Mardi 18 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Damien Thiery, le nouveau directeur engagé d'"Ateliere Fara Frontiere"

Par Grégory Rateau | Publié le 27/01/2020 à 00:00 | Mis à jour le 27/01/2020 à 00:00
Photo : Facebook/Ateliere Fara Frontiere
Damien Thiery directeur Ateliere Fara Frontiere Bio&co Remesh" Reconnect

Après avoir travaillé en tant que directeur financier d’une société roumaine filiale d’un groupe français, Damien Thiery prend un virage à 180 degrés. Il succède à Raluca et Patrick Ouriaghli à la tête de l'ONG "Ateliere Fara Frontiere" dont l'objectif est la protection de l'environnement et la réinsertion des personnes en difficultés. Rencontre.

 

 

Grégory Rateau: Vous reprenez aujourd'hui la direction d’"Ateliere Fara Frontiere". Pourquoi cette soudaine reconversion après avoir travaillé dans le domaine financier ?

Damien Thiery: Comme chacun peut l’observer, un nouveau monde ayant pour priorités le respect des Hommes et la protection de la planète est en train de se construire. Je souhaite être acteur de ce nouveau monde. Ateliere Fara Frontiere est une entreprise de l’économie sociale et solidaire qui porte ces idées en son cœur. J’ai d’abord travaillé dans les ateliers comme volontaire où j’ai réalisé à quel point cette association est à la fois unique et indispensable en Roumanie. Quand j’ai appris que Raluca et Patrick Ouriaghli, fondateurs d’Ateliere Fara Frontiere, ont un projet personnel et professionnel en dehors de la Roumanie, j’ai naturellement souhaité m’y impliquer plus pour contribuer à sa croissance.

 

Nous avions déjà interviewé votre prédécesseur mais pouvez-vous nous présenter brièvement l'organisation Ateliere Fara Frontiere ?

En Roumanie, la population inactive en âge de travailler est estimée par les analystes du marché du travail à 1,1 million de personnes. Elles pourraient être activées pour combler le déficit de main d’œuvre : il est donc urgent de proposer des mesures de remobilisation et des services d’insertion par le travail !
Ateliere Fara Frontiere a pour objectif l'insertion par l’activité économique de personnes en grande difficulté. Les objectifs concomitants sont la protection de l’environnement, par le recyclage et le réemploi des déchets, et par le maraîchage biologique, ainsi que le soutien de projets d’éducation par la donation d’ordinateurs reconditionnés aux écoles des communautés défavorisées du pays.

Pour se faire, Ateliere Fara Frontiere a développé 3 ateliers :


www.Reconect.ro : opérateur autorisé pour gérer les déchets électroniques et informatiques;
www.Remesh.ro : atelier de confection d’accessoires promotionnels éthiques;
www.Bio-co.ro : ferme qui produit 80 types de légumes certifiés écologiques et livre des paniers de légumes au bureau chaque semaine.

 

atelier fara frontiere

 


Vous avez par le passé fait un voyage d’un an avec votre femme. Est-ce que ce voyage est une des raisons pour laquelle vous voulez vous impliquer plus pour l'environnement? Parlez-nous un peu de ce périple étonnant.

Notre voyage est tout d’abord né de l’envie de nous retrouver en famille, de passer du temps de qualité avec nos enfants. Vivre des mois en camping-car à nous concentrer sur l’essentiel, hors de notre zone de confort, a été un challenge qui nous a tous renforcés. Mon épouse a en outre accouché en route, le voyage n’a donc pas été de tout repos... Nous avons vécu une longue période en consommant le minimum : au lieu de ressentir un manque, nous avons, au contraire, vécu des moments forts, sans superflu, à nous concentrer sur l’être plutôt que sur l’avoir. Je suis rentré en Roumanie, poussé par des idées de minimalisme, de décroissance soutenable mais aussi avec la volonté de donner du sens à mes actions.

 

Pensez-vous que les Roumains sont assez conscients en ce qui concerne leur responsabilité environnementale?

Malheureusement, partout dans le monde, les gens ne comprennent pas bien comment le réchauffement climatique et la pollution affectent leur vie et celle de leurs enfants et pourquoi nous devons agir maintenant. Et, pour être honnête, ce n'est pas comme si la grande majorité des multinationales et des gouvernements en faisaient assez pour changer ces modèles commerciaux non durables qui ont un impact si négatif sur notre planète. Les entreprises et les ONG qui mettent en place des modèles économiques durables le font dans la difficulté. C'est un long chemin à parcourir, et je le sais. Par exemple, la pollution de l'air atteint des niveaux alarmants à Bucarest, mais vous ne voyez pas plus de personnes laisser leur voiture à la maison et utiliser les transports en commun. Mais je pense qu’une prise de conscience sur des sujets précis affectant la Roumanie a toutefois eu lieu ces dernières années comme pour la protection de Rosia Montana ou contre la déforestation illégale. Nul doute que ce type d’actions va se développer et impactera bientôt tant les gestes individuels des Roumains que les politiques publiques.

 

Croyez-vous que le type d’initiative tel qu’Ateliere Fara Frontiere peut encourager les gens à plus de solidarité et à une prise de conscience éco-responsable?

Ateliere Fara Frontiere agit à plusieurs niveaux afin d’être le plus impactant possible. Tout d’abord, en faisant partie du réseau « RISE Romania » (Romanian Insertion Social Enterprise) et du réseau européen ENSIE (European Network of Social Integration Enterprises), Ateliere Fara Frontiere concentre beaucoup de son énergie pour changer les politiques publiques roumaines.

Ensuite, les sociétés privées partenaires d’Ateliere Fara Frontiere ont la possibilité de recruter les salariés en fin de programmes de réinsertion et d’impliquer leurs propres salariés dans nos programmes de volontariat.

Enfin, les clients d’Ateliere Fara Frontiere, qu'ils reçoivent nos paniers hebdomadaires de légumes certifiés biologiques ou qu’ils achètent les produits de notre atelier de confection Remesh, deviennent acteurs d’un monde meilleur par leurs actes d’achat responsable.

 

Que comptez-vous faire pour prolonger le travail de vos prédécesseurs et développer leur activité?

Depuis fin 2019, Ateliere Fara Frontiere est affilié au Groupe SOS, 1ère entreprise d’intérêt général en Europe. Ce rapprochement vise à permettre à Ateliere Fara Frontiere de consolider ses activités et à faciliter à moyen terme son changement d'échelle.
Notre objectif en 2020 est d’augmenter fortement le nombre de salariés en insertion dans les 3 ateliers. Nous restons par ailleurs en veille sur la possibilité de démarrer d’autres activités profitables, produits ou services, à fort besoin en main d’œuvre et à impact environnemental positif.

Ceci dit, nos activités ont toujours besoin de soutien sous forme de sponsoring et de mécénat pour développer nos actions sociales, sachant que nous ne recevons aucune aide publique pour notre action. Je profite donc de cet article pour passer un appel à tous les responsables de sociétés souhaitant soutenir Ateliere Fara Frontiere en 2020, que ce soit pour être sponsor de nos actions, pour la collecte de leurs déchets de matériels électronique et informatique, pour la commande de nos paniers de légumes certifiés biologiques aux salariés ou de nos produits de confection.

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir