Jeudi 13 mai 2021
Bucarest
Bucarest

COUPLE FRANCO-ROUMAIN - Geta Maria et Michel

Par Grégory Rateau | Publié le 19/04/2021 à 00:00 | Mis à jour le 19/04/2021 à 00:00
michel et geta couple franco-roumain

Notre couple franco-roumain du mois est Geta Maria et Michel. Ces deux-là se sont trouvés et vivent aujourd'hui en Roumanie, plus précisément à Bistrita-Năsăud où Michel avait autrefois un café et où ils restaurent à présent une vieille maison traditionnelle.

 

Grégory Rateau: Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours ?


Michel : En France j’ai été restaurateur de meubles anciens, d’objets d’art. En Roumanie, j’ai ouvert un café, « Café français chez Michel » (fermé à présent). Je suis à la retraite. J’ai toujours fait de la peinture et j’ai exposé  en France à Besançon, Belfort, Montbéliard, Pontarlier et  en Roumanie à Bistrita, Bucarest, Cluj. Je fais aussi partie de l’Association pour des Ressources Francophones Actives (ARFA)

Geta Maria : Je suis professeure de français à la retraite. Tout comme Michel, je fais partie de l’ARFA.

 

Parlez-nous de votre première rencontre.

Michel : Nous avions un ami commun qui nous a fait connaissance. On s’est connus dans un café de Besançon, Carpe Diem, le Carpé, comme il était connu. C’était au mois d’avril 2000. Maria se trouvait à Besançon avec un échange entre l’IUFM et le Rectorat de Bistrita. Moi, j’étais « en quête » d’une provocation et la Roumanie en était une.

 

Qu’est-ce qui vous a plu chez l’autre ?

Michel : J’aime chez Geta Maria son sourire, sa douceur, son calme et son optimisme.
 

Geta Maria : J’aime chez Michel son esprit curieux et toute son impatience créative. On est "presque toujours" sur la même longueur d’onde.

 

Geta maria, comment s'est passée votre intégration en France ?

J’aime beaucoup la France, mais je ne vis plus là-bas, on n’y passe que des vacances d’été. Mais j’apprécie le mode de vie des Français et je n’ai jamais eu de problèmes d’intégration.

 

Michel, aviez-vous des a priori sur la Roumanie avant d'y venir pour la première fois ?

J’ignorais tout de la Roumanie, je croyais que Budapest en était la capitale et, qu’à part la capitale, la Roumanie était une grande campagne sans villes.

 

Vous avez à présent acheté une maison saxonne à la campagne à Bistrita-Năsăud pour vous y installer. Pouvez-vous nous dire ce qui a motivé votre choix ?

Michel : La beauté de la maison. En France je faisais partie de « Maisons Paysannes de France » et je suis très attaché au patrimoine. Ça a été un véritable coup de cœur dès que j'ai poussé la porte. Cette maison avait grand besoin de restauration : un mur était déjà écroulé, d’autres étaient en mauvais état, tout était à refaire. Et je n’ai pas encore fini. Pour les habitants, nous sommes parfaitement intégrés, on a été très bien accueillis ici.

 

De manière un peu plus légère, y-a-t-il chez l'autre un trait de caractère proprement français, et proprement roumain que vous aimez ou que vous détestez ?

Michel : Parfois, Maria est inconséquente dans ses actes, trop insouciante.

Geta Maria : Michel est trop "rigoureux" pour la Roumanie, où « tout est pris à la légère. » Par exemple, il ne se garerait pour rien au monde, même pour 5 minutes, là où il est interdit de se garer. Mais, il a un peu changé, ce qui lui fait moins de stress. 

 

Un cliché lié à vos deux cultures respectives que vous avez su dépasser chez l'autre ?

Michel : Les Roumains sont des Latins orientaux.

Geta Maria : On ne rend pas visite sans prévenir et à n’importe quelle heure.

 

Une expression, un dicton que vous avez appris dans les deux cultures ?

Michel : Incercarea moarte n-are.

Geta Maria : Ça passe ou ça casse.

 

Nous vous recommandons

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Gina lun 19/04/2021 - 11:52

J,adore ce couple!! M-me Geta-Marie etait ma prof de français au lycée!!

Répondre

Expat Mag

Que fête-t-on le jeudi de l’Ascension ?

En France, l’Ascension fait partie des onze jours fériés. Cette fête chrétienne, célébrée chaque année entre le 30 avril et le 3 juin, tombe toujours un jeudi. En 2019, elle se tiendra le 30 mai.