TEST: 2261

Les conséquences du conflit ukrainien sur Hong Kong

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 29/03/2022 à 14:31 | Mis à jour le 30/03/2022 à 01:39
Photo : Photo@Harrison Carnicom commons.wikimedia
Drapeau de l'Ukraine

Pour les Français installés à Hong Kong, le retour de la guerre en Europe est un fait qu’on ne peut pas ignorer. Mais comment ces événements lointains sont-ils vécus à Hong Kong, et quelles pourraient en être les conséquences ici ?

Que dit-on du conflit ukrainien à Hong Kong ?

Des manifestations pacifistes locales ou en soutien à l’Ukraine ont été relayées en février par Hong Kong Free Press, notamment des actions de l’Ukrainien résident Ostap Kostiukevych ainsi que de la Ukrainian Society of Hong Kong. Les couleurs du drapeau ukrainien ont aussi été projetées sur la tour de l’horloge de TST le 28 février par un groupe non identifié. Hors de la RAS, des rassemblements de Hongkongais ont été organisés.

Le gouvernement hongkongais, lui, souhaite faire entériner par l’assemblée deux accords bilatéraux signés en septembre 2021 avec la Russie. Ils concernent la coopération sur les enquêtes criminelles (identification, collecte de preuves, perquisitions) et le transfert des condamnés.

Hongkongais et officiels ont cependant beaucoup d’autres priorités en ce moment.

Le marché financier réagit à la guerre en Ukraine

Poumon de la vie économique hongkongaise, le marché financier va-t-il être impacté ? L’opinion du Secrétaire à la Finance Paul Chan, relayée récemment dans son blog, est les risques liés à la guerre sont tout à fait gérables, même si la cité doit rester "extrêmement vigilante” sur tout impact possible.

Ainsi, toujours d’après Paul Chan, le marché des actions et le trading des monnaies fonctionne sans accroc malgré les tensions géopolitiques. Le système bancaire reste stable. Ainsi, le Capital Adequacy Ratio (CAR), qui mesure le capital disponible dans le système bancaire, en % de ses crédits considérés à risque et signale la capacité de faire face à des risques de perte, est élevé à 20%, confortable face à un standard international minimum de 8%.

Les prix de l’énergie à Hong Kong

L’impact le plus fréquemment identifié à l’international est l’inflation, sur les prix de l’énergie (pétrole, gaz, et électricité produite par ces hydrocarbures) et les prix de l’alimentation (blé, farine) : Russie et Ukraine sont en effet fortement exportateurs.

D’après Paul Chan, l’inflation des produits énergétiques sera “relativement mesurée” à Hong Kong. L’économie de la RAS est en effet dominée par les services (peu gourmands en énergie) et non l’industrie. On n’attend donc pas d’impact majeur sur la croissance de la RAS. Les ménages seront cependant impactés.

Ainsi, une hausse des prix de l’électricité a déjà été remarquée depuis plusieurs mois, le marché des hydrocarbures réagissant aux tensions entre Russie et Ukraine. 21% de l’électricité hongkongaise est produite à partir du gaz naturel, importé de Chine, mais venant souvent d’ailleurs. L’hiver très rigoureux en Chine a récemment vidé les réserves stratégiques du pays et les prix spot du gaz naturel à Shanghai Petroleum and Natural Gas Exchange se sont envolés.

Les récents accords entre Chine et Russie visent sans doute à garantir un approvisionnement en gaz naturel, alors que l’Europe n’achète plus (ou moins) à son encombrant voisin. En aidant la Russie, son partenaire stratégique, c’est donc avant tout elle-même que la Chine aide : la Russie est en position de faiblesse pour négocier ses prix avec la Chine.

Si la hausse des prix anticipée est mesurée pour Paul Chan, hausse des prix, il y aura tout de même. Qui va l’absorber ? En France, le gouvernement a décidé de soutenir la consommation. Le gouvernement hongkongais va-t-il soutenir les ménages ?

Il faut savoir que le prix de l’électricité est ajusté mensuellement à Hong Kong via le mécanisme du Fuel Cost Adjustment. Ainsi, le prix unitaire de l’électricité est directement lié à la différence entre les prévisions de prix du combustible (pétrole, gaz, charbon) et les prix réels. En avril 2022, pour les clients de CLP, ce seront +2.4 centimes par unité. Pour Hong Kong Electric, + 6.6 (l’électricien de l’île de Hong Kong n’a pas d’électricité nucléaire dans son mix et est donc plus impacté).

Les Européens s’inquiètent du prix du chauffage à l’automne, les Hongkongais vont devoir se soucier de la climatisation cet été. Les prix des transports en commun pourraient aussi être impactés.

Les prix alimentaires à Hong Kong

Russie et Ukraine contribuent à hauteur de 26% des exports en blé dans le monde. La Chine (et Hong Kong) est un importateur majeur de produits alimentaires ukrainiens et russes. La guerre en Ukraine est ainsi un risque majeur pour Pékin (et Hong Kong).

En effet, Genevieve Donnellon-May (Lee Kwan Yew School of Public Policy, Singapour) et Zhang Hongzhou (S Rajaratnam School of International Studies, NTU) nous expliquent que la Chine n'avait pas souhaité remplir ses quotats d'import de blé américain, lequel faisait partie des accords bilatéraux négociés à l'époque de Donald Trump. Fin 2021, la récolte chinoise a été catastrophique et la Chine a dû se rapprocher de la Russie de Vladimir Poutine pour assurer son approvisionnement. En février 2022, Chine et Russie ont ainsi signé un accord d’approvisionnement massif en blé russe. En fait, le conflit ukrainien a créé tellement d'incertitudes que cet accord ne suffira pas.

Le contexte va en effet entraîner une compétition entre les pays acheteurs pour s’approvisionner en blé rare et donc…cher. Tout support chinois à l’économie russe va de plus faire hausser quelques sourcils à Washington.

Citons aussi les impacts sur le marché des haricots et du maïs (1/3 en Chine vient d’Ukraine), et les engrais (1/3 en Chine vient de Russie).

Impact sur la vie des communautés de Hong Kong 

Une des conséquences de la crise est un afflux de réfugiés ukrainiens vers les autres pays du continent européen (Pologne), et de réfugiés russes vers la Turquie. Ces derniers ont retrouvé le passage emprunté par leurs ancêtres après la révolution bolchévique de 1917. Comme en 1917, beaucoup de Russes choisiront d’autres pays comme destination finale.

Shanghai et Hong Kong avaient, il y a un siècle, accueilli de nombreux Russes blancs, une population hétéroclite, parfois entrepreneuriale, parfois pauvre, et souvent mal considérée par les colons installés sur leurs privilèges blancs. En 2022, comment Hong Kong réagirait-il à une immigration russe ou ukrainienne ?

La question se pose notamment sur les oligarques russes, enrichis depuis la fin de l’URSS. Accueillis à bras ouverts à Londres et sur la Riviera, ils semblent aujourd’hui quelque peu encombrants : seront-ils les prochains acheteurs de propriétés et de yachts à Hong Kong ?

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale