Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2248

Deux français lancent une page Facebook pour apprendre le Khmer

Par Raphaël FERRY | Publié le 22/08/2021 à 02:15 | Mis à jour le 22/08/2021 à 22:04
Photo : fournie
un enfant s'applique à l'écriture

Apprendre le khmer , partager ses connaissances, profiter de l'expérience d'autres personnes, c'est possible maintenant sur Facebook grâce à deux Français. Nous sommes allés à leur rencontre.

 

Apprendre la langue du pays dans lequel on réside, n’est pas forcément une nécessité. Finalement, au Cambodge on peut très bien se débrouiller en anglais, même s’il est mauvais. La démarche d’apprendre le Khmer résulte selon moi plus de la politesse et de la curiosité et  du plaisir d’apprendre. Politesse parce que nous ne sommes pas chez nous et curiosité parce qu’apprendre une langue c’est essayer de comprendre la façon de penser de l’Autre, et par conséquent s’interroger soi-même sur notre propre système.

 

Nous sommes nombreux à baragouiner quelques mots de khmer, suffisamment pour se faire comprendre dans la vie de tous les jours. Et nous sommes finalement assez nombreux aussi à vouloir en connaître un peu plus, mais par paresse, fatigue, manque de temps, peu d’entre nous persistent.

 

Bien sûr il existe des cours dispensés ici ou là mais il faut l’admettre cela prend du temps et le manque d assiduité  a bien souvent raison des meilleures résolutions. Un peu comme la salle de sport.

 

Deux amis Fabien Peyronnet et Jean Kroussar, animent depuis peu un groupe Facebook dédié à l’apprentissage du Khmer et ils se montrent très prolifiques. Ils abordent la langue par thématique : les mots avec enfants dedans; les mots qui viennent du français ou les ustensiles de cuisine.... C’est bien fait, c’est rafraîchissant, c’est varié. On peut plonger dans l’étude ou papillonner si on ne peut pas tout suivre.

 

Comme j’aime à me promener sur leur page je me suis demandé ce qui les motivait.

 

Au bout de 6 mois au Cambodge, nous confie Fabien, j’ai tenu à apprendre le khmer et j’ai pris des cours avec un professeur khmer à raison de 1 heure 3 fois par semaine. Malheureusement, une fois arrivé à Kampot, il ne m’a pas été possible de trouver un nouveau professeur, aussi mon niveau en khmer a stagné, même si  je m'y consacrais seul quelques heures par semaine… 

J’ai ensuite eu la chance de rencontrer une jeune femme qui est toujours ma compagne aujourd’hui et qui … ne parlait ni anglais ni français… par la force des choses j’ai commencé à parler en khmer chaque jour… inscrivant minutieusement chaque nouveau mot, chaque nouvelle règle et quelques phrases… 

 

Fabien Peyronnet
Fabien Peyronnet photo fournie

 

 

Il y a un an de cela j’ai eu la chance de faire la connaissance de Jean Kroussar qui avait notamment écrit un dictionnaire franco-khmer, et l’analyse de son dictionnaire, systématique, mot après mot nous a conduit à échanger quotidiennement par mail ; d’un côté je lui soumettais des mots absents de son dictionnaire et d’un autre côté il me corrigeait. Il m’a également apporté toute la rigueur nécessaire dans l’apprentissage de cette langue avec l’approche de l’écriture et de la phonétique qui en découle.

 

Lorsque j’ai été seul pendant un an, je n’ai pratiquement trouvé aucune aide sur internet qui m’aurait permis de progresser, les livres étaient soit trop basiques, soit au contraire vous faisaient apprendre des mots complètement inutiles… Depuis que je suis arrivé au Cambodge, j’ai rencontré beaucoup de « baraings » et ils éprouvent tous pour la plupart les mêmes difficultés pour progresser, c’est la raison pour laquelle, même si j’ai bien conscience que ma connaissance de la langue khmère est forcément limitée, j’ai décidé de me lancer en créant ce groupe « apprendre le khmer » sur facebook.  Par chance, Jean a également accepté d’être également administrateur de ce groupe et m’a rejoint pour partager la rédaction des publications quotidiennes.

 

Un site pour tous niveaux du débutant à l expert

 

Quel que soit votre niveau en khmer, poursuit fabien vous pouvez nous rejoindre. Une fois par mois, je mets à disposition pour les personnes intéressées un recueil reprenant les publications du mois. Ainsi, il vous est possible de récupérer les publications que vous n’avez pas suivies. Les débutants apprendront en commençant par une approche grammaticale de la langue khmère, les personnes plus avancées complèteront leurs connaissances et les experts… trouveront toujours quelque chose de nouveau ou au contraire, nous aideront nous aussi à progresser…

 

Jean rédige les publications du week-end en apportant un œil différent, expliquant l’écriture, la phonétique ou nous racontera des légendes, il rédigera aussi des guides et enfin, nous mettrons aussi des liens avec des vidéos existantes sur le web afin de mieux appréhender la prononciation. Nous avons tenu à ce que chaque mot soit écrit en phonétique mais aussi en écriture khmère, ainsi il est facile de demander à une connaissance khmère de vous l’énoncer, et ainsi être sûr de la prononciation.

Nous n’avons pas d’objectif prédéfini, mais ce qui est certain c’est qu’au-delà de l’apprentissage de la langue, le fait d’apprendre le khmer permet de mieux appréhender la culture de ce pays. C’est donc aussi un moyen pour Jean et moi de rendre hommage à ce pays qui nous accueille.

 

 

J'avoue nous confie Jean, que nous apprenons en marchant, nous sommes partis sans feuille de route et nous avons eu le souci de nous adapter afin de partager au mieux nos connaissances de la langue. Enfin, ce site s'adresse à toutes les personnes désireuses d'apprendre la langue, donc niveau débutant, voire intermédiaire..

 

Jean Kroussar
Jean Kroussar Photo fournie
​​

La mise en place d’un Mini-Dico-Audio illustré et en ligne

 

Pour les mémoriser beaucoup de mots nécessitent d’être répétés encore et encore et malheureusement, la transcription phonétique ne suffit pas pour retranscrire correctement les phonèmes d’une langue. 

C’est pourquoi Fabien et Jean ont eu l’idée de publier un Mini Dico Audio en ligne.

MINI, parce qu'il ne se concentre que sur les mots essentiels, courants

DICO, parce que les mots sont traduits et transcrits avec de nombreuses explications.

AUDIO, parce que les phonétiques sont accompagnées de bandes sonores avec un locuteur khmer.

ILLUSTRÉ, lorsque cela s'impose. Par exemple pour les fruits, les légumes, les condiments, les plantes aromatiques...

EN LIGNE, parce que toutes les informations sont accessibles depuis un Smartphone

 

 

Ainsi, un Mini-Dico-Audio organisé autour des thèmes récurrents tels que : au marché (fruits, légumes, plantes aromatiques...), au restaurant, à l'hôtel, à l'hôpital, à la cuisine... et de nombreux autres sujets plébiscités par les personnes qui suivent les publications sont proposés au fil des semaines. C’est un excellent outil d’apprentissage et/ou de perfectionnement.

 

Quiconque aura déjà créé un site internet ou alimenté presque quotidiennement une page Facebook saura quelle énergie et quel temps nos deux amis auront dépensé dans cette entreprise entièrement bénévole.

 

Un grand merci à eux deux pour l’importance et la qualité du travail qu’ils offrent à la communauté francophone.

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir