Mardi 25 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Phnom Penh : à chacun son univers de coworking

Par Pierre Motin | Publié le 10/06/2018 à 19:00 | Mis à jour le 11/06/2018 à 01:27
Photo : Un bureau partagé de Outpost Cambodia. Crédits : Outpost
espace-coworking-ouspost

Alors qu’une génération de jeunes entrepreneurs, créateurs de start-up et travailleurs indépendants est en pleine émergence à Phnom Penh, l’offre d’espaces de coworking, où des actifs paient une cotisation mensuelle afin de pouvoir profiter d’un espace de travail, connaît une augmentation significative.

Aujourd’hui, Phnom Penh compte une vingtaine d’espaces de bureaux partagés où des actifs - entrepreneurs, travailleurs indépendants et créateurs de start-up - paient une cotisation mensuelle afin de pouvoir profiter d’un espace de travail, mais aussi pour avoir accès à une communauté d’actifs. Lepetitjournal.com Cambodge a visité trois de ces espaces de coworking à Phnom Penh.

 

Factory : un campus dynamique et créatif

Dernière arrivée sur le marché des espaces de bureaux partagés, la Factory est une ancienne usine de textile reconvertie fin 2017 en un campus de plus de trois hectares ayant pour objectif de favoriser la création au Cambodge sous toutes ses formes, notamment entrepreneuriale et créative. Située le long de la National Road 2 au sud du boulevard Norodom, la Factory comprend un espace de coworking très aéré, conçu sur le modèle architectural d’une bibliothèque.

 

espace-travail-factory
L'espace de coworking de la Factory. Crédits : Factory Phnom Penh

 

Les membres doivent payer 95 dollars par mois pour l’accès à un bureau. Un prix relativement élevé par rapport aux autres offres, mais qui se veut compétitif. « Nous voulons que cet espace soit comme une seconde maison pour nos résidents », explique Amara Sao, responsable de programme espaces de travail à la Factory. La Factory comprend un café, des espaces verts, et met à disposition des vélos pour circuler sur le très grand campus, où sont notamment installés des ateliers, une école ainsi que plusieurs entreprises. Elle comprendra bientôt des salles de détente et de jeux, des douches, des appartements et un espace de restauration. « Comme chacun le sait, il est très difficile de circuler à pied dans Phnom Penh, alors nous avons fait en sorte que nos résidents puissent se promener sur le campus. Bientôt, ils pourront même travailler de n’importe où dans la Factory, grâce à la généralisation du wifi sur nos trois hectares de terrain. »

 

exterieur-factory
Crédits : Factory Phnom Penh

 

Amara Sao insiste par ailleurs sur l’aspect communautaire de la Factory. « Nous organisons  des rencontres deux fois par mois, lors desquelles nos résidents peuvent présenter leurs activités et échanger entre eux. Notre idée est de faire du campus un véritable village créatif. »

 

Outpost : une oasis idyllique sur la presqu’île de Chroy Changvar

Situé sur la presqu’île de Chroy Changvar à l’est du pont japonais dans une zone encore peu urbanisée, l’immeuble d’Outpost Cambodia est aisément reconnaissable à son grand mur végétal. L’entreprise mise avant tout sur son cadre et la création d’un environnement confortable. Pour 50 dollars par mois, ses membres peuvent utiliser les bureaux en accès libre. « Nous sommes fiers d’avoir un vrai mélange de Cambodgiens et de professionnels internationaux à Outpost Cambodia. Aujourd’hui, nous comptons plus d’une quinzaine de nationalités. Cela nous permet d’avoir une communauté vibrante », s’enthousiasme David Abraham, co-fondateur d’Outpost.

 

outpost-cambodia
Crédits : Outpost Cambodia

 

L’entreprise a gagné le Coworker Awards pour le Cambodge en 2017. Outre les bureaux partagés, Outpost loue quinze chambres pour ses membres, dont certains ne sont de passage au Cambodge que pour quelques semaines, et des espaces de détente. « Nous faisons en sorte de faciliter le travail, la vie et le développement d’un réseau au sein d’Outpost » , explique David Abraham. « Nos membres exercent toutes les professions, mais les entrepreneurs, créatifs, chargés de marketing, graphistes et développeurs sont particulièrement représentés. »

 

coworking-outpost
Crédits : Outpost Cambodia

 

Impact Hub : le réseau d’abord

Créée il y a presque trois ans, Impact Hub fait figure de pionnier dans le paysage des bureaux partagés de Phnom Penh. « Il s’agit de “connecter et inspirer ceux qui veulent avoir un impact positif sur la société cambodgienne », indique Mélanie Mossard, directrice communauté à Impact Hub. « En regroupant dans un même endroit des personnes qui ont des profils souvent différents - entrepreneurs, graphistes, journalistes, chercheurs notamment - nous pouvons créer des synergies. » Impact Hub utilise en outre son réseau de membres pour développer des programmes afin d’aider les jeunes Cambodgiens qui veulent monter des entreprises sociales et environnementales en organisant des sessions de mentoring. L’entreprise a déjà aidé 104 startups de cette manière.

 

impact-hub
Crédits : Impact Hub

 

Avec un abonnement de 60 dollars par mois pour accéder à l’open-office partagé, Impact Hub attire aussi bien des professionnels installés à Phnom Penh sur le long terme que des personnes de passage pour quelques mois. « Nous essayons de créer un esprit de famille en organisant régulièrement des événements pour développer une atmosphère dans laquelle les gens se sentent assez à l’aise pour parler à leurs voisins » , poursuit Mélanie Mossard. « Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, nous misons avant tout sur notre communauté, notre réseau de partenaires et nos connexions. C’est ce que nous voulons offrir à nos membres : un groupe de personnes qui croient au pouvoir de la communauté, et qui sont convaincues qu’ensemble nous pouvons aider à bâtir un meilleur Cambodge. »

0 Commentaire (s)Réagir