au plus profond de nos sentiments.   

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Sur le même sujet
Arnaud Lanuque

Arnaud Lanuque

Couvre l’actualité du cinéma de Hong Kong depuis plus de 15 ans. Il a participé à de nombreux sites (HKCinemagic, Asialyst...) et magazines (So Films, L'Ecran Fantastique...) et a écrit le livre Police Vs Syndicats du Crime
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale