Les RER métropolitains, nouveaux projets structurants du ferroviaire français

Par AFP | Publié le 28/11/2022 à 21:50 | Mis à jour le 29/11/2022 à 09:50

Le projet de lancer l'équivalent du RER dans dix grandes villes françaises n'est pas une nouveauté, mais l'annonce présidentielle de dimanche érige au rang de priorité des chantiers parfois déjà engagés qui s'annoncent longs et onéreux.

"Le RER, ce n'est pas que sur Paris", a plaidé Emmanuel Macron dimanche dans une vidéo postée sur YouTube.

"C'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie" dans les villes "où il y a thromboses, trop de circulation".

Fixant pour objectif la création de dix RER hors de la capitale, il n'a toutefois avancé ni calendrier, ni montant des investissements nécessaires.

Pas d'indication non plus sur les villes sélectionnées, mais le ministre des Transports, Clément Beaune, a évoqué lundi sur RMC des "projets relativement mûrs" à Strasbourg, Lille, Bordeaux ou Toulouse.

Le Conseil d'orientation des infrastructures (COI) "travaille en ce moment à identifier les projets qui pourront être lancés en premier. Il devrait rendre ses conclusions d'ici un mois", a annoncé Matignon.

Depuis le vote de la loi d'orientation des mobilités (LOM) en 2019, une quinzaine de projets plus ou moins avancés sont sur les rails.

afp

A l'époque, la ministre déléguée aux Transports, Elisabeth Borne, avait chargé SNCF Réseau de plancher sur la question.

Objectif de ces "services express métropolitains" (SEM): offrir des trains fréquents, au moins toutes les demi-heures, voire tous les quarts d'heures aux heures de pointe, toute la journée et desservant de nombreux arrêts.

- "Immense effort" -

Un service qui nécessite non seulement des investissements d'infrastructures - signalisation, aiguillages modernes -, mais aussi de matériel - des trains capables d'accélérations et de freinages réguliers pour multiplier les arrêts sans perdre trop de temps.

"Ce qui est très important, c'est le cadencement, c'est cela qui fait que les gens prennent les transports" en commun et remisent leur voiture au garage, note Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut).

afp

Les projets de RER métropolitains représentent "un immense effort", notamment financier, avait noté SNCF Réseau en 2020, pointant du doigt les capacités du réseau actuel, incapable d'accueillir sans gros travaux un tel service dans les métropoles.

En juillet, le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, avait évalué à 100 milliards d'euros sur 15 ans les investissements nécessaires pour doubler la part du ferroviaire en France.

Il y incluait la création de 13 RER métropolitains dans 13 grandes villes, pour un total de 13 milliards d'euros. "C'est un sujet intelligent, seulement il faut le financer. Pour le moment, il n'est pas financé", a remarqué Bruno Gazeau.

- "Une décennie" -

Certaines métropoles sont plus avancées que d'autres, comme Strasbourg qui doit lancer son projet de Réseau express métropolitain européen (REME) le 11 décembre, avec 800 trains supplémentaires chaque semaine en gare de Strasbourg et même 1.000 trains en septembre 2023.

A Bordeaux, le projet concerne 300 km de lignes pour 54 gares, 1,2 million d'habitants et vise 38.000 voyageurs par jour. Il s'agit de développer trois lignes traversant Bordeaux et reliant, pour l'une d'entre elle, Libourne à Arcachon.

afp

L'objectif est d'augmenter la cadence des TER jusqu'en 2028, avec une fréquence cible fixée à la demi-heure. "C'est un investissement lourd qui nécessite un accompagnement de l’État et nous attendons que le coup d'accélérateur soit significatif", a déclaré à l'AFP le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic (EELV).

"L'enveloppe globale pèse près d'un milliard d'euros avec des surcoûts déjà identifiés", a évalué le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani (PS).

A Rennes, on se dit "en capacité à partir de 2023" de proposer "des offres ferroviaires cadencées". "J'ose espérer (...) qu'on est bien dans les dix métropoles", a réagi le vice-président de Rennes Métropole, Matthieu Theurier (EELV).

L'annonce du président Macron a également été "très bien accueillie" à Marseille, où "les autoroutes d'entrée de la ville sont saturées tous les jours" et où le réseau ferré "est sous-exploité", d'après Audrey Gatian, adjointe au maire (PS).

Pour ce qui concerne les financements, le gouvernement renvoie là encore aux travaux du COI qui seront rendus avant Noël. Il fixe au début de l'année prochaine la définition d'un calendrier.

"Les transports, c'est investir dans l'avenir. Ça met énormément de temps. Ces fameux RER métropolitains, c'est un horizon d'une décennie", a insisté Clément Beaune.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale