Le difficile travail de défenseur de la faune au Cambodge 

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 20/04/2022 à 18:30 | Mis à jour le 20/04/2022 à 13:38
Photo : Wildlife : "Le travail peut être difficile, mais c'est ce que j'ai fait toute ma vie, à différents titres et dans différents pays, et je ne peux rien faire d'autre"
Nick Marx, directeur du programme de soins et de sauvetage de la faune sauvage

Entretien avec Nick Marx, défenseur de l'environnement chez Wildlife Alliance pour qui le temps, l'argent et les compétences manquent pour mener à bien cette tâche.

 

Au cours des dix dernières années, l'organisation Wildlife Alliance a mené des programmes de terrain pour sauver, maintenir et réhabiliter un grand nombre d'animaux sauvages. Ces activités comprennent la protection des forêts dans les montagnes Cardamome, ainsi que des projets de conservation et de sauvetage de la faune sauvage dans tout le Cambodge.

 

Les difficultés que rencontre le défenseur de la nature

Nick Marx, directeur du programme de soins et de sauvetage de la faune sauvage, et son équipe, sont chargés de protéger, de sauver et de soutenir la reproduction des espèces rares. Selon lui, si certaines actions de conservation se déroulent sans problème, d'autres sont confrontées à des difficultés, en grande partie à cause du manque d'implication des communautés environnantes et des autorités locales dans la préservation de la vie sauvage.

 

"Il n'est pas facile de travailler dans un pays en développement en essayant de préserver la faune et les ressources naturelles", explique-t-il.

 

Nous devons constamment lutter contre la chasse, l'exploitation forestière et le manque d'intérêt des autorités pour la conservation. Nous devons également trouver de l'argent pour pouvoir faire ce travail.

"Sans la volonté, les soins et le sauvetage de la faune sauvage au Cambodge ne pourront pas être menés à bien. Partout où il y a des animaux qui ont besoin d'aide, nous devons aller leur porter assistance, peu importe si la zone est facilement accessible par la route ou pas. La protection de leur vie est notre principale priorité", a ajouté Marx. 

 

10 000 animaux relâchés en 20 ans

Wildlife Alliance poursuit trois grands objectifs : lutter contre le trafic d'animaux sauvages, s'occuper et aider les animaux qui ne peuvent pas être relâchés dans la nature et, lorsque c'est possible, relâcher les animaux sauvages dans leur habitat naturel.

 

En ce qui concerne cette dernière mission, les équipes de l'organisation ont déjà relâché des animaux dans les forêts d'Angkor, de Koh Kong, Kampong Speu, Pursat et dans quelques autres provinces. Pas moins de 10.000 animaux ont été sauvés et relâchés dans la nature depuis que l'organisation a commencé ses activités au Cambodge en 2001, donnant ainsi une chance à leur population de se reconstituer dans ces régions.

 

Selon Nick Marx, ces dernières années, les projets d'élevage et de conservation, y compris le relâchement d'animaux sauvages, ont connu un grand succès au centre de sauvetage de la faune de Phnom Tamao, dans la province de Takeo. Grâce à la réhabilitation du site et au travail continu de l’ONG, la présence de nombreuses espèces sauvages, comme les léopards, les gibbons ou les loutres, a augmenté dans toute la forêt.

 

La préservation de la faune, le projet d'une vie

Pour Marx, amoureux des animaux sauvages, travailler avec Wildlife Alliance au Cambodge depuis 20 ans a été une expérience incroyable, surtout dans le domaine de la conservation.

 

Le travail peut être difficile, mais c'est ce que j'ai fait toute ma vie, à différents titres et dans différents pays, et je ne peux rien faire d'autre.

Pour participer à la conservation de la faune sauvage, il est essentiel de travailler avec les populations locales et de les soutenir. En plus de ses trois programmes de conservation, Wildlife Alliance gère également le programme Community Conservation Support, dans le cadre duquel les gens peuvent faire des dons pour soutenir et aider les communautés locales qui tentent de conserver leur faune et leur forêt.

 

Article traduit avec l'aimable autorisation de Cambodianess, afin de permettre à un public francophone d'y avoir accès. 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale