Mercredi 12 août 2020

A deux heures de Chennai, les Maldives...

Par Thibaut Dejean de la Batie | Publié le 14/05/2020 à 01:00 | Mis à jour le 14/05/2020 à 09:48
fonds marins maldive 1

Lepetitjournal donne la parole à Thibaut, grand passionné de voyages  partout dans le monde, réalisés avec ou sans sa famille. Il nous raconte aujourd’hui leur séjour aux Maldives, à seulement quelques heures de Chennai, avec sa femme, Romy et ses trois enfants.

 

maldives famille india

 

Les merveilles du monde sous-marin sont extrêmement menacées. Les coraux et la vie multicolore qu’ils abritent risquent de ne pas survivre très longtemps à l’acidification des océans causée par nos émissions de carbone. J’ai eu la chance de découvrir ces paysages sous-marins lors des voyages de mon enfance. Mes propres enfants ont été à leur tour fascinés par ce qu’ils ont vu l’an dernier aux Philippines. Et déçus par le peu qu’il restait à voir au Sri Lanka. Il me tient donc à coeur de leur donner la possibilité de faire du beau snorkeling, comme j’espère plus tard les emmener sur des glaciers, avant qu’ils ne disparaissent.

Pour partir en vacances en famille avec un bébé de moins de deux mois, il fallait changer nos habitudes de voyage. Une semaine au même endroit avec assez de confort. Nous nous sommes rapidement tournés vers les Maldives, suffisamment proches de Chennai pour limiter les frais aériens, avec des beaux fonds marins en perspective. Les Maldives font aussi partie de ces joyaux insulaires menacés de disparaître à cause de la montée des eaux. Néanmoins l’offre hôtelière est si chère là-bas qu’il y a vite fait de dépenser en une semaine 10 ans de son budget voyage ! Après plusieurs semaines de recherches approfondies, mon choix s’est arrêté sur l’île de Dharavandhoo dans l’atoll de Baa.

 

maldives atoll baa india

 

 

L’atoll de Baa ressort en effet comme l’un des secteurs où les récifs coralliens résistent le mieux au blanchiment, aux espèces invasives et à l’activité humaine. Les plus beaux récifs sont situés en bordure des îles privatisées où il en coûte plus de 1000 euros par nuit et des vols intérieurs en hydravion. Mais l’île de Dharavandhoo est un peu différente. En dépit de sa taille qui excède à peine un kilomètre, elle dispose de sa propre piste d’atterrissage et bénéficie de vols réguliers. Elle compte plus de 800 habitants à l’année et quelques hôtels familiaux bien plus abordables que les resorts de lune de miel. A en lire les commentaires récents sur les forums de discussion, le récif de la plage qui longe l’île semblait tout à fait satisfaisant, et des excursions en bateau permettent d’accéder à mieux.

La réalité confirme nos attentes. La plage de notre hôtel est constituée d’un magnifique sable blanc et fin caractéristique des îles coralliennes. Elle est exempte de pollution contrairement à d’autres secteurs habités des Maldives. Le récif ceinture l’île et les poissons multicolores sont visibles dès les premiers mètres. Il faut reconnaître que le corail est affecté par le blanchiment: seulement 20% à 30% du récif m’apparaît en bonne santé. Mais c’est déjà ça et tant la quantité que la diversité de poissons sont inespérés. A raison de deux sorties aquatiques quotidiennes six jours durant, je ne me lasse pas de descendre en apnée le long du tombant et d’accompagner les enfants dans leurs découvertes depuis la surface.

 

fonds marins maldives

 

Pendant tout notre séjour souffle en continu un vent assez fort, apparemment typique du mois de janvier. Depuis la terme ferme c’est très agréable, notamment pour endormir Diane en se promenant sur la plage. Sous l’eau, là où le récif plonge, ce vent n’a plus beaucoup d’effet: la visibilité reste de 3 à 5 mètres (plus que la moyenne à Bréhat, beaucoup moins qu’en Corse). Mais pour entrer dans l’eau, c’est une autre histoire. Les coraux affleurent et la houle crée des rouleaux. Il y a vite fait de se faire râper…

fonds marins maldives india

Finalement, ce n’est que le dernier jour que nous partons en excursion: snorkeling l’après-midi, pêche le soir. On parle de plus de 100 USD par activité, ceci expliquant un peu cela. Notons au passage que le dollar américain semble l’emporter sur la rufiyaa maldivienne en tant que devise de référence. Les prix tant de l’épicerie que des excursions pour touristes sont libellés en USD et convertis en devise locale à la demande. C’est lourd de signification… Je pars avec les  enfants pour 10 minutes de traversée jusqu’au récif de l’île d’en face, île hôtel typique des Maldives. Ici, pourtant très près de Dharavandhoo, les structures coralliennes sont visiblement plus abondantes et on rencontre d’autres espèces de poissons. Et même une tortue !

Si vous souhaitez en savoir plus sur le voyage Thibaut et sa famille, contactez chennai@lepetitjournal.com qui vous fournira ses coordonnées personnelles après son accord. Vous pouvez suivre aussi toutes ses aventures sur son blog : http://dingfamille.over-blog.com/

 

Thibaut

Thibaut Dejean de la Batie

Thibaut est un féru de treks, seul ou avec sa famille. C’est son père qui l’a un jour convaincu de le suivre avec son frère. A travers son blog et maintenant lepetitjournal.com de Chennai où il vit actuellement, il partage ses expériences hors du commun.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Chennai

SOCIÉTÉ

Être « maid » en Inde

En Inde, il est chose courante de voir travailler dans les foyers aisés ou étrangers des employés de maison, « maid » en anglais ou « bai » en Hindi. Un métier intense de millions de personnes...

Expat Mag

SOCIÉTÉ

Être « maid » en Inde

En Inde, il est chose courante de voir travailler dans les foyers aisés ou étrangers des employés de maison, « maid » en anglais ou « bai » en Hindi. Un métier intense de millions de personnes...