Lundi 18 novembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

10 films hongkongais à mourir de rire

Par Arnaud Lanuque | Publié le 23/09/2019 à 06:31 | Mis à jour le 23/09/2019 à 06:31
Photo : "Vulgaria", une comédie sexy
films comiques Hong Kong

Très populaires à Hong Kong, les comédies peinent à s’exporter en dehors de leur marché traditionnel. Pourtant, il existe de nombreuses perles dans la comédie hongkongaise. Cette liste non exhaustive est destinée à vous orienter dans cette découverte.

 

"The Greatest Civil War on Earth" (1961) Wong Tin Lam

films comiques Hong Kong
"The Greatest War on Earth" (1961) Wong Tin Lam

 

Durant les années 1960 co-habitaient à Hong Kong une industrie cinématographique en mandarin et une en cantonais. Celles-ci se rencontrèrent dans "The Greatest Civil War on Earth" où deux familles, l’une originaire du nord et l’autre du sud, s’opposent culturellement. Gros succès commercial à sa sortie, le film de Wong Ting Lam traite de manière amusante d’un sujet toujours d’actualité aujourd’hui avec l’énergie des comédies hollywoodiennes de la grande époque.

 

"The Private Eyes" (1976) Michael Hui

 

"The Private Eyes" parle de trois frères réunis dans une agence de détectives privés et confrontés à des enquêtes riches en rebondissements. Le scénario décousu permet d’enchaîner les scènes comiques à un rythme soutenu tout en plaçant quelques critiques cinglantes sur l’état de la société hongkongaise de l’époque.

 

"Legend of the Owl" (1981) David Chiang

 

"Legend of the Owl" est une parodie des Wu Xia Pian (films de chevalerie) qui étaient encore produits en masse à l’époque. L’acteur David Chiang, star et réalisateur du film, et ses scénaristes conservent la structure narrative du genre mais la dynamite par une avalanche de gags absurdes particulièrement inspirés. 

 

"Diary of a Big Man" (1988) Chor Yuen

 

Réalisé par un vétéran de la comédie cantonaise des années 1960, "Diary of a Big Man" voit le héros incapable de choisir parmi ses deux fiancées et les épouser toutes les deux. Il tente de rendre la situation vivable grâce à une organisation ultra élaborée destinée à maintenir chacune d’entre elle dans l’ignorance de sa véritable situation mais les choses finissent par dégénérer. Rempli de quiproquos et de bonne humeur, le film bénéficie également d’une prestation haute en couleur du personnage principal qui parvient à toujours maintenir un énorme capital sympathie de la part de son personnage.

 

"Chicken and Duck Talk" ou "Prise de Bec à Hong Kong" (1988) Clifton Ko

 

Dans les années 1980, Michael Hui commença à travailler avec d’autres réalisateurs afin de renouveler les formules comiques. Grand bien lui en pris car sa collaboration avec Clifton Ko pour "Chicken and Duck Talk" est un de ses meilleurs films. Le comique y joue le propriétaire d’un petit restaurant de quartier devant faire face à la concurrence d’un fast food. Le petit patron doit  se plier en quatre pour trouver des solutions pour ramener sa clientèle perdue à travers d'idées toutes plus hilarantes les unes que les autres.

 

"Future Cops" (1993) Wong Jing

 

Dans "Future Cops" inspiré du jeu vidéo "Street Fighter II" et de "Terminator 2", on suit un groupe de super flics du futur s’infiltrer dans une école hongkongaise de 1993 pour protéger un juge contre une tentative d’assassinat. Complètement barré de bout en bout, "Future Cops" ne peut que remporter l’adhésion, ne serait-ce qu’à l’usure, face à une telle folie ambiante.

 

"Love on Delivery" (1994) Lee Lik Chi

 

Dans "Love on Delivery", Chow incarne un livreur amoureux de la belle Lily (Christy Chung). Problème: celle-ci n‘est attirée que par les héros. Aussi, afin de conquérir son cœur, il s'initie aux arts martiaux auprès d’un étrange maître (Ng Man Tat). Inspiré des mangas de sports comiques, "Love on Delivery" est bourré de scènes cultes qui ne pourront que déclencher les rires. 

 

"Dummy Mommy Without a Baby" (2001) Joe Ma et Albert Mak

 

Avec Miriam Yeung qui s’impose au début des années 2000 comme une des actrices les plus talentueuses dans ce genre, "Dummy Mommy Without a Baby" marque le début de sa carrière comique. Afin de conserver son emploi, le personnage prétend être enceinte et doit maintenir cette version face aux interrogations de son entourage. Avec un naturel désarmant, la chanteuse trouve toujours le ton juste et parvient à tirer le meilleur des nombreuses situations comiques.

 

"Fighting to Survive" (2002) Dayo Wong et Abe Kwong

 

Dans "Fighting to Survive", Dayo Wong interprète un entrepreneur raté de Tsuen Mun dont la dernière idée est de proposer ses services comme garde du corps aux habitants du quartier. Se rapprochant des comédies de Stephen Chow avec sa galerie de personnages hauts en couleur, Dayo Wong prouve qu’une fois contrôlée la situation, il peut créer une cascade de scènes désopilantes et égaler la concurrence.

 

"Vulgaria" (2012) Edmond Pang

 

En 2012, Edmond Pang, réalise "Vulgaria", un rare exemple de comédie interdite au moins de 18 ans. On y suit un producteur en difficulté (Chapman To) qui pour assurer le financement de son prochain film doit s’acoquiner avec un dangereux gangster (Ronald Cheng). N’hésitant pas à repousser les limites du bon goût pour titiller les zygomatiques, le film d’Edmond Pang engendra même une courte mode pour les comédies vulgaires qui ne lui arrivèrent pourtant jamais à la cheville.

 

Pour être sûr de ne rien rater et recevoir nos infos quotidiennes, abonnez vous GRATUITEMENT

Recevez notre newsletter en vous enregistrant à https://lepetitjournal.com/newsletter-152565 
Ou suivez nous sur Facebook à https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Nous vous recommandons

Arnaud Lanuque

Arnaud Lanuque

Couvre l’actualité du cinéma de Hong Kong depuis plus de 15 ans. Il a participé à de nombreux sites (HKCinemagic, Asialyst...) et magazines (So Films, L'Ecran Fantastique...) et a écrit le livre Police Vs Syndicats du Crime
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles