Dimanche 16 décembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le PS s'oppose à la hausse des frais d'inscription à l'université

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 05/12/2018 à 17:30 | Mis à jour le 05/12/2018 à 17:30
FFE PS université tribune

L’université française a vocation à former les francophones du monde entier, pas à les trier en fonction de leurs ressources…  

 

L’université française a toujours eu vocation à former les francophones du monde entier. Son universalisme est tout à son honneur. Cela relève aussi de la solidarité internationale qui nous est chère. L’accueil d’étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur est l’un des instruments de l’attractivité et de l’influence de la France dans le monde. Sélectionner par l’argent, selon les moyens des régions et pays d’origine, nous priverait à la fois de talents et de relais précieux.

Annoncée par le gouvernement, la hausse des frais d’inscription pour les étudiants non européens (en licence, 2.770 euros contre 170 euros ; en master, 3.770 euros contre 243 euros) est totalement contre-productive. Nous nous y opposons fermement.

Ce décuplement des frais de scolarité dans l'enseignement supérieur en France touchera, entre autres, les familles étrangères du réseau des lycées français à l’étranger. Celles-ci on fait un choix culturel et de de projet éducatif ancré dans les valeurs de la France, en décidant de scolariser leurs enfants dans ce réseau. Le réseau des lycées français à l'étrangr est un instrument indispensable à la diplomatie douce de la France dans le monde, et à son rayonnement. La réforme concernera également les étudiants français qui choisissent à un moment ou un autre de leur parcours, de revenir en France et de rejoindre nos universités, et grâce auxquels se construit aussi un réseau d’échanges.

Emmanuel Macron annonçait 700.000 élèves d’ici 2025 dans ces mêmes lycées français dans le monde, soit deux fois plus qu'aujourd'hui, mais avec cette réforme de l'enseignement supérieur, beaucoup d'entre eux ne pourront pas poursuivre leurs études en France - sauf s'ils sont très riches. Au regards de la baisse du budget des bourses pour les étudiants des Lycées français à l'étranger dans le budget de la France pour 2019, c'est de toute façon bien vers ce modèle que l'on s'achemine: un système scolaire français fait pour les riches. 

Cette réforme est bien éloignée du principe d’un enseignement universaliste, largement accessible à toutes et à tous, qui promeut nos valeurs républicaines d'égalité et de fraternité, et qui fait la grandeur de la France. C'est pourquoi nous soutenons l’appel à manifester en France de plusieurs organisations et associations étudiantes, le 1er décembre, contre la décision du gouvernement, et nous nous opposons à toute augmentation des frais d’inscription pour les étudiants.

 

Cécilia Gondard
Secrétaire Nationale du PS à l'égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations
Première Secrétaire Fédérale de la Fédération des Français de l'Etranger du PS
Conseillère Consulaire des Français de Belgique, Présidente de la Commission des finances, du budget et de la fiscalité à l'Assemblée des Français de l'Etranger

Florian Bohême

Résident français au Cambodge, Porte parole de la Fédération des Français de l'étranger du Parti socialiste  
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

CLOTILDE ven 07/12/2018 - 10:29

Quand on connait le prix des études supérieures dans les autres pays, offrir la licence en Université française à 170 euros par an c'est déprécier notre système d'enseignement. De plus avec un coût aussi bas beaucoup doivent s'inscrire et ne jamais terminer le cursus.

Répondre
Commentaire avatar

Aixois jeu 06/12/2018 - 10:17

J'approuve la hausse. On paie déjà suffisamment d'impôts sans avoir à prendre en charge également les étudiants étrangers.

Répondre
Commentaire avatar

Fdeletranger jeu 06/12/2018 - 09:54

Bonjour, Si on peut avoir l'argument de la solidarité internationale (mais en a t'on les moyens ?), celui des familles non européennes des lycées français est surprenant : le coût d'une seule année en lycée français de l'étranger avant le bac est bien plus important que celui prévu pour les années de licence et master... Rares sont les familles étrangères boursières dans ce système. Enfin le titre est d'un raccourci fallacieux, il ne s'agit pas de la hausse des frais d'université sous entendu "pour tous". Faire un titre n'empêche pas de donner une information précise et objective "Le PS s'oppose à l'augmentation des frais d'université pour les non-Européens". Certes plus long mais exact.

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet