Les jeux paralympiques de Pékin sous l'influence de la guerre en Ukraine

Par Ayman Ragab | Publié le 13/03/2022 à 13:22 | Mis à jour le 14/03/2022 à 15:08
Photo : Podium sweep Ukraine/ @Paralympic Games Youtube
Les jeux paralympiques de Pékin

Les jeux paralympiques de Pékin 2022 viennent de s'achever ce 13 mars 2022, et avec eux la fin de la période olympique en Chine. Mais alors que les Jeux sont censés représenter paix et compétition pacifique par le sport, le climat belliciste actuel s'est mêlé à ce qui devait être une "trêve olympique".

Compte rendu des Jeux Paralympiques de Pékin

Ouverts le 4 mars 2022, soit pile un mois après la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’Hiver, les Jeux paralympiques ont réunis 564 athlètes de 45 pays. Ceux-ci prennent traditionnellement place deux semaines après la fin des Jeux Olympiques, dans la même ville. Les athlètes ayant des capacités physiques réduites du monde entier ont ainsi eux aussi l’occasion de briller aux yeux du monde tous les deux ans.

La France se classe quatrième, et les athlètes français ont réussi à faire entonner la Marseillaise sept fois. Nos athlètes ont particulièrement brillé en ski alpin. Arthur Bauchet rapportant 3 médailles d’or et 1 de bronze, Marie Brochet 1 médaille d’argent et Hyacinthe Deleplace 1 médaille de bronze. Benjamin Daviet décroche l’or par trois reprises, une fois en biathlon, et deux autres fois en ski de fond, dont une victoire partagée en relais avec Anthony Chalençon. Cécile Hernandez et Maxime Montagionni ont chacun remporté une médaille d’or en snowboard.

La Chine a dominé le classement, avec 61 médailles, dont 18 médailles d’or, suivie par l'Ukraine qui remporte 29 médailles, incluant 11 médailles d'or. Le Canada ferme le podium avec 25 médailles, dont 8 médailles d'or.

Des jeux qui n'ont pas échappé à la situation géopolitique actuelle

Les Jeux paralympiques ont été très largement éclipsés en termes d’attention médiatique et internationale par l’invasion russe de l’Ukraine, événement qui lui-même a influencé le déroulement des Jeux.

En effet, les athlètes russes et biélorusses ont été interdits de participation, sur décision du Comité Olympique International. La décision initiale du CIO d’accorder aux athlètes de ces pays de participer sous la bannière olympique, a été modifiée le 3 mars, un jour avant la cérémonie d’ouverture, sous la menace de boycott de plusieurs comités nationaux. Les athlètes russes qui concouraient déjà sous la bannière du comité olympique russe depuis 2019 ont donc été totalement privés de Jeux. Les athlètes biélorusses, dont le pays soutient l’invasion russe, ont aussi été bannis.

Le président du Comité International Paralympique Andrew Parson a par ailleurs demandé des explications à la chaîne d’Etat chinoise CCTV quant à la censure de son discours à l’occasion de la cérémonie d’ouverture. Celui-ci a en effet partagé des propos pacifiques, condamnant à demi-mot l’invasion russe sans la citer. CCTV a refusé de traduire ces propos, et n’a invoqué le caractère nécessairement apolitique des Jeux.

Dans la sphère médiatique chinoise, la place réservée aux messages anti-guerre a été restreinte. Beaucoup d'internautes ont vu leurs posts de solidarité envers l'Ukraine censurés, tandis que ceux supportant la Russie et condamnant l'Otan sont restés en place.

WhatsApp Image 2021-11-30 at 16.27.56

Ayman Ragab

Arrivé à Hong Kong en août 2021, Ayman est étudiant en Master à l'Université de Hong Kong. En parallèle à ses études, il propose ses talents de rédacteur à Lepetitjournal.com.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale