TEST: 3629

CHENNAI : Une Opération "Beach Clean Up" avec Namma Beach

Par Capucine Canonne | Publié le 17/03/2020 à 01:00 | Mis à jour le 17/03/2020 à 01:00
plage propre chennai namma beach

8 mars 2020, lepetitjournal.com Chennai se rend sur la plage de Besant Nagar. Il fait très chaud ce jour-là mais cela n’empêche pas une bande de t-shirts verts de s’activer dans le cadre d’une opération « Beach clean up », organisée par Namma Beach. Nous les avons suivis.

 

Namma Beach, 8 ans de motivation

Nous longeons d’abord un grand mur peint de blanc. Des volontaires, les mains pleines de peinture, s’affairent à dessiner une grande et belle fresque. Camille, collégienne et responsable de ce projet, nous explique : « Nous réalisons une mural painting pour l’association Namma Beach, sur le thème de la protection de l’environnement. Nous essayons, à travers ces dessins d’envoyer un message à la communauté alentour qu’il faut garder la plage propre pour préserver les animaux et la nature. » Ca commence bien !

fresque murale paint chennai namma beach clean

 

Nous continuons notre marche vers la plage, et nous nous rapprochons d’un groupe de t-shirts et casquettes verts. Nous rencontrons Virginie Vlaminck, organisatrice de l’évènement. Très accueillante et dynamique, elle nous raconte que ce genre d’opération d’ampleur a lieu deux fois par an et avec quelques plus petites organisations ponctuellement. Il y a beaucoup de jeunes, expatriés mais aussi des indiens, des enfants du quartier. Virginie a commencé seule à ramasser les déchets il y a maintenant 8 ans : « Pendant les vacances de Noël 2011-2012, j'ai décidé d'utiliser ma photographie comme support pour sensibiliser la population locale de mon quartier, dans le but de créer un environnement propre dans les rues et sur la plage voisine. J'ai placé des poubelles en béton à l'entrée de la plage et je les ai peintes en bleu avec des slogans. Au début, je nettoyais la plage avec l'aide d'autres expatriés qui vivent dans la rue. Mais pour augmenter l'effet, j'ai décidé de contacter la Coopération de Chennai. Aujourd’hui, celle-ci  ramasse tous les déchets collectés dans les poubelles bleues que nous avons le long des plages et les apporte dans les zones gouvernementales désignées pour les ordures.  Je vais prochainement partir de Chennai vers de nouvelles aventures et Nature Trust, un trust fondé par I.H. Sekar en 2009 pour protéger l'environnement, a pris notre projet "Namma Beach, Namma Chennai" sous son aile. ».

 

Des volontaires motivés mais parfois désabusés

Des volontaires, sacs en toile à la main s’affairent seuls ou en groupe sur la plage. Nous discutons avec Didier, expatrié venu en famille pour prêter main forte. « Je viens chaque fois que je le peux mais c’est une petite contribution. Mais honnêtement c’est un peu désespérant, on a jamais fini de ramasser… ». Plus loin, Christel nous raconte un peu que ce ne sont pas que des déchets venant de particuliers mais aussi de déchets rejetés par la mer : «  Le plus gros problème selon moi c’est la pollution par la mer qui rejette des déchets venant des rivières. Les habitants n’ont pas forcément conscience que jeter dans les rivières près de chez eux a des conséquences ailleurs. On voit aussi beaucoup de déchets d’hôpitaux (flacons, seringues, plaquettes de médicaments entamés). Il semblerait donc que des petits hôpitaux se débarrasseraient aussi de leurs déchets par la rivière ! Il y a un manque de prévention, tous ces gens ne se rendent pas compte de l’impact de cela… ». Bénédicte, expatriée et maman d’adolescents tient à être présente en famille car « c’est important de transmettre aux nouvelles générations l’importance de ce genre d’action. C’est important de les sortir un peu de leur bulle de confort et de les confronter à la réalité de l’Inde. Je trouve normal de venir ramasser mais ce qui me choque c’est que ce devrait être une décision politique de nettoyer les plages, les rues, les villes. A long terme, les gens finiront par comprendre mais il n’y a aujourd’hui pas de volonté politique. Les indiens ne sont pas encore sensibilisés à ce fléau, c’est encore une goutte d’eau dans un océan. Et c’est un peu décourageant de se dire qu’ici, dans 10 jours, il y aura encore des déchets à ramasser…Comment entretenir la motivation ? La dynamique de quartier est une bonne réponse, Virginie Vlaminck fait un travail formidable. Et personnellement je ne me décourage pas, ça vaut le coup de venir. »

 

ramassage déchets namma beach besant nagar

 

Nous retournons à l’ombre, le soleil tape fort et nous rappelle que ces volontaires ont beaucoup de mérite. Un stand est mis en place avec de l’eau et une infirmière est présente en cas de coup de chaud. Dans un coin, des sacs blancs et jaunes (pour le verre) s’entassent petit à petit. Ils sont pleins à craquer. Comment motiver les volontaires d’ailleurs ? Un sac rempli fait gagner un jeton pour une glace ou un maïs grillé. Les enfants semblent adorer,  ils se motivent entre eux. Certains filous passent discrètement récupérer un sac plein pour obtenir le jeton !

 

opération glaces clen beach namma beach chennai

 

Et après ?

Avant de partir, Virginie nous raconte les prochaines idées de l’association : « En 2019, nous avons lancé une nouvelle initiative sous le nom de "Friends of ECR Beach". Il s'agit d'un groupe de personnes (individus, groupes d'amis ou associations de quartier) qui vivent près de la plage et qui adoptent une partie de la plage parce qu'ils veulent profiter d'une plage propre chaque fois qu'ils s'y rendent pour courir, marcher, jouer avec leurs enfants ou simplement profiter du lever du soleil. Cela signifie que vous prenez la responsabilité de garder propre une zone spécifique de la plage, de demander l'aide de la population locale et de travailler aux côtés de la Coopération de Chennai ».  Au-delà de ce genre d’opérations, nous réalisons bien que nous sommes face à des personnes très motivées et déterminées à garder la ville de Chennai propre ; l’objectif est vraiment d’encourager le changement de comportement et sensibiliser les gens à la nécessité de préserver notre environnement.  « Je suis si heureuse d'avoir trouvé une autre façon de partager mon amour de la photographie. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, et bien que les gens disent que je ne change qu'une goutte dans l'océan, l'océan n'est-il pas une multitude de gouttes ? »

 

namma beach clean beach chennai

 

Merci Namma Beach. Retrouvez toutes les actualités de l’association sur Facebook

 

 

Sur le même sujet
CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Directrice de la publication et rédactrice en Chef de l’Edition lepetitjournal.com de Chennai. Jeune maman et expatriée en Inde, elle crée l'édition de Chennai en août 2019 ; un prolongement de ses expériences en radio, TV et presse écrite.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale