Vendredi 21 septembre 2018
Cambodge
Cambodge
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des soldats chinois dans l’armée de Jayavarman VII

Par Pascal MEDEVILLE | Publié le 10/10/2017 à 21:00 | Mis à jour le 10/10/2017 à 21:00
Photo : Un fragment de bas-relief montrant un Khmer monté sur un cheval © Koh Santepheap
bas-relief-khmer-cheval

Dans la partie méridionale de la galerie extérieure du Bayon, le fameux temple construit dans Angkor Thom à l’époque de Jayavarman VII, se trouve un bas-relief s’étendant sur deux panneaux, représentant une bataille de l’armée khmère contre les Chams, qui avaient envahi le Cambodge angkorien en 1177. En 1178, celui qui allait devenir l’un des rois les plus célèbres du Cambodge leva une armée et se mit en devoir d’expulser les Cham. Cette action héroïque lui permit de monter sur le trône de Moha Nokor (le nom par lequel le Cambodge était désigné à l’époque) en 1181, à l’âge de 56 ans.

D’après les spécialistes, si l’on observe attentivement le bas-relief évoqué ci-dessus, on remarque la présence d’officiers et de soldats portant un uniforme différent de celui des Khmers. Certains hommes sont montés sur le dos de chevaux, ce qui est inédit au Cambodge à l’époque, car la monture de prédilection des rois est des officiers supérieurs khmers était l’éléphant de combat. Ces soldats mystérieux seraient en réalité des mercenaires chinois.

Comment se fait-il que des soldats chinois aient pu être engagés au côté des troupes de Jayavarman VII pour se battre contre les Cham ? Il faut pour cela se reporter à l’histoire de la Chine à la même époque.

En Chine, depuis le début du XIIº siècle, la dynastie des Song du Sud subit les assauts de diverses peuplades du Nord, dont ceux des Mongols, dont la cavalerie fait semer la terreur dans les steppes d’Asie orientale. Les Song finissent par être renversés, et les Mongols mettent en place la dynastie des Yuan en 1271. Il est plus que probable que des unités de l’armée des Song se soient alors déplacées vers le Sud, pour échapper aux hordes barbares, connues pour leur férocité.

Des unités chinoises, transformées ainsi en troupes de mercenaires, ont très certainement été recrutées par les Khmers pour les aider à chasser de leur territoire l’envahisseur Cham.

D’après des spécialistes de l’histoire militaire d’Angkor, ce sont les soldats chinois qui ont introduit dans les armées khmères l’innovation de la cavalerie à cheval. Avant Jayavarman VII, les rois khmers étaient en effet montés sur des éléphants, et ce n’est qu’à partir de cette époque que l’on voit apparaître des souverains cambodgiens à dos de cheval. Dans le même temps, certains officiers chinois auraient appris de leur côté à manier les éléphants de combat, inconnus en Chine.

(L’essentiel des informations utilisées pour cet article, ainsi que la photo du bas-relief, viennent d’un article publié par le quotidien cambodgien Koh Santepheap en mars 2017, voir ici.)

pascal-medeville

Pascal MEDEVILLE

Après des études de chinois et de khmer à l’INALCO, exerce la profession de traducteur professionnel depuis 1989. Après trois ans de séjour à Taiwan et dix ans en Chine continentale (Suzhou), installé au Cambodge depuis 2010
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

J'AI TESTÉ POUR VOUS

Cocktails à domicile, une recette à succès

Tomoka Cocktail Company n’est pas un énième bar ouvrant ses portes à Phnom Penh. En effet, cette entreprise a importé au Cambodge un concept complètement nouveau, la livraison de cocktails.

Vivre au Cambodge

EDUCATION

Un nouveau directeur pour l’école française internationale

Ancien professeur des écoles en France, Benoît Gaudriot est arrivé au Cambodge durant l’été pour prendre ses fonctions en tant que directeur de l’école française internationale (EFI) à la rentrée 2018