Samedi 4 décembre 2021
TEST: 2248

La Thaïlande expulse des réfugiés cambodgiens

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 24/11/2021 à 18:15 | Mis à jour le 25/11/2021 à 11:06
Photo : Darcy M CC BY 2.0 2 2
Frontière thaïlande Cambodge Poipet

Trois réfugiés cambodgiens expulsés par la Thaïlande ont été incarcérés pour complot et incitation, a indiqué la police cambodgienne lundi. La pression s'accroît sur la Thaïlande pour ne pas expulser les militants risquant d'être incarcérés dans leur pays.

 

La police cambodgienne applique la loi

 

L'agence Reuter rapporte que le porte-parole de la police cambodgienne, Chhay Kim Khoeun, a déclaré que ses trois militants avaient violé la loi sur l'immigration en Thaïlande et que le Cambodge n'avait pas demandé leur expulsion.

 

« Ils sont sous le coup de mandats d’arrêt, donc quand ils sont arrivés, nous devions les appliquer", a déclaré Chhay Kim Khoeun. Il a ajouté :

 

Comment cela peut-il être une violation des droits de l'homme quand on vit en Thaïlande illégalement ? Je ne comprends pas. La Thaïlande a appliqué sa loi et nous appliquons la nôtre

L’inquiétude de Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

 

Nous sommes extrêmement préoccupés par cette tendance à renvoyer de force des réfugiés au Cambodge, où ils courent un risque sérieux de persécution.

"Compte tenu des récents développements, nous sommes très préoccupés par la sécurité des réfugiés cambodgiens reconnus par le HCR en Thaïlande", a déclaré Gillian Triggs, Haut Commissaire adjoint du HCR pour la protection.

 

"Nous demandons instamment au Gouvernement royal thaïlandais de s'abstenir d'expulser les réfugiés reconnus et de respecter ses obligations internationales, en particulier le principe de non-refoulement. Le HCR continue d'offrir son soutien total au gouvernement pour assurer la protection des personnes dans le besoin en Thaïlande ", a-t-elle ajouté.

 

Selon les groupes de défense des droits, il est probable que des dizaines de militants se cachent dans les deux pays respectifs, fuyant la répression des opposants par les autorités.

 

"Ces personnes méritent d'être protégées, et non expulsées vers un pays où elles risquent d'être persécutées ou maltraitées ", a déclaré Ming Yu Hah, directeur régional adjoint des campagnes d'Amnesty International.

 

"L’accord d’échange entre les autorités cambodgiennes et thaïlandaises fonctionne à plein régime, au mépris des protections et des droits des réfugiés", a déclaré lundi Reuters Phil Robertson, directeur adjoint de l'organisation pour l’Asie.

0 Commentaire (s) Réagir