Dimanche 20 septembre 2020

Un 14 juillet sous le signe de la pandémie

Par Juridique | Publié le 14/07/2020 à 00:00 | Mis à jour le 14/07/2020 à 00:00
14 juillet pandémie roumanie

Le 14 juillet, les Français du monde entier fêtent le jour national de la France, même si en cette année, en raison de la pandémie de Covid-19, le temps ne sera pas forcement aux défilés, aux parades ou aux bals populaires comme à l’accoutumée.

 

Egalement appelé « le jour de la Bastille », le jour national de la République Française fait référence à plusieurs moments importants de l’histoire de la France.

 

Il s’agit d’une part de l’épisode connu sous le nom de „la prise de la Bastille” (1789), à haute portée symbolique, lorsqu’une réaction royale maladroite face à une initiative réformiste a attisé le mécontentement populaire, entraînant la prise de la fameuse prison et forteresse de la Bastille. D’autre part, le 14 juillet évoque la „Fête de la Fédération” (1790), lorsque les „fédérations” constituées après la prise de la Bastille dans les provinces françaises se sont réunies en une structure dénommée la «Fédération nationale».

 

Pour mémoire, le 14 juillet a été déclaré comme fête nationale annuelle seulement le 6 juillet 1880, sous la IIIème République, comme suite à une initiative du député de Paris, Benjamin Raspail, qui a déposé un projet de loi, successivement approuvé par la Chambre des députés et le Sénat.

 

Il faut noter dans le contexte que les célébrations du XIX° siècle, avant la déclaration en 1880 du 14 juillet comme fête nationale, ont embrassé les enjeux et les caractéristiques des différents régimes politiques : fête de l'Empereur sous Napoléon ou fête du roi sous la Restauration.

Rappelons-nous les évènements de ce jour 

 

La Jour de la Bastille (14 juillet 1978)

La prison de la Bastille est prise d’assaut sur le fond d’un mécontentement social et des iniquités existantes dans la société quant aux objectifs absolutiste du Roi qui avait fait entourer Paris par ses troupes.

Du point de vue historique, ce moment coïncide aussi avec l’avènement des idées des Lumières qui faisaient leur chemin dans toutes les branches de la société.

La décision du Roi de renvoyer le Contrôleur général des Finances Jacques Necker, sur le fond des tensions existantes au sein de l’Assemblée Nationale, et de le remplacer avec le Baron Louis Auguste Le Tonnelier de Breteuil, un fervent opposant aux idéaux insufflés par la Révolution française, attise la crainte populaire d'un retour en force de l'autorité royale. Des manifestations spontanées surviennent dans les rues pour soutenir Necker, quelques jours avant le 14 juillet 1789, et une intervention d'un régiment allemand aux Tuileries fait des blessés. En même temps, les soucis alimentaires, après un hiver rude, entretiennent la crainte, de sorte de la foule envahit le couvent Saint Lazare soupçonné d'abriter du grain.

A l'Hôtel de Ville, des électeurs de la ville de Paris dirigés par le prévôt des marchands, Jacques de Flesselles, créent un comité permanent et une milice, avec comme signe distinctif une cocarde rouge et bleue, aux couleurs de la ville. Cette milice estimée à 40.000 hommes s’empare des armes pillées un peu partout et attaque, le 14 juillet, la Bastille, la forteresse où la poudre noire était stockée.

Les archives de la forteresse seront incendiés et les quelques prisonniers y détenus libérés. Une centaine de Parisiens a été tué pendant la journée, ainsi que le Gouverneur de la prison, le marquis de Launay. En fin de journée, ignorant encore l'épisode de la prise de la Bastille, le roi Louis XVI a ordonné le retrait des troupes royales. Le roi n'a appris l'événement, qu'à son réveil, le lendemain matin. Le duc de La Rochefoucauld-Liancourt a laissé ce mot devenu célèbre : « Non, Sire, c'est une révolution »...

