Mirel Bran nous parle de "Technosophie", le premier livre roumain sous forme de NFT

Par Franco-Roumanie | Publié le 04/07/2022 à 00:00 | Mis à jour le 20/07/2022 à 11:32
Mirel Bran

"Technosophie, la sagesse de la technologie" est le titre du premier livre en langue roumaine lancé le 20 juin sous forme de NFT (Non Fungible Token) à l’Institut français de Roumanie. Cette nouvelle technologie de la blockchain change la donne des industries créatives où la frontière entre le digital et le réel devient de plus en plus floue. Interview exclusive avec Mirel Bran, correspondant du journal Le Monde à Bucarest et auteur de ce livre illustré par un robot!

 

Nous n’avons plus besoin de faire des révolutions, les nouvelles technologies nous fournissent des outils qui vont nous permettre de construire un monde différent.

 

Grégory Rateau: Je vous propose de commencer par une question frontale : qu’est-ce qu’un NFT ?

Mirel Bran: NFT est l’abréviation de Non Fungible Token, terme qui signifie « jeton non fongible ». Un objet non fongible est un objet unique non interchangeable. Par exemple, le portrait de Mona Lisa peint par Léonard de Vinci et exposé au Louvre est « non fongible », ce qui veut dire qu’il est unique. Les experts évaluent sa valeur à un milliard d’euros. Vous pouvez faire des milliers de photos de ce tableau, mais je ne pense pas que vous puissiez vendre une photo de ce tableau un milliard d’euros. Les photos ne valent que quelques euros parce qu’elles sont fongibles, ce qui veut dire qu’elles peuvent être reproduites à l’infini pour un prix modique.

Ce qui fait la valeur du tableau original c’est qu’il est unique. Cette unicité, qui garantit sa valeur, est aujourd’hui assurée par la technologie de la blockchain. Je peux faire un tableau digital que j’enregistre en tant qu’exemplaire unique sur un réseau de la blockchain. C’est cela un NFT. L’unicité de cette œuvre est garantie par un algorithme mathématique. Je n’ai plus besoin du musée du Louvre. Je peux vendre mon œuvre digitale sur Internet et celui qui l’achète peut la revendre plus cher si un autre acheteur est prêt à payer le prix. C’est ainsi qu’en l’espace d’un an les collections de NFT ont créé un marché de plusieurs milliards d’euros. Et ce n’est que le début.

 

Tehnosofia, înțelepciunea tehnologiei est le premier livre en langue roumaine publié sous forme de NFT. Comment avez-vous procédé ?

En utilisant un robot inventé par Irina Raicu, une jeune artiste roumaine. Mon livre comporte 52 chapitres. Nous avons introduit chaque chapitre dans le code d’intelligence artificielle mis en place par Irina.  Ce robot a généré une image ou un NFT pour chacun de ces chapitres. C’est ainsi que nous avons créé une collection de 52 NFT à laquelle vous pouvez accéder à l’adresse suivante: https://xoxno.com/buy/noiVenimdinViitor/Technosophy

Le livre en format digital est accessible gratuitement en roumain et en anglais et il peut être téléchargé à partir de ce lien: http://noivenimdinviitor.ro Cliquez sur « Library » et vous aurez accès aux deux versions du livre.

couverture Tehnosofia
couverture du livre "Tehnosofia, intelepciunea tehnologiei"

 

Le livre est donc gratuit, mais vous faites payer la collection d’images NFT ?

C’est cela. Je pars du principe que l’accès à l’information doit être gratuit. Ceux qui veulent soutenir nos projets peuvent le faire en achetant les images NFT. Et je peux vous dire que les tableaux générés par le robot d’Irina sont très beaux. Je n’en reviens pas de voir à quel point un robot a été capable de transformer un texte en images.

 

Comment peut-on acheter ces NFT ?

Il en existe 52 et ce sont des exemplaires uniques. Nous avons choisi de les mettre sur la blockchain Elrond qui a été inventée en 2018 par deux jeunes Roumains, Beniamin et Lucian Mincu, qui habitent à Sibiu. Aujourd’hui leur projet est estimé à environ un milliard d’euros. Nous avons choisi une blockchain roumaine car nous voulons privilégier l’intelligence roumaine. Ceux qui veulent acheter nos NFT doivent télécharger sur leur téléphone mobile le portefeuille digital Maiar créé par Elrond pour effectuer leurs transactions sur leur réseau.  Mais le livre est gratuit, et j’invite vos lecteurs à le lire.

 

La technologie n’est pas une collection de gadgets électroniques mais notre façon de projeter notre monde intérieur à l’extérieur.

 

Quel est l'approche de ce livre ?

Je présente la technologie comme une rencontre entre la science et la spiritualité. C’est un livre très provocateur. La technologie n’est pas une collection de gadgets électroniques mais notre façon de projeter notre monde intérieur à l’extérieur. Ce livre fait partie d’une trilogie ; les suivants traiteront de notre système de croyances et du langage. Ce projet éditorial est homologué comme l‘émission de radio que je réalise pour Radio France Internationale Roumanie (RFI) qui s’intitule "Nous venons du futur".

Notre objectif est de créer la communauté digitale "Nous venons du futur", et c’est pourquoi nous sommes en train de mettre en place une DAO (Decentralized Autonomous Organization). Une DAO est une start-up gérée de façon décentralisée qui accueillera des projets qui correspondent à notre vision du monde. Nous ne sommes pas là pour vendre un livre, nous voulons changer le monde. Nous n’avons plus besoin de faire des révolutions, les nouvelles technologies nous fournissent des outils qui vont nous permettre de construire un monde différent. Nous allons bientôt peupler les métavers et créer des galaxies digitales avec leurs propres modèles de business. Et nous allons réussir. Nous le savons car nous venons du futur.

NFT Tehnosofia
Une NFT faite par le robot

 

Dans «Nous venons du futur», c’est qui «nous» ?

Moi-même et l’équipe de jeunes gens qui ont rendu possible ce projet. Sept jeunes gens m’ont accompagné pour produire le livre en roumain et en anglais et la collection de NFT. Ce projet fonctionne comme une start-up, chacun aura son pourcentage sur les ventes. Pour chaque NFT vendu ils recevront automatiquement leurs paiements dans leurs portefeuilles digitaux. C’est une fonction définie dans le « contrat intelligent » qui gère le projet de façon automatique.

 

Jusqu’où peut-on aller avec ce type de projet ?

Jusqu’à l’infini car nous sommes en train de construire un univers digital qui n’aura pas de limites, comme l’univers physique. Tous les jeunes qui veulent changer le monde grâce à leurs projets digitaux sont les bienvenus dans notre DAO. On offrira à chacun une planète digitale, et grâce aux NFT ils pourront utiliser l’univers digital pour créer un monde meilleur ici, sur terre. Je viens moi-même du futur et je peux vous dire que ce sont eux qui sauveront notre monde.

LEA BROKER LOGO LIGHT

Franco-Roumanie

La rubrique Franco-Roumanie a pour dessein de mettre en valeur le lien fort entre nos deux cultures qui ont déjà une longue histoire d'amitié. Chaque mois nous vous présentons un amoureux francophone de la Roumanie avec notre partenaire Lea broker.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Jeen jeu 07/07/2022 - 22:58

Quel est ce monde meilleur ? De quoi voulez-vous sauvez votre monde ? Il y a plusieurs mondes sur notre planète, qui a des limites physiques. De quels fléaux nous sauvera le technobusiness ? Acheter, revendre, paiements, portefeuille, gratuit... Le profit satisfait-il, nourrit-il, soigne-t-il, élève-t-il le niveau de connaissance et de bien-être ? Contribue-t-il à l'équilibre de notre planète ?

Vous proposez de "l'information" gratuite mais un dicton est connu : quand c'est gratuit, c'est vous le produit ! Pourquoi auriez-vous besoin de "soutien" alors ? De quelle nature est le "soutien" dont vous avez besoin ? S'agirait-il de quelque chose qui ne s'achète pas ? Cherchons bien, une technosolution devrait savoir y remédier.

Quant à l'art ... Mona Lisa comparée à une oeuvre issue de l'intelligence artificielle ? On pourra encore faire monter le prix de l'une ou de l'autre, mais qui sortira gagnant, nourri, heureux, en bonne santé et en paix ?

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale