Deux gaurs aperçus à Preah Vihear

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 12/07/2022 à 04:41 | Mis à jour le 12/07/2022 à 11:44
Photo : Ministère de l'environnement
Deux gaurs aperçus a Preah Vihear

Deux gaurs - une mère et son petit - ont été aperçus  dans la province de Preah Vihear. Ils ont quitté la forêt pour venir brouter dans les pâturages des vaches domestiques.

 

Le gaur est le plus grand bovidé existant

Il mesure en moyenne environ 168 cm à l’épaule pour les femelles et 188 cm pour les mâles mais des individus allant jusqu’à 220 cm ont déjà été observés. Le poids des mâles peut atteindre 1500 kg, celui des femelles est en moyenne de 700 kg.

L’animal affectionne les forêts relativement intactes, les terrains vallonnés en dessous d'une altitude de 1 500 à 1 800 m qui lui fournissent de l'eau et du fourrage sous forme d'herbes, de bambous, d'arbustes et d'arbres. A l’état naturel , il est essentiellement diurne, mais dans certaines régions, il est devenu largement nocturnes en raison de l'impact humain sur la forêt.

Les troupeaux de gaurs sont dirigés par une vieille femelle adulte. Les mâles adultes peuvent être solitaires. Au plus fort de la saison de reproduction en Avril - mai, les mâles sans attaches errent largement à la recherche de femelles réceptives. 

Malgré sa grande taille et sa puissance, le gaur est craintif et timide. Toutefois, il est connu pour se joindre au bétail domestique paître dans les champs.  Les taureaux peuvent être dangereux et charger, surtout en été, lorsque la chaleur intense et les insectes parasites les rendent plus coléreux que d’habitude.

 

Gaur_map CC BY-SA 3.0
Repartition des gaurs dans le monde. source Wikipedia CC BY-SA 3.0.png 

 

Le gaur, une espèce menacée

La population mondiale de gaurs a diminué d'environ 90 % depuis le milieu du XXe siècle. L’espèce est classée comme vulnérables sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature

Au Cambodge,leur population a connu un déclin entre la fin des années 1960 et le début des années 1990. Cependant, jusqu'à 1000 individus ont pu survivre jusqu'en 2010 dans la province de Mondulkiri. Un échantillonnage dans le sanctuaire de faune de Keo Seima ( à cheval sur les provinces du Mondolkiri et de Kratié ) a dénombré environ 500 individus en 2010. 

Depuis lors, on observe un déclin rapide de ces populations, et probablement de toutes les populations du Cambodge. Les chiffres actualisés pour le Sanctuaire de faune de Keo Seima montrent une chute à seulement 33 individus en 2020.

Le porte-parole du ministère de l'Environnement, Neth Pheaktra, citant les gardes forestiers, a déclaré au Phnom Penh Post que la mère et son petit sont retournés dans la forêt dans l'après-midi du 10 juillet après avoir brouté avec les vaches.

 

Les gardes forestiers ont continué à surveiller la situation pour s'assurer qu'ils retournaient dans la forêt en toute sécurité sans tomber sur des pièges ou des chasseurs.

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale