Vendredi 17 août 2018
Cambodge
Cambodge
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La faune cambodgienne menacée par l’utilisation massive de pièges

Par Pierre Motin | Publié le 04/06/2018 à 19:00 | Mis à jour le 04/06/2018 à 19:00
Photo : Un chat-léopard pris dans un piège. Crédits : Wildlife Alliance
chat-leopard-piege

Plus de 100 000 pièges ont été retrouvés en cinq ans dans un parc national du sud du Cambodge. Malgré la création de patrouilles mixtes de gardes forestiers et d’employés d’ONG dans le pays les pièges artisanaux, peu chers, faciles à poser mais difficiles à détecter, se multiplient. Si leur utilisation perdure, de nombreuses espèces d’animaux sauvages pourraient purement et simplement disparaître du Cambodge.

Selon un rapport co-écrit par l’ONG Wildlife Alliance, 100 000 pièges artisanaux et collets ont été collectés par les rangers du parc national des Cardamomes, dans le sud du pays, entre 2010 et 2015, un chiffre certainement bien en deçà de la réalité.

Souvent de simples collets de fil de fer, ces pièges ne discriminent pas les animaux, même s’ils sont souvent utilisés avec pour objectif de capturer des chevreuils ou des cochons sauvages. Un simple câble de frein pour moto peut ainsi tuer un éléphant ou un ours. Les patrouilles retrouvent fréquemment des animaux morts dans les pièges, en décomposition bien avant que les braconniers ne les retrouvent. Certains animaux sont mutilés par les pièges, et s’échappent après avoir mangé leur propre membre pris au piège.

« Les animaux qui s’échappent des pièges vont presque toujours mourir à cause de l’infection de leurs blessures », explique Thomas Gray, directeur scientifique de Wildlife Alliance. « Les animaux qui s’échappent et ne meurent pas d’infection sont mutilés de façon permanente, ce qui réduit leurs chances de survie, comme leurs capacités à chasser et à se nourrir. » Récemment, des caméras installées dans la forêt tropicale des Cardamomes ont montré un dhole (chien sauvage asiatique) et un éléphant blessés par des pièges, respectivement aux pattes et à la trompe. « Ils se déplacent mais sont en mauvaise santé, et vont probablement mourir », se désole le chercheur.

 

ours-blesse-piege
Un ours blessé par un piège. Crédits : Wildlife Alliance

 

Les auteurs du rapport alertent sur la gravité de la situation au Cambodge, car le pays compte de vastes forêts qui abritent une très importante population d’animaux sauvages. Dans certaines forêts du Vietnam et du Laos, elles aussi touchées par ce phénomène, on ne trouve désormais plus d’animaux plus grands qu’un écureuil en raison de la pose intensive de pièges.

« Des espèces comme le cerf Sambar, le chevreuil d’Eld, le banteng, le gaur, le dhole et le léopard sont particulièrement menacés aujourd’hui à cause des pièges », détaille Thomas Gray. « Leurs populations ont décliné tout au long du 20e siècle en raison de la chasse au fusil, mais désormais la pose de collets est la menace la plus importante pour ces animaux. Si personne ne réagit, ces espèces pourraient disparaître du Cambodge dans les dix prochaines années. »

L’utilisation massive de collets est un phénomène relativement récent au Cambodge, que les auteurs du rapport lient à une plus grande demande de viandes provenant d’animaux sauvages de la part de la classe moyenne émergente de Phnom Penh. Selon eux l’amélioration du réseau routier, qui permet désormais de transporter rapidement de la viande fraîche du Mondulkiri ou de Koh Kong jusqu’à Phnom Penh, a certainement participé à ce phénomène.

Le rapport préconise que les poseurs de pièges soient arrêtés et poursuivis en justice, la  pénalisation de la possession de collets et des matériaux permettant leur construction dans et autour des zones protégées. « Le nouveau code environnemental et des ressources du ministère de l’Environnement va fournir un cadre législatif fort pour arrêter les poseurs de pièges et interdire les matériaux utilisés pour fabriquer les pièges », indique Thomas Gray. « Désormais, il va falloir que les autorités des provinces se saisissent de cette législation, et qu’elles poursuivent les criminels. »

 

patrouille-pieges
Une patrouille montre des pièges récupérés dans la forêt. Crédits : Wildlife Alliance

 

0 CommentairesRéagir