La fête de la Fédération (14 juillet 1790)

La Fayette, nommé par Louis XVI commandant de la garde parisienne, spécialement créée pour canaliser les mouvements populaires, prend l’initiative d’organiser une fête nationale pour célébrer le premier anniversaire de la prise de Bastille et la constitution de la fédération nationale. Les festivités sont organisées sur le Champ-de-Mars. Les fédérés venus de toutes les provinces défilent avec leurs tambours et drapeaux. Selon les spécialistes du Centre national de documentation pédagogique (CNDP), des éléments constitutifs des 14 juillet moderne naissent en cette occasion. Une messe a été célébrée par l’Evêque d’Autun et Monseigneur de Talleyrand-Périgord et Louis XVI vont prêter le serment civique à la Constitution et à la Nation.

Cérémonies et fêtes populaires

La journée du 14 juillet s’organise généralement autour de deux éléments principaux : le défilé militaire, qui fait l’objet d’une préparation minutieuse, et l’ensemble des festivités populaires, se déroulant partout en France.

Le lieu de célébration du défilé a varié dans le temps. Du Champ-de-Mars en passant par l'hippodrome de Longchamp, les Champs-Elysées s’imposent surtout depuis 1980.

Si l'union de la Nation française est réaffirmée à l'occasion de cette fête, quelques 14 juillet ont été particulièrement marquants, comme celui de 1919 - nommé fête de la victoire après l'austérité de la guerre de 1914-1918.

Dans le même esprit, le 14 juillet 1945 a été précédé par trois jours de réjouissances civiques.

Les 14 juillet 1958 et 1959 ont été les premiers au cours desquels la France a fait défiler ses armes lourdes, montrant ainsi sa puissance militaire.

Le 14 juillet 1989 a été aussi un moment fort, par la célébration du bicentenaire de la Révolution française.

Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 14 juillet 1994 des soldats allemands ont défilé en France.

En 2007, pour la première fois, les soldats des 27 pays européens, parmi lesquels la Roumanie, ont aussi défilé sur les Champs-Elysées.

Cette année, la cérémonie qui se tient à l'occasion de la Fête nationale aura lieu Place de la Concorde, dans un format réduit, à cause des mesures sanitaires strictes déterminées par la pandémie de Covid-19. Selon l’Elysée, une cérémonie sur la Place de la Concorde remplacera le traditionnel défilé militaire des Champs-Elysées. Le défilé aérien et des troupes auront lieu, mais ils seront bien réduits, en l’absence du public. Le traditionnel feu d’artifice est cependant maintenu à Paris, mais sans public.

****

 

 

Nous profitons de cette occasion pour souhaiter un excellent 14 juillet à tous les français de Roumanie ou d’ailleurs !

gruia-dufaut-cabinet-avocats1

Juridique

Les nouveautés juridiques dans tous les domaines du droit des affaires (droit des sociétés, droit du travail & fiscal, immobilier, RGPD, etc.) sont offerts par le Cabinet fondé par Dana GRUIA DUFAUT, Avocat aux Barreaux de Paris & Bucarest.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Carloman mar 14/07/2020 - 07:45

Personnellement, je n'ai jamais entendu parler de "jour national de la France" auquel on préférera les terme, plus simple, de "14 juillet" ou encore "fête nationale" plus souvent utilisé dans les medias. Et, pour la prise de la Bastille, on n'utilise jamais que ces mots "prise de la Bastille"... Quant à la révolution en elle-même, comme tous les soulèvements "populaires", elle a été pilotée par des groupes économiques, la bourgeoisie, qui a discrètement armé une foule manipulée... Le roi n'étant pas un politique vraiment affirmé, il s'est laissé manœuvrer par des conseillers, et le reste est arrivé tristement. On notera que les députés révolutionnaires n'ont jamais envisagé de destituer le roi, mais de mettre en place une monarchie parlementaire !

Répondre

Communauté

L'univers onirique de Jules Perahim

La paix fut imposée pendant la période de l'entre-deux-guerres. À la fin de la Grande Guerre, les états européens se redressèrent du point de vue économique et social, fournissant à la culture la meil