La lutte contre le braconnage se poursuit au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 06/09/2022 à 06:22 | Mis à jour le 08/09/2022 à 05:33
Photo : Rangers cambodgiens détruisant des piège / Ministère de l'environnement
ranger cambodgiens contre les pieges

Face au danger que représente le braconnage et surtout le piégeage pour la faune sauvage du Cambodge, le gouvernement et plusieurs organisations internationales avaient lancé en début mars une campagne de sensibilisation auprès des populations rurales.

 

Cette campagne, d’une durée de six mois, devait être menée dans six provinces : Kampong Thom, Kratie, Stung Treng, le Mondulkiri, Preah Vihear et le Ratanakiri. Elle a débuté dans cette dernière province le 4 septembre.

Après avoir dressé le bilan de ses six premiers mois, cette campagne reprendra  dans les provinces de Kampong Speu, Koh Kong, Pursat, Battambang, Kampong Chhnang et de Sihanouk.

 

Selon le ministère de l'environnement, de janvier à la mi-août 2022, quelque 26 588 collets ont été retirés de 76 zones protégées En 2021, c’était 61 611 collets qui avaient été détruits. Ces pièges tuent sans distinction les animaux qu’ils attrapent. Ils contribuent grandement à la disparition d'espèces menacées, telles que le gaur, le banteng, le cerf Sambar, mais aussi des oiseaux, des félins et même des éléphants. 

 

Six mois après le début de la campagne, autorités cambodgiennes et ONG dressent un premier bilan 

De nombreux médias ont été mobilisés, depuis des publicités sur les tuktuks jusqu’à la télévision et la radio, en passant par des médias sociaux comme Facebook, Twitter, YouTube et LinkedIn.

Selon M Seng Teak, directeur national du Fond mondial pour la nature (WWF Cambodge), cette campagne a déjà touché plus de trois millions de personnes et plus de 2 500 braconniers ont directement cessé leurs activités.

De nombreux médias ont été mobilisés depuis des publicités sur les tuktuks, jusqu’à la télévision et la radio en passant par médias sociaux comme Facebook, Twitter, YouTube et LinkedIn

 

Interdire la consommation de gibier au Cambodge

"Le simple retrait des collets ne suffit plus. Nous devons améliorer l'application de la loi au niveau national et provincial et renforcer la coopération pour dissuader efficacement le piégeage, tout en réduisant la demande de viande sauvage qui alimente ce comportement pernicieux", a déclaré en mars M. Jeremy Parker, directeur des opérations Asie-Pacifique de Fauna & Flora International.

 

Le gouverneur de la province du Ratanakkiri, Nhem Sam Oeun a annoncé qu’il allait placer des affiches sur tous les marchés et qu’il interdira aux restaurants de vendre du gibier sous peine de poursuites.

 

Comme nous le savons, lorsque les restaurants cesseront d'acheter de la viande de brousse pour la servir à leurs clients, les chasseurs cesseront de chasser, car il n'y aura plus d’acheteurs.

 

officiels et ONG se sont réunis lors du lancement
Officiels et ONG réunis lors du lancement de la campagne dans le Ratanakiri / AKP

 

 

Pour ne rien manquer de l’actualité francophone du Cambodge, pensez à vous abonner à notre lettre d’information en cliquant sur ce lien. Précisez bien : l’édition du Cambodge et hop le tour est joué.

À bientôt.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale