Mercredi 22 septembre 2021
TEST: 3629

INDE : Le football féminin veut se démocratiser

Par Capucine Canonne | Publié le 24/03/2021 à 01:00 | Mis à jour le 24/03/2021 à 11:29
femme india inde football league woman women

Depuis quelques années, le football indien féminin se développe ; le pays devrait même organiser la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023 des moins de 17 ans en 2022. Plus localement, certaines organisations prônent, à leur échelle, l’accès et la découverte de ce sport auprès des jeunes femmes.

 

Le football Indien se conjugue aussi au féminin

L’Inde n’est pas très présente aux championnats mondiaux de football, par manque de qualifications, de motivation, ou parfois même de moyens. Pourtant, le pays a bien une ligue nationale de football, la I-Ligue, qui existe depuis 2007 avec 10 clubs participants, et ce sport serait même le 3ème le plus regardé et suivi, après le cricket et le kabaddi.

Pas de quoi décourager le football féminin qui se démocratise. Un championnat a été créé avec l’aide de la FIFA. Bien qu’encore timide, l’India Women’s League (IWL) existe et a pour objectif de renforcer la sélection nationale et permettre de passer les qualifications vers un tournoi international. : « Il n'y a pas encore de véritable culture de club au niveau féminin en Inde. L'IWL permettra de remédier à cette situation. On observe déjà quelques progrès. (…) L'IWL va contribuer à agrandir le vivier de talents, ce qui profitera au football indien et à son équipe nationale. L'IWL agit également comme un outil pour l'émancipation des femmes en Inde." explique Sanjeevan Balasingam, directeur régional de la division Associations membres de la FIFA pour l'Asie et l'Océanie (en 2018). Praful Patel, Président de la Fédération indienne de football (AIFF), ajoute que "C'est le début du football féminin dans le pays. L'IWL prend de l'ampleur chaque jour. Ce championnat offre aux joueuses la possibilité de faire du football leur métier."

 

Indian women league india inde

 

Tous ces efforts paieront peut-être, puisqu’en mars 2021, la directrice de la division du football féminin de la FIFA, Sarai Bareman déclarait dans les médias que "L'année prochaine, l'Inde et le Costa Rica vont accueillir des tournois de jeunes féminins tandis que les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023 vont commencer. » Une équipe de football féminine Indien serait-elle en route vers la gloire internationale ? A suivre de près !

 

Des initiatives pour promouvoir le football auprès des jeunes femmes

Mais avant de prétendre être au sommet, il semble nécessaire de développer la culture du football féminin dans le pays. Dalima Chhibber, joueuse de l’équipe Indienne est convaincue qu’il faut encourager les jeunes filles à jouer aussi bien au niveau des clubs que des écoles et des collèges ; elle constate d’ailleurs qu’il y a de plus en plus de participantes ces dernières années. Et pour démontrer que de belles initiatives sont prises en Inde, lepetitjournal.com met un coup de projecteur sur un tournoi de football féminin qui a eu lieu le 30 janvier dernier à Chennai.

Tout commence avec un jeune homme de 16 ans, Noor Cuvilliers, qui décide d’organiser, dans le cadre de ses études, un tournoi de football pour des jeunes filles. Passionné par ce sport, il contacte très rapidement l’ONG LP4Y (Life Project 4 Youth Alliance), une organisation présente dans le Monde qui se donne la mission de trouver « des solutions innovantes pour l'inclusion professionnelle et sociale des Jeunes (17-24 ans) issus de l'extrême pauvreté et victimes d'exclusion ». Ça tombe très bien, car l’ONG, située dans le Slum (bidonville ndlr) de Kannagi Nagar à Chennai, cherche non seulement à aider les jeunes femmes dans leur avenir professionnel mais souhaite aussi, par leur intermédiaire, promouvoir le sport au sein de la communauté via notamment des cours de sports ou des tournois.

 

LP4Y tournoi football chennai

 

Avec l’aide du coach de LP4Y, Théo Viron, l’appel est lancé. 4 équipes sont petit à petit constituées, venant d’écoles ou de slums de Chennai. Noor nous raconte que les jeunes filles sont toutes débutantes, certaines n’ayant jamais entendu parler de football. Si les restrictions sanitaires sont encore bien présentes, Noor et les organisateurs ne lâchent rien, contactent le Gouvernement de Tamil Nadu, limitent le nombre de joueuses et de spectateurs, signent des documents impliquant leurs responsabilités, établissent des règles très strictes le jour J (comme la distanciation sociale et le port du masque). Le projet peut aussi compter sur l’aide précieuse de Decathlon, sponsor et fournisseur de ballons, de dons de la communauté Française à Chennai et surtout du Club GreatGoals qui va leur trouver un terrain approprié. Et même si le jour J a été un peu chamboulé par un changement de dernière minute de terrain, les photos prises ci-dessous témoignent d’une excellente ambiance et d’une forte implication des joueuses, conquises par ce sport international.

football india inde chennai slum

 

football india inde chennai slum LP4Y

 

Noor conclut cette expérience « Nous avons adoré organiser ce tournoi. L’organisation était intense mais nous avons pu offrir une parenthèse sportive à des jeunes filles qui se sont amusées et nous ont fait part de leur fierté de participer à un évènement comme celui-ci. J’espère que cela les boostera, que cela leur apportera un certain esprit d’équipe nécessaire dans la vie professionnelle. Je suis d’autant plus satisfait que le Club GreatGoals a ouvert, depuis, un programme de football exclusivement réservé aux filles. C’est un pas vers l’accès au football pour les femmes en Inde. » Bravo !

 

Nous vous recommandons
CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Directrice de la publication et rédactrice en Chef de l’Edition lepetitjournal.com de Chennai. Jeune maman et expatriée en Inde, elle crée l'édition de Chennai en août 2019 ; un prolongement de ses expériences en radio, TV et presse écrite.
0 Commentaire (s) Réagir