Dimanche 26 septembre 2021
TEST: 3873

Un bien curieux palais sous l’ancienne prison de Chiang Mai fait débat

Par Catherine Vanesse | Publié le 01/03/2021 à 00:00 | Mis à jour le 02/07/2021 à 06:34
Photo : Catherine VANESSE - Certains vestiges de l'ancienne prison des femmes de Chiang Mai devraient être reconvertis en musée
un palais sous l'ancienne prison de chiang mai

Lors des travaux de démolition de l’ancienne prison des femmes de Chiang Mai, les archéologues ont découvert des vestiges d’un palais vieux de 700 ans. 

Située au cœur de la vieille ville de Chiang Mai, l’ancienne prison des femmes a définitivement fermé ses portes en 2013 après un peu plus de cent ans d’existence.

Laissé à l’abandon, le site, connu sous le nom de Wieng Khaew, était destiné à devenir un parc public. Mais au début des travaux de démolition en 2016, les ouvriers découvrent des vestiges d’un palais qui pourrait remonter au début du Royaume Lanna. Le terrain qui appartenait à la municipalité de Chiang Mai passe alors entre les mains du département du Trésor, et des fouilles sont menées par des archéologues du département des beaux-arts Silpakorn 7 de Chiang Mai.

Les résultats des fouilles archéologiques ont été dévoilés au public le 22 janvier dernier.

L’ancienne prison aurait été bâtie sur un ancien palais du Royaume du Lanna, probablement construit sous le règne du roi Mangrai (1238-1317). Le roi Mangrai est le fondateur du Royaume du Lanna, il fit de Chiang Mai la capitale de son royaume en 1296.

En plus des ruines des fondations du palais, les archéologues y ont découvert de nombreux artefacts : poteries, porcelaines et outils de la vie de tous les jours qui témoignent d’échanges avec des nations étrangères qui remontent à la dynastie chinoise Yuan (13e siècle). Plus surprenants, les archéologues ont mis au jour un système hydraulique. 

ruines palais lanna
Les fouilles sur le site de Wieng Kheaw ont mis à jour le premier système hydraulique de la région Lanna. Photo Catherine Vanesse

“Cette découverte est une première dans le royaume du Lanna. Les systèmes hydrauliques les plus sophistiqués ont été découverts uniquement à Sukhothai et Ayutthaya. Jusqu’à maintenant, nous n’en avions pas encore découvert dans le nord de la Thaïlande”, explique l’archéologue Sitanun Suwunnasin lors de notre visite du site. 

En plus des différents puits localisés, l’un d’entre eux fait penser à une réserve d’eau bénite. “Sur l’un des puits, nous avons découvert des inscriptions sur les pierres alors que les autres n’en comportent pas. Cela pourrait indiquer qu’il s’agissait d’une réserve d’eau destinée à des fins religieuses ou pour le roi”, ajoute, enthousiaste, Sitanun Suwunnasin, qui a déménagé de Bangkok il y a deux mois pour participer aux fouilles. 

La chercheuse pointe d’autres spécificités comme la disposition du palais -il n’est pas orienté du nord au sud et d’est en ouest comme c’est généralement le cas en Thaïlande- ou encore la taille des briques -inhabituelle par rapport à d’autres constructions de l’époque.

“Aujourd’hui, il ne reste plus que les fondations comme c’est souvent le cas des résidences royales, car celles-ci étaient construites en bois. Nous venons de terminer une première phase de recherches et nous allons entamer la seconde. En fait, dans l’idéal, il faudrait également étudier les sols des rues avoisinantes pour voir jusqu’où le palais s’étendait”, détaille Sitanun Suwunnasin. 

"Volonté de Bangkok d'asseoir son autorité"

Si les travaux d'excavation ont permis de révéler un certain nombre de vestiges sur le site de l’ancienne prison de Chiang Mai, la découverte n’est pas surprenante. Des documents écrits et des cartes anciennes témoignent de la présence de ce palais. En 1558 après l’invasion de la ville de Chiang Mai par les Birmans, le palais sera occupé pendant 200 ans par les dirigeants birmans. En 1893, le cartographe irlandais James McCarthy met en évidence une zone qui ressemble à d’autres palais en Thaïlande. Au début du 20e siècle, probablement en 1902, les autorités de la ville décident d’établir la prison de Chiang Mai sur cet emplacement. La date exacte de la construction de la prison ne fait pas l'unanimité dans le milieu académique. 

carte ancienne chiang mai
En 1893, le cartographe irlandais James McCarthy met en évidence une zone qui laisse penser qu'un palais aurait pu se trouver au coeur de la vieille ville de Chiang Mai

“C’est une décision étrange et qui ne fait pas consensus”, explique la professeure Ajirapa Pradit, conférencière et chercheuse indépendante. “Pour certains, il semble impossible qu’une prison ait été construite sur un ancien palais. Selon les croyances, cela serait de très mauvais augure, car cela viendrait à dégrader ou déclasser le palais. Mais une autre théorie l’explique par une volonté du gouvernement central de Bangkok d'asseoir son autorité sur l’ancien royaume Lanna”, commente la chercheuse qui a entre autres travaillé sur la chronologie du site Wieng Kheaw. 

Des analyses géologiques et utilisant le carbone 14 sont actuellement en cours pour déterminer avec précision la date de construction du palais et certains objets. 

Quel avenir?

Mercredi 24 février s’est tenue une rencontre ouverte au public pour parler du budget disponible, présenter l’avancement des recherches archéologiques et les aménagements futurs du site de l’ancienne prison des femmes de Chiang Mai. La rencontre s’est terminée par un débat où des représentants des communautés voisines du site de Wieng Kheaw, des académiciens, professeurs, archéologues, architectes étaient présents. Des discussions souvent animées.

En 2012, la province de Chiang Mai avait émis une demande au gouvernement central de Bangkok pour se voir attribuer un budget en vue d'aménager le site de la prison en parc public. Une demande qui a été approuvée en 2014. La même année, un appel à projets avait été lancé auprès des architectes et designers. Depuis 7 ans, le cabinet d’architectes Destroy Dirty Things Co., Ltd remet régulièrement à jour ses plans afin de proposer un espace public pour tous avec des zones vertes, une plaine de jeu, des espaces d’ombres et d’expositions, etc. 

Design parc ancienne prison chiang mai
Projet de design proposé par le cabinet d'architecture Destroy Dirty Things Co., Ltd

Un projet qui ne fait pas l’unanimité en raison de l’histoire du lieu que l’on peut diviser en trois périodes : les débuts du royaume Lanna et le palais, l’ère Rattanakosin et la prison de Chiang Mai, et l’époque actuelle.

Certains veulent que le lieu soit conservé comme site archéologique pour permettre la poursuite des fouilles et mettre les ruines en valeur. En 2015, la ville de Chiang Mai a été inscrite sur la liste indicative de l’UNESCO. Depuis, la province espère ajouter Chiang Mai à la liste des villes reconnues par l’UNESCO, et à cet égard, les vestiges découverts sur le site de Wieng Kheaw pourraient être un argument supplémentaire. 

Pour d’autres, l’histoire de la prison mérite lui aussi d'être conservée. Le pénitencier a dans un premier temps accueilli hommes et femmes avant d’être une prison uniquement pour les femmes quand le centre correctionnel des hommes a été transféré à Mae Rim en 2000. À ce jour, il ne reste plus que trois bâtiments et une tour de guet pour témoigner de la présence d’un centre carcéral en plein centre de la ville. Ces bâtiments devraient être transformés en musée.

Pour les archéologues et le département des beaux-arts, la priorité doit aller à la poursuite des fouilles et à la préservation des artefacts anciens. 

Initialement un budget de 95 millions de bahts était prévu, mais celui-ci a été revu à la hausse et s’élève à 150 millions de bahts pour continuer les fouilles et aménager le terrain dans un projet aux contours encore imprécis. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir