L'affaire des cas Covid de Tachilek fragilise le tourisme à Chiang Mai

Par Catherine Vanesse | Publié le 14/12/2020 à 00:00 | Mis à jour le 15/12/2020 à 10:34
Photo : Catherine VANESSE - Les mesures de prévention pour éviter les risques de pandémies s’étaient relâchées à Chiang Mai. Avec l'apparition de nouveaux cas de Covid-19, le port du masque est redevenu la norme dans les espaces publics.
Les mesures de prévention pour éviter les risques de pandémies s’étaient relâchées à Chiang Mai. Avec l'apparition de nouveaux cas de Covid-19, le port du masque est redevenu la norme dans les espaces publics.

Alors que la fréquentation avait bien repris après des mois de souffrance, l’activité touristique de Chiang Mai accuse de nouveau le coup avec l’annonce de quelques cas d’infection fin novembre

Au début du mois de novembre, le ciel semblait enfin s’éclaircir pour les acteurs de l’industrie du tourisme dans le nord de la Thaïlande. Avec ces températures clémentes, les provinces de Chiang Mai et Chiang Rai sont particulièrement prisées par les touristes locaux. C’est ainsi que depuis le mois d’octobre, 60% des hôtels avaient repris leur activité contre seulement 30% en juillet et août et les taux d’occupation n’avaient cessé de grimper, passant de 15% entre juillet et septembre à 35% en octobre et 70% en novembre.

Malheureusement, ce regain a été mis à mal par l’annonce d’une série d’entrées illégales depuis la Birmanie de personnes porteuses du nouveau coronavirus.  

En effet, le 28 novembre, la ville de Chiang Mai enregistrait son premier cas de Covid-19 après des mois sans aucune infection. Entrée en Thaïlande illégalement depuis la Birmanie le 24 novembre, une jeune femme avait été testée positive au Covid-19 à Chiang Mai quatre jours plus tard. Depuis, d’autres Thaïlandais revenant de la ville frontalière birmane de Tachilek ont été testés positifs au Covid-19. Et bien que les autorités aient assuré très tôt que la situation était sous contrôle, la plupart des contaminés en provenance de Tachilek étant passés en quarantaine, la nouvelle a suscité des inquiétudes auprès de la population.

“Depuis deux semaines, les hôtels enregistrent seulement 3% d’annulation”, tempère La-iad Bungsrithong, présidente de l’association des Hôtels pour la région nord de la Thaïlande. “Par contre, depuis la fin du confinement, nous observons une nouvelle tendance, les gens réservent et planifient de plus en plus leurs voyages en dernière minute et sur ces groupes-là, nous avons perdu près de 30%!”, dit-elle. 

Du côté de certains hôteliers, le nombre d’annulations est plus élevé que 3%. Christophe Gestin, directeur de l’hôtel Akyra, estime que son établissement a enregistré 15% d’annulation. Le propriétaire de l’hôtel Little Shelter, Apichai Tienvilairat se dit assez découragé : “Mon établissement fait partie du programme ‘Travel Together’, depuis la réouverture en juillet, le taux d’occupation n’était pas trop mauvais, mais là avec les dernières actualités, une bonne partie des réservations ont été annulées jusqu’à la fin de l’année 2020. Même si les autorités n’ont pas annoncé de confinement ou de quarantaine après un voyage à Chiang Mai, certaines entreprises demandent à leurs employés [revenant de la région] de se mettre en quarantaine”. 

FIDÈLES LECTEURS ET LECTRICES
Si vous souhaitez recevoir 

Lepetitjournal.com Chiang Mai
directement dans votre messagerie, abonnez-vous ici, c’est gratuit !

Le nombre de passagers à l’aéroport de Chiang Mai accuse également une diminution de 30% avec en moyenne 8.000 passagers par jours en décembre contre 11.000 en novembre. “Les gens voyagent de plus en plus en voiture, on sent une inquiétude à prendre l’avion ou les transports publics. Nous observons également une tendance pour les touristes à visiter les villes aux alentours de Chiang Mai tels que Mae Rim, Mae Chaem, Samoeng, etc. Ces régions accusent moins le coup que le centre-ville de Chiang Mai, c’est dommage car il y a beaucoup d’activités en cette période avec la Chiang Mai Design Week, le Nap Festival”, commente La-iad Bungsrithong. 

Présent depuis plusieurs années au Nap Festival, Kristian Levinsen, cofondateur des chocolats Siamaya confirme qu’il y a moins de monde cette année : “Les ventes ne sont pas mauvaises, mais elles sont moindres que l’année dernière. Après, il faut dire qu’il n’y a pas de touristes étrangers aussi, donc je ne peux certifier que cela est lié aux derniers cas de Covid-19”. 

Les inquiétudes suscitées par l’apparition de nouveaux cas ont par contre d’autres effets, que ce soit sur les marchés ou les festivals, les contrôles de la température corporelle et le port du masque sont de nouveau la norme. 

“L’apparition de nouveau cas a suscité un nouvel élan de frayeurs, mais surtout c’est un rappel pour les entreprises et la population qu’il faut continuer à suivre les directives en termes d’hygiène”, explique Jonki Dawson, président de Skål Chiang Mai, une organisation de réseautage pour les professionnels du voyage et du tourisme. 

Pour les prochaines semaines, La-iad Bungsrithong s’attend à une lente reprise du tourisme. “Nous espérons avoir néanmoins un taux d’occupation des hôtels de 60% pour décembre et janvier, c’est moins que les 70% espéré pourtant la situation est sous contrôle et il n’y a pas de problème pour voyager dans la région. Cela fait plus de 14 jours depuis l’annonce de cas de Covid-14, et toutes les personnes qui ont été en contact avec eux ont été testés et mis en quarantaine, il ne faut pas s’inquiéter”, rassure celle qui est également directrice du RatiLanna Riverside Spa Resort. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine s’est expatriée en Thaïlande de 2013 à 2022, collaborant avec des médias locaux ainsi que Lepetitjournal.com pour qui elle a notamment co-dirigé la rédaction de Chiang Mai de 2020 à 2022
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale