Mercredi 21 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Comment déclarer ses revenus locatifs lorsque l’on est expatrié ?

Par Gestion locative avec Actibail | Publié le 16/10/2017 à 14:18 | Mis à jour le 28/03/2018 à 15:33
fiscalite-actibail

Vous êtes propriétaire d’un bien immobilier en France mais vous vivez à l’étranger ? Si celui-ci est en location, vous percevez alors tous les mois des revenus locatifs. Voici comment les déclarer en fonction du type de location mis en place.

Même en tant que non-résident fiscal français, il se peut que vous ayez encore des impôts à payer dans l’Hexagone. C’est notamment le cas si vous percevez des revenus de source française comme par exemple des loyers provenant de la mise en location d’un appartement situé à Paris.

Dans le cas d’une location meublée

Vous déclarez chaque année vos revenus locatifs dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et vous devenez loueur en meublé non-professionnel (formulaire 2042 C pro). Ainsi, si le montant annuel des loyers que vous percevez est supérieur à 32 900 euros, vous déclarez vos revenus locatifs au régime réel. Vous devez alors déduire vous-même les charges (intérêts d’emprunt, taxes, réparations, assurance, frais de syndic et de gestion) ainsi que l’amortissement de l’appartement, des travaux et du mobilier.

En dessous de ces 32 900 euros, vous pouvez choisir l’option de déclarer vos revenus locatifs au régime réel ou bénéficier automatiquement d’un abattement forfaitaire de 50%.

Dans le cas d’une location vide

Si vous mettez votre appartement en location vide, les loyers nets que vous allez déclarer entrent dans la catégorie des revenus fonciers (formulaire 2042). Là aussi, deux régimes différents peuvent s’appliquer. Si vos revenus locatifs annuels dépassent 15 000 euros, vous déclarez ces derniers au régime réel. Attention les charges déductibles en location vide ne sont pas identiques à celles déductibles en location meublée, notamment en ce qui concerne les charges d’amortissement.

En dessous de 15 000 euros, vous avez le choix entre le régime réel ou le régime micro-foncier. En choisissant cette dernière option, votre déclaration se trouve simplifiée et vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 30%.

Lors de la mise en location de votre bien, il est donc important de bien réfléchir au type de location que vous allez mettre en place. Les incidences pratiques mais aussi fiscales sont nombreuses. De même, si vous déclarez vos revenus locatifs au régime réel, il est primordial de bien connaître les différentes charges que vous avez le droit de déduire pour ne pas payer des impôts que vous pourriez éviter !

Pour cela, Actibail, spécialiste de la gestion locative à Paris pour propriétaires expatriés, est à vos côtés dans toutes les étapes de la location et de la gestion de votre patrimoine immobilier. Nous prenons en compte votre situation personnelle et fiscale pour vous conseiller sur le type de location à mettre en place. Nous vous assistons également chaque année au moment de remplir votre déclaration d’impôts.

 

Vous vivez à l’étranger et êtes propriétaire d’un appartement à Paris ?

 

Contact activais

Actibail sur lepetitjournal.com

Gestion locative avec Actibail

Spécialiste de la gestion locative à Paris pour les propriétaires expatriés, Actibail prendre en charge la mise en location de votre bien et sa gestion de A à Z. Nous vous versons un revenu régulier tout en développant la valeur de votre patrimoine.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Clemence jeu 19/10/2017 - 17:55

Je crois que le seuil est passé de 32900€ à 33100€.

Répondre

Ma Vie d'Expat

Rome Appercu
PORTRAIT

Christine, l’éternelle expatriée

Christine est une éternelle expatriée. Depuis 20 ans, elle parcourt le Monde. Caraïbes, Liban, Chine, Belgique... Rome est un arrêt de plus sur son chemin d’expatriée.

Le Mag

Singapour Appercu

Sur les bancs de l’École du Bayon

Depuis 1997, l’école du Bayon, située dans l’enceinte des temples d’Angkor, est venue en aide à 400 enfants cambodgiens vivant dans l’extrême pauvreté. Scolarisés en primaire, ces enfants sont ensuite