Jeudi 6 mai 2021

Etre Etudiant (heureux) entre l’Inde et la France

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 16/02/2021 à 01:00 | Mis à jour le 16/02/2021 à 01:00
Photo : Promotion d'étudiants en double cursus entre lla France et l'Inde (ICAM LOYOLA COLLEGE)
ICAM LOYOLA COLLEGE INDIA INDE EDUCATION STUDIES

Nous l’évoquons souvent, la France et l’Inde ont construit une solide relation au fil des années. Des partenariats, (dans de nombreux domaines) en témoignent, comme celui du Loyola College et l’ICAM, institutions universitaires renommées. Nous avons rencontré Vivek qui nous raconte son expérience d’avoir été étudiant entre l’Inde et la France.

 

Faire des études entre l’Inde et la France

Il y a 10 ans, un partenariat éducatif a été créé entre le Loyola College, une des universités indiennes renommées dans toute l'Inde, et l'ICAM, école d'ingénieur en France (privée, reconnue au Label EESPIG : établissement ES Privé d'Intérêt Général). En fin de parcours, des étudiants viennent à Chennai, et d’autres s’envolent en France pour réaliser leurs deux dernières années du diplôme d’ingénieur.

Vivek Chidambaram, jeune Indien de 27 ans originaire de Chennai a bénéficié de cet échange universitaire en 2015 et 2016. Il en est ravi ! Nous lui avons demandé ce qui l’avait marqué : « Arrivé en France, je ne vous cache pas un certain choc culturel ! Nous étions 7 étudiants, ne parlant pas le français ; nous arrivions dans un pays qui n’a pas la même culture, pas la même nourriture, sans parler du climat. Nous sommes très attachés à nos familles en Inde, et là, nous voilà dans un pays sans repère, sans amis, sans « groupe » ». Heureusement, l’ICAM met tout en œuvre pour faciliter l’intégration et les aider à s’adapter. « Après un temps d’adaptation, je suis parti faire mon master à Nantes. » (NDLR d’autres campus ICAM existent à Paris, Lille, Toulouse…)  

Aujourd’hui, Vivek a trouvé un CDI à Paris chez Capgemini et il est très heureux. Avec le recul, il nous raconte ce que lui a apporté ce cursus entre deux pays : « En Inde, il y a beaucoup de spécialisations possibles; mais aussi beaucoup de cours théoriques et très peu de pratique. On lit beaucoup, on apprend, on révise, on retient. Mais ce que j’ai apprécié en France c’est de pouvoir mettre en pratique mes connaissances en génie électronique. J’ai pu faire des stages, cela n’existe pratiquement pas en Inde ! En France, faire un stage permet de réaliser concrètement un projet, d'apprendre à parler à des clients par exemple. ». Et l’Inde lui a-t-elle apporté un plus en arrivant en France ? « Oui bien sûr. Il y a notamment une très grande valeur ajoutée, c’est l’anglais. En Inde, toutes mes études étaient en anglais, je suis donc arrivé bilingue en France et pour travailler sur un projet international, j’ai fait la différence. Il ne me manquait plus qu’à apprendre le Français, ce que l’ICAM m’a apporté. ».

 

icam loyola college india inde chennai

 

Un échange aux avantages méconnus

Mais les étudiants qui choisissent ce parcours restent peu nombreux par manque d’attractivité de l’Europe. Vivek témoigne « Mes parents, tout comme beaucoup d’autres ici, n’avaient en tête que les Etats Unis comme destination étranger d’études supérieures. Nous n’avons pas assez le réflexe de l’Europe et la France. Pourtant je dois dire que je n’ai aucun regret de ce que j’ai vécu. »  En effet, l’ancien étudiant nous raconte que le coût de la formation est moins important que ceux des Etats Unis et que le visa de travail semble beaucoup plus facile à obtenir. « Maintenant que je travaille en France, je peux aussi témoigner sur les conditions de travail. Nous sommes vraiment protégés, et notre équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est assuré. Je dis ça surtout à cause de la pandémie qui nous a tous marqués. J’ai un ami qui avait choisi de faire ses études aux Etats Unis et y travaillait jusqu’à récemment : il a été viré en 45 jours, aucune sécurité de l’emploi face à l’adversité. »

 

Vivek Chidambaram ICAM LOYOLA COLLEGE france inde
Vivek Chidambaram 

 

Nicolas Juhel, chef de projet ICAM « Parcours Ouvert », doyen de la faculté d'ingénierie Loyola Icam College, nous le confirme : « Oui, de nombreux freins existent : la barrière de la langue, le coût de la formation, le manque d'attractivité de la France en Inde par rapport à l'Angleterre ou les USA, ... mais de plus en plus d'étudiants indiens suivent maintenant ce parcours. Je suis très fier de vous annoncer que 20 étudiants sont prêts à partir cet été pour démarrer, en France, 2 années d’études et obtenir leur Master en 2023. »

Aujourd’hui, l’ICAM est aussi présent en Afrique, au Brésil, et possède un solide réseau Alumni dans le monde entier. Pour en savoir plus sur le programme entre la France et l’Inde et les conditions pour l’intégrer, cliquez ici , ou contactez Nicolas Juhel - nicolas.juhel@icam.fr

 

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

#MAVIEDEXPAT

[Journal de Pondichéry] La politique et le sacré

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien où le Covid se répand.