Mercredi 22 septembre 2021
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
TEST: 2259

Quatre rues portant un nom français à Hô Chi Minh-Ville

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 12/05/2021 à 11:00 | Mis à jour le 12/05/2021 à 14:00
noms de rue donnés par quatre français au vietnam

En vous baladant dans le centre d'Hô Chi Minh-Ville, vous tomberez immanquablement sur la đường Pasteur, Calmette, Alexandre de Rhodes ou Yersin. Zoom sur ces quatre rues ayant conservé un nom français.
 

C'est en 1955 qu'est fondée la République du Vietnam (ou plus communément Viêt Nam du Sud), Etat créé après une colonisation française de près d'un siècle. Le Sud du Vietnam devient alors indépendant et se débarrasse de toute influence française en renommant les rues de sa capitale Saigon. Les noms des héros vietnamiens ayant lutté pour l'indépendance remplacent progressivement les noms français qui rappellent un passé colonial douloureux.

Pourtant, quatre rues possèdent toujours un nom français dans la ville, devenue Hô Chi Minh-Ville en 1976 : đường Pasteur, đường Calmette, đường Alexandre de Rhodes et đường Yersin. Ces rues rendent hommage à ces quatre Français - trois scientifiques et un missionnaire - ayant joué un rôle important dans l'histoire du pays.
 

rues d'ho chi minh ville portant un nom français


Alexandre de Rhodes (1591-1660)

Alexandre de Rhodes fut le premier français à visiter la Cochinchine et le Tonkin. Prêtre jésuite et linguiste, il met au point la transcription romanisée et phonétique du vietnamien : le quốc ngữ, qui sera ensuite utilisé dans tout le pays. Ayant vécu vingt ans dans la région, Alexandre de Rhodes a grandement participé à la formation de la langue vietnamienne par la codification de dictionnaires.
 

Alexandre de Rhodes


La đường Alexandre de Rhodes est aujourd'hui une petite rue parallèle au boulevard Le Duan bordant le parc du 30/4, sous l'ombre des grands arbres, et perpendiculaire à la rue Pasteur.


Pasteur (1822-1895)

Louis Pasteur est célèbre pour avoir mis au point le vaccin contre la rage. Il est considéré au Vietnam comme un « bienfaiteur de l'humanité ».
 

Louis Pasteur


La đường Pasteur coupe la rue Alexandre de Rhodes au milieu d'un bel espace vert dans le quartier central de Ben Nghe : le parc du 30/4. Elle traverse le District 1 et une partie du District 3.
 

Calmette (1863-1933)

On doit à Albert Calmette l'invention du vaccin contre la tuberculose. Albert Calmette est également le fondateur de l'Institut Pasteur de Saigon en 1891, le premier ouvert en outre-mer. Il travaille dans l'Institut à la préparation des vaccins contre la variole et la rage pour toute l'Indochine.
 

Albert Calmette
Kaufmann & Fabry (CC BY 4.0)


La đường Calmette débute au parc du 23/9 non loin du marché Ben Thanh dans le District 1 et traverse un bras de la rivière de Saigon avec le pont Calmette jusque dans le District 4.
 

Yersin (1863-1943)

Alexandre Yersin, découvreur du bacille de la peste, est un célèbre bactériologiste et explorateur. Il est également le fondateur du second Institut Pasteur en Indochine en 1895, basé à Nha Trang. Il est notamment connu au Vietnam pour être à l'origine de la ville de Dalat et pour avoir ouvert l'École de médecine de Hanoï.
 

Yersin


La đường Yersin est la parallèle à la rue Calmette et débute elle aussi au parc 23/9 pour descendre jusqu'au boulevard Vo Van Kiet dans le District 1.
 


Réédition et adaptation d'un article publié par Charlotte Rohmer le 3 Novembre 2015

4 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Vinh lun 17/05/2021 - 15:29

Bonjour et Merci à vous, Lothaire, pour ces précisons. Il aurait fallu en effet, parler plutôt de rues honorant des personnalités francophones. Le plus important à noter c'est qu'au Vietnam les autorités politiques ne font pas dans le "French Bashing" (il serait facile à manipuler, pourtant) alors qu'il est très en vogue aujourd'hui dans certaines milieux français dits "alternatifs" et obsédés par le "décolonialisme" ou le culte de la culpabilité occidentale tous azimuts....! Preuve que les anciens (et vrais) anticolonialistes ont mieux et plus intelligent à faire que nos "résistants" occidentaux de la dernière heure, gavés de confort et cherchant combler leur ennui par de fantasmagoriques oppressions modernes.

Répondre
Commentaire avatar

Lothaire de Sainte Collombes jeu 13/05/2021 - 13:05

Le bonjour, Le jésuite Alexandre de Rhodes est effectivement né en Avignon en 1591. Mais à cette époque, le comtat venaissin était un état pontifical et n'appartenait donc pas au royaume de France. De la sorte, Alexandre de Rhodes n'a jamais été un sujet français. D'autre part il a effectivement reçu l'approbation du pape Paul V pour se rendre en Extrême Orient et cela avec les moyens et le support de la flotte portugaise. La romanisation de la langue vietnamienne doit beaucoup plus à des précurseurs jésuites portugais (Francisco De Pina,Gaspar Do Amaral, Antonio Barbosa) qu' à Alexandre de Rhodes lui-même; Alexandre de Rhodes a tout de même compilé et précisé les travaux de ces jésuites en un dictionnaire Vietnamien/latin/portugais qu'il a rapporté à Rome. Ainsi, le quốc ngữ, rendu écriture officielle par Ho Chi Minh, doit beaucoup plus au portugais et au Saint Siège qu'au français. Quand nous savons qu'il n'y a à ce jour toujours pas de relation diplomatique en l'état vietnamien et le Vatican... A bientôt PS : Ne point oublier que Alexandre Yersin est né en Suisse et que pour entrer à l'institut Pasteur, il a du prendre la nationalité française. C'était un obligation à l'époque.

Répondre
Commentaire avatar

hochiminh mar 18/05/2021 - 10:41

Merci beaucoup pour ces précisions historiques Lothaire.

Répondre
Commentaire avatar

Vinh lun 17/05/2021 - 15:28

Bonjour et Merci à vous, Lothaire, pour ces précisons. Il aurait fallu en effet, parler plutôt de rues honorant des personnalités francophones. Le plus important à noter c'est qu'au Vietnam les autorités politiques ne font pas dans le "French Bashing" (il serait facile à manipuler, pourtant) alors qu'il est très en vogue aujourd'hui dans certaines milieux français dits "alternatifs" et obsédés par le "décolonialisme" ou le culte de la culpabilité occidentale tous azimuts....! Preuve que les anciens (et vrais) anticolonialistes ont mieux et plus intelligent à faire que nos "résistants" occidentaux de la dernière heure, gavés de confort et cherchant combler leur ennui par de fantasmagoriques oppressions modernes.

Répondre