Mercredi 28 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Les Apparences, la bourgeoisie expatriée vue par Marc Fitoussi

Par Damien Bouhours | Publié le 28/09/2020 à 17:45 | Mis à jour le 29/09/2020 à 13:52
apparences fitoussi

Dans son dernier film, Marc Fitoussi s’attaque à la bourgeoisie expatriée. Karin Viard et Benjamin Biolay y campent un couple de Français vivant à Vienne dont la vie semble parfaite, au moins en apparence.

 

Son mari est un chef d’orchestre talentueux. Son fils est au Lycée Français. Elle dirige la médiathèque de l’Institut Français. Eve Monlibert (Karin Viard) vit une expatriation rêvée à Vienne. Jusqu’au jour où elle se rend compte qu’Henri (Benjamin Biolay) la trompe avec l’institutrice de leur enfant. Cette trahison la plonge dans une spirale infernale pour garder les apparences. Ce film librement adapté du roman Trahie de Karin Alvtegen dresse un portrait sans concession de cette communauté expatriée VIP.

 

Faux semblants et vrais travers

Si Les Apparences reste une fiction, il n’en dépeint pas moins certaines réalités. La « crème de la crème » expatriée présentée dans le film déteste la langue allemande mais la parle parfaitement, propose des strudels en dessert mais regrette la gastronomie française. « Ce qui me manque le plus à Vienne, c’est la bonne viande », peut-on ainsi entendre lors d’un dîner. Les conjointes s’échangent les bonnes adresses et se plaignent du personnel de maison. On compare les tampons sur le passeport et les lieux de vacances. Entre deux rumeurs d’infidélité partagées en messes basses, une des protagonistes affirme : « On forme une communauté. On est soudés ». Et pourtant seul le statut social importe.

 

Tout est une question de statut

Evelyne, qui se fait maintenant appelée Eve, a changé de pays mais aussi de milieu. Depuis qu’elle a quitté Paris, elle regarde sa mère de haut et la cache à ses nouvelles amies. Lorsqu’elle apprend que son mari la trompe, elle ne se bat pas tant pour le récupérer que pour ne pas perdre ses privilèges et surtout le regard bienveillant de la haute société tricolore en Autriche. Alors si ce thriller se moque de la superficialité de ces expatriés parfois caricaturaux, on ne peut s’empêcher d’y reconnaitre certaines personnes croisées au gré de séjours à l’international. Comme le regretté Chabrol, Marc Fitoussi épingle une bourgeoisie d’un autre temps, qui prospère aujourd’hui en dehors des frontières de l’Hexagone.

 

En salles depuis le 23 septembre

 

 

Nous vous recommandons

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Cram Drarig jeu 01/10/2020 - 16:45

Les Apparences, film de Marc Fitoussi. Quote "Comme le regretté Chabrol, Marc Fitoussi épingle une bourgeoisie d’un autre temps, qui prospère aujourd’hui en dehors des frontières de l’Hexagone" Unquote. Mais quand on est Français, pourquoi regarder à l'étranger quand on peut regarder en France, où se trouve toujours le modèle original ? J'ai eu la chance avant puis au début de ma carrière d'avoir des moments de vie dans diverses régions de France, Banlieue parisienne, Béarn, Région stéphanoise, Périgord, Normandie, Lyonnais, ... Et puis d'avoir une carrière d'expatrié dans une dizaine de pays pendant plus d'un quart de siècle sur quatre continents. Ce que dépeint le film de Marc Fitoussi, c'est pour simplifier le milieu des snobs qui existe aussi bien dans les villes françaises (population autochtone ou population impatriée) que dans les communautés expatriées à l'étranger, snobs de toujours, ou contaminés par le virus du snobisme avec le complexe de nouveaux riches en cas d'amélioration de la situation économique du ménage, racisme social ou ethnique ou racial quel que soit l'appartenance politique gauche, extrême-gauche, centre, droite, extrême droite, sentiment de supériorité en abaissant les autres, en ce sens le film n'offre pour moi aucun intérêt, tant j'ai connu de situations identiques. Car il faut bien voir qu'il ne s'agit par ailleurs que d'une tranche sociale de la population. Toute société est beaucoup plus riche et ne peut être réduite à une de ses parties.

Répondre

Société

Varsovie Appercu
SOCIÉTÉ

Pologne: Manifestations monstres contre l’interdiction de l’avortement

Le 22 octobre, le tribunal constitutionnel polonais a estimé que l’avortement en cas de malformation du foetus était inconstitutionnel. Depuis, des manifestations monstres secouent le pays.

Gastronomie

ESCAPADES GOURMANDES

Guillaume Guedj, l’appétit d’entreprendre

Guillaume Guedj est un serial entrepreneur qui ne s’arrête jamais. Véritable trublion de la gastronomie, il a à présent sous son aile trois tables parisiennes