Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2248

Covid, l’UNICEF au Cambodge s’inquiète de la santé mentale des jeunes 

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 08/10/2021 à 18:30 | Mis à jour le 08/10/2021 à 09:38
Photo : UNICEF
Visit-Takuy-community-pre-school_153A9044_20201011_44

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) au Cambodge a publié  un communiqué de presse mardi dans lequel il déclare  que les enfants et les jeunes pourraient ressentir l'impact du COVID-19 sur leur santé mentale et leur bien-être pendant de nombreuses années.

 

Selon le communiqué, on estime que dans le monde, plus d'un adolescent sur sept âgé de 10 à 19 ans vit avec un trouble mental diagnostiqué. Près de 46 000 adolescents meurent par suicide chaque année, ce qui représente l'une des cinq principales causes de décès pour leur groupe d’âge

 

L’UNICEF a mené une enquête auprès des jeunes

 

Au Cambodge en particulier, l’UNICEF et ses partenaires ont mené une étude d'évaluation de l'impact socio-économique du COVID-19 tout au long de la pandémie, en suivant le bien-être des Cambodgiens parmi de nombreux indicateurs.

 

Il apparaît que 45 % des adolescents interrogés (âgés de 15 à 19 ans) ont déclaré être inquiets pour leur sécurité pendant la pandémie, et 16 % d'entre eux ont déclaré se sentir plus anxieux ou déprimés depuis le début de la crise.

 

En outre, une évaluation conjointe des besoins en matière d'éducation a été menée par le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, le groupe de travail du secteur de l'éducation et l'UNICEF après la fermeture des écoles en 2020. 15 000 Cambodgiens ont été interrogés dont des élèves, des soignants, des éducateurs et des autorités locales.

 

L'enquête a révélé que 58 % des élèves de l'enseignement secondaire ont déclaré avoir connu au moins un problème de santé mentale. En outre, 43 % des personnes interrogées pensaient que les garçons seraient davantage exposés à la violence, aux abus et à l'exploitation pendant la fermeture des écoles, tandis que 36 % pensaient qu'il en était de même pour les filles.

 

"Les enfants du Cambodge, comme dans le reste du monde, ont dû faire face à de nombreux défis pendant la crise du COVID-19", a déclaré Foroogh Foyouzat, le représentant de l'UNICEF au Cambodge.

 

"La fermeture des écoles, les changements dramatiques dans les interactions sociales et l'impact socio-économique de la pandémie sur les familles cambodgiennes ont eu un coût élevé pour la santé mentale des enfants et des jeunes", a-t-elle ajouté.

 

Alors que la pandémie se poursuit, l’impact sur la santé mentale et le bien-être des enfants et des jeunes continue de peser lourd, indique le communiqué, ajoutant que les rapports indiquent qu'au moins un enfant sur sept a été directement affecté par les fermetures.

 

Des facteurs de protection, tels que des soignants aimants, des environnements scolaires sûrs et des relations positives avec les pairs, peuvent contribuer à réduire le risque de troubles mentaux, le rapport avertit que des obstacles tels que la stigmatisation et le manque de financement empêchent trop d'enfants de bénéficier d'une bonne santé mentale ou d'accéder au soutien dont ils ont besoin.

 

Le rapport invite les gouvernements du monde entier à ne pas négliger la santé mentale et à débloquer des budgets.

0 Commentaire (s) Réagir