L'association HK Theatre renaît à Hong Kong

Par Karine Yoakim Pasquier | Publié le 10/11/2021 à 14:00 | Mis à jour le 11/11/2021 à 04:49
Photo : De gauche à droite, Lenny B.Conil, Namrata Bindra, Bertrand Leduby, Caroline Paulhan, Kodsi Ben Abdeslem, Stephanie Lau et Thierry Estimbre qui seront à l'affiche de la pièce Nous. - Photo@Catya
Troupe de théatre à Hong Kong

Depuis peu, la HK Theatre Association, née en 2007 sous l’impulsion d’Emilie Guillot, renaît de ses cendres. Qui se cache derrière elle et quels sont les projets artistiques de la troupe ? Pour le savoir, nous sommes allés interviewer Lenny B. Conil qui reprend le flambeau.

Lenny B. Conil est un Français de Hong Kong. Arrivé dans la cité asiatique en 2006 pour des raisons professionnelles, il démarre le théâtre avec HK Theatre Association en 2008, aux côtés d’Emilie Guillot, aujourd’hui rentrée en France. Le jeune homme se découvre une nouvelle passion pour l’art dramatique, se plonge avec assiduité dans son apprentissage et, en 12 ans, joue dans une vingtaine de pièces.

En 2018, il rejoint le French Improv Club, où il se met à l’improvisation théâtrale. Puis, en 2021, il fait ses premiers pas en tant que metteur en scène pour le spectacle « Il jouait du piano debout » qui faisait partie du French May 2021 avec Nasthasia Faure en tant que directrice artistique, Justine Devisse-Mezrani comme directrice de production et Mohamed Drissi comme chorégraphe.

En 2021, Lenny reprend le flambeau de la HK theatre association, bien décidé à lui redonner vie.

Lenny B.Conil : « Emilie Guillot m’a transmis le flambeau en septembre »

Tu as repris dernièrement HK theatre. Comment cela s’est passé ? 

Assez naturellement. Pendant la préparation de « Il jouait du piano debout », je discutais avec Justine Devisse-Mezrani de ma volonté de continuer la mise en scène ensuite et c’est elle qui m’a suggéré, plutôt que de monter une nouvelle structure, de demander à Emilie Guillot si je pouvais reprendre HKTA. Elle a accepté avec plaisir, étant son élève le plus ancien et ayant fait partie de bout en bout de l’aventure qu’elle avait créée. Le passage de flambeau s’est fait officiellement en septembre alors que nous réglions en même temps les détails administratifs. Les deux membres du board de HKTA, Catya Martin et Hélène Wajnblum Liu, qui avaient été impliquées dans l’association par Emilie et que je connais très bien ont également été d’une aide précieuse.

J’avais fait partie du bureau de l’Union des Français de l’Étranger avec Catya en 2008 et c’est la même année que j’avais commencé le théâtre avec Hélène comme « camarade de classe », elle avait même joué ma mère dans notre tout premier spectacle en 2009 !

 

Lenny Conil théâtre association hong kong
Lenny en train de mettre en scène sa future pièce. Photo@Bertrand Leduby

 

Pour la petite histoire, Hélène devait au départ faire partie de l’aventure du café-théâtre NOUS. Elle a fait de nombreuses répétitions et c’est une excellente comédienne, mais ses obligations professionnelles font qu’elle est en Europe en ce moment alors que nous jouons la pièce.

« Nous est un spectacle dédié aux couples, dans toute leur diversité »

Tu travailles en ce moment sur un spectacle intitulé Nous. Peux-tu m’en dire plus ? 

J’avais envie d’un spectacle drôle, avec quasiment aucun décor, car voulu comme — dans une certaine mesure — itinérant et servi par des comédiens avec une bonne expérience de la scène.

Je suis tombé un peu par hasard sur le texte de Jean-Pierre Martinez qui s’appelle « Elle et Lui » et je me suis dit que c’était une excellente matière à travailler pour ce spectacle. Je l’ai modernisé un peu en cassant l’obligation de couples homme-femme du texte (d’où le changement de nom de la pièce en NOUS, car j’y représente des couples gays et lesbiens) et en faisant jouer deux excellentes comédiennes anglophones qui comprennent et parlent le français. L’idée étant là de représenter les couples mixtes que nous connaissons tous qui basculent d’une langue à l’autre dans une même phrase avec facilité.

 

cafe theatre à Hong Kong

 

Nous jouons ce spectacle sur 11 dates différentes, étalées sur deux semaines et trois lieux : The Aftermath à Central, The Hub à Wan Chai et Mihn Club à Sheung Wan. Cela demande de la flexibilité aux comédiens, car les scènes sont de tailles et de formes différentes, les spectateurs disposés différemment, etc. Mais je trouve ce challenge intéressant et après tout 5 des 6 comédiens sont, comme moi, des improvisateurs réguliers en plus du théâtre. Alors ils improvisent aussi ! Pas sur le texte lui-même, mais sur la manière de le transmettre.

« Je trouve qu’il nous faut plus de théâtre à Hong Kong ! »

Quels sont vos futurs projets artistiques ?

Je suis quelqu’un de prudent et je souhaite faire mes preuves avec ce spectacle avant d’envisager sérieusement la suite. Néanmoins, je peux d’ores et déjà dire que mon intention est de mettre sur pied des spectacles plusieurs fois par an, avec des formats un peu différents, dès que c’est possible et en faisant collaborer des gens venant de différents univers quand cela s’y prête.

Donc j’espère pouvoir proposer au spectacle au public hongkongais en mai ou juin 2022.

« Si je peux, à mon niveau, susciter des vocations, j’aurai déjà réussi quelque chose de sympa ! »

Quels sont tes souhaits pour l’avenir de l’association ? Comment vois-tu la suite ? 

Contrairement à ce qui était fait auparavant, je n’ai pas l’intention de proposer des cours d’art dramatique pour le moment (par manque de temps, principalement), mais bien de produire des spectacles. Je trouve qu’il nous faut plus de théâtre à Hong Kong et j’espère contribuer à cette scène théâtrale francophone déjà talentueuse même si elle est encore rare avec Marion Demeneix, Beatrice et Sébastien Biessy, Soline El Hassani et bien d’autres…

Pour la suite, je serai ravi de nouer des collaborations avec l’Alliance française de Hong Kong, avec le French May, mais aussi avec d’autres organisations qui produisent des spectacles.

À Hong Kong, le nerf de la guerre qui détermine tout ce qui peut être fait sur le plan théâtral, ce sont les salles : il y en a trop peu et elles sont si chères que cela oblige à monter démesurément le prix des billets. Le café théâtre NOUS a été monté sans aucun sponsor et je suis très content d’avoir réussi à mettre sur pied un projet artistique bénéficiaire financièrement avec les seuls revenus de la billetterie.

Mais cela est possible avec des comédiens bénévoles, pas de décor et des salles relativement petites. Pour la suite, je cherche donc des sponsors intéressés par le fait de soutenir la création artistique francophone avec une exposition significative et valorisante, ainsi que des lieux innovants et différents où nous pourrions apporter du public alors qu’ils n’en reçoivent habituellement pas. Louer 100 chaises, quelques spots et un matériel de sonorisation, cela permet de transformer n’importe quel lieu !

 

Lenny Conil théâtre association hong kong
Lenny, dans la pièce Le Placard en 2015 — Photo@Albert Cheung

 

Pour conclure, Lenny se souvient — des étoiles dans les yeux — des superbes pièces mises en scène par Agnès Lahirle qu’il a pu voir à son arrivée à Hong Kong. « C’est ce qui m’a donné envie de démarrer le théâtre. Si je peux, à mon niveau, susciter des vocations, j’aurai déjà réussi quelque chose de sympa ! »

Le spectacle Nous, sera sur scène du mercredi 10 novembre au vendredi 19 novembre et mettra en scène Bertrand Leduby, Caroline Paulhan, Thierry Estimbre, Kodsi Ben Abdeslem, Stephanie Lau et Namrata Bindra.

Karine Yoakim-Pasquier

Karine Yoakim Pasquier

Karine est Suisse francophone vivant depuis 2018 à Hong Kong. Elle tient un blog intitulé hotfonduepot.com, travaille dans une école et vient de terminer ses deux premiers romans.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale