Mardi 23 juillet 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les Français Libres dans la Bataille de Hong Kong commémorés

Par Didier Pujol | Publié le 10/12/2018 à 10:20 | Mis à jour le 10/12/2018 à 22:04
Photo : Assaut de la gare de Tsim Sha Tsui par l'armée japonaise en 1941 - @Mainichi Newpaper, Japan
Japanese Army assault on Tsim Sha Tsui Station on 1941 Mainichi Newpaper, Japan

C’est désormais une tradition, chaque premier vendredi de Décembre, le Souvenir Français de Hong Kong invite la communauté à venir se recueillir sur la stèle des Français Libres du cimetière militaire de Stanley. Cette année encore, les élèves du LFI ont constitué une chorale pour entonner le Chant des Partisans, symbole de résistance pour la liberté et le consul de France est venu fleurir la stèle en compagnie d’officiers de réserve français et alliés. 

 

Consul eleves du lycée français international officiers et officiers de reserve
Vendredi 7 décembre, les élèves du lycée français international, le consul et des officiers commémoraient la Stèle des Français Libres de Stanley à l'initiative de Souvenir Français de Hong Kong - @Consulat

La bataille de Hong Kong 

Que s’est-il passé au juste à Hong Kong pendant la Seconde Guerre Mondiale? Tout d’abord épargnées par un conflit qui fait rage en Europe depuis 1939, les enclaves occidentales en Chine sont néanmoins depuis fin 1937 encerclées par les Japonais qui ont pris possession de vastes territoires. À Hong Kong, on ne peut ignorer cette menace et la défense de la colonie s’organise notamment avec la constitution de tranchées fortifiées, la fameuse Gin Drinkers Line. De même, le renfort de troupes du Commonwealth, en particulier du Canada avec le groupe C et des régiments du Punjab et Rajputs complètent les effectifs britanniques. 

Pourtant le 8 Décembre 1941, le réveil est brutal lorsque le pilonnage aérien commence sur Hong Kong à 8 heures du matin, suivant de quelques heures l’attaque de Pearl Harbour. Les défenses supposées retenir plusieurs semaines voire plusieurs mois les troupes d’invasion au Nord de Kowloon tombent en fait en quelques jours, du fait d’un manque d’effectifs et une sous-estimation du niveau de préparation des armées nippones. Le 13 Décembre, les troupes du Mikado sont à Tsim Sha Tsui et il faut aux contingents restants se replier sur l’île de Hong Kong. 

Lieutenant General Takashi Sakai (left) at Quarry Bay pier in December 1941
Lieutenant Général Takashi Sakai (à gauche) sur le quai de Quarry Bay à Hong Kong en décembre 1941

Les Français Libres

Se joignent alors à la défense de la colonie des volontaires français, dont certains avaient déjà quitté la concession française de Shanghai, acquise au régime de Vichy, pour poursuivre le combat à l’appel du Général de Gaulle. Le plus charismatique d’entre eux est sans doute le capitaine Roderick Egal, vétéran de Verdun et fondateur à Shanghai du mouvement "France Quand Même", un collectif de résistance qui lui vaut des démêlés avec la justice collaborationniste.

C’est à la tête d’un petit groupe d’hommes qu’il va prendre part aux combats de North Point destinés à bloquer les troupes de débarquement japonaises. Malgré une résistance farouche, les défenses sont enfoncées par les assaillants qui se livrent à des exactions et autres exécutions sommaires au fil de leur progression. Egal ne devra sa vie qu’à des Chinois qui le cacheront tandis que plusieurs de ses camarades seront tués.

capitaine Roderick Egal Armand Delcourt
A gauche, Roderick Egal, fondateur de "France quand Même" - A droite, Armand Delcourt qui a rejoint la France Libre 

 

La suite de ce que l’on nomme aujourd’hui "La bataille de Hong Kong" conduira l’envahisseur à s’emparer de Sai Wan, massacrant là encore les soldats indiens qui s’étaient pourtant rendus, puis de Wong Nai Chung Gap, le col commandant l’accès au Sud de l’île. Pendant près de deux semaines, l’armée britannique et les volontaires du HKVDC (Hong Kong Volunteer Defence Corps) résisteront encore, sans que personne n’ait d’illusion sur l’issue finale. Les pertes seront énormes avec plus de 2,000 soldats et 4,000 civils, l’enjeu de ce sacrifice étant de galvaniser la résistance des Chinois de Chiang Kai Shek en tenant le plus longtemps possible. La reddition aura finalement lieu le 25 décembre 1941, le lendemain de Noël, date devenue pour tous "Black Christmas", signée au Peninsula par Sir Mark Aitchison Young, le gouverneur de Hong Kong. 

Commencent alors 2 ans et 8 mois d’une occupation brutale par les troupes nippones, la population chinoise étant déplacée aux 2/3 sur le continent, les civils alliés emprisonnés dans des camps. Quant aux officiers et soldats rescapés, ils sont soumis à des privations et parfois des tortures dont beaucoup resteront marqués.

Des héros qui ont résisté avec courage, plusieurs cimetières entretiennent la mémoire dont celui de Stanley, proche du site de la dernière bataille du collège Saint Stephen et du centre de détention, à l’époque un camp de prisonniers japonais. La stèle des Français Libres comporte six noms de braves, morts pour beaucoup dans ces journées, quatre noms de volontaires jusqu’alors oubliés par l’histoire seront bientôt ajoutés. Leur comportement héroïque face à la barbarie reste aujourd’hui encore un symbole fort qui lie encore plus la communauté française à cette terre de Chine.

 

Stèle des français libres de stanley hong kong bataille resistance
La Stèle des Français Libres au cimetière militaire de Stanley  @MarcGuyon

 

Pour plus d'informations sur Le Souvenir Français de Hong Kong, visitez le site de Souvenir Français de Chine ou contactez directement xavierpech@yahoo.com.

 


Vidéo @MarcGuyon, responsable de l'UFE Hong Kong 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Hong Kong

CULTURE

10 expressions cantonaises à mourir de rire

Notre chère langue française regorge d’expressions amusantes: poser un lapin, se prendre un râteau, tomber dans les pommes… Mais les Chinois de Hong Kong ne sont pas en reste!