TEST: 2245

Meleşcanu accuse Iohannis dans l'affaire des bureaux de vote

Par Grégory Rateau | Publié le 10/06/2019 à 00:00 | Mis à jour le 10/06/2019 à 00:00
Photo : Inquam Photos / Marius Zmarandescu
Meleşcanu accuse Iohannis dans l'affaire des bureaux de vote diaspora élection

Le ministère roumain des Affaires étrangères (MAE), a rédigé un rapport sur les raisons qui ont conduit aux files d'attente interminables formées dans les bureaux de vote que les autorités roumaines ont organisées à l'étranger pour les élections au Parlement européen du 26 mai. Selon ce rapport, cité par Hotnews.ro., Teodor Meleşcanu reproche au président Klaus Iohannis, dans certains cas, le tourisme électoral ainsi que le faible débit d'Internet.

 



«Le MAE a rempli toutes les obligations légales dans le contexte de ces élections, en ce qui concerne l’organisation et le fonctionnement des bureaux de vote à l’étranger», lit-on dans le rapport.



De plus, dans le même document, le ministère a également énuméré une série de facteurs qui ont conduit au chaos électoral de la diaspora. Par exemple, le MAE a déclaré que la décision du président Iohannis d’organiser le référendum sur la justice le même jour que les élections au Parlement européen avait entravé le processus de vote.



«L’organisation des élections au Parlement européen parallèlement au référendum a permis de faire passer la durée du vote de deux à sept minutes, deux listes à compléter (écriture manuscrite), trois bulletins de vote ont ensuite été remis aux électeurs (dans le cas de ces listes qui ont également voté lors du référendum), et les bulletins de vote ont dû être présentés dans trois boîtes différentes », indique le rapport, selon Hotnews.ro.



Une autre raison était la faible vitesse de l’Internet «dans différents pays et dans les endroits choisis», ce qui a entraîné des problèmes dans le fonctionnement du système STS (service spécial de télécommunications) utilisé pour surveiller le taux de participation et empêcher le vote illégal.



Il y avait ensuite le tourisme électoral, plus précisément "des actions coordonnées pour amener un grand nombre de personnes au vote, avec 5-6 bus ou voitures". "Dans la plupart des cas, ces groupes sont restés proches des bureaux de vote même après le vote et ont créé des incidents jusqu'à ce que les forces de police interviennent et obtiennent la fermeture des bureaux de vote. "



La solution proposée par le MAE pour éviter de tels problèmes lors des prochaines élections consiste à mettre en place un processus de vote anticipé de sept jours pour les Roumains résidant à l'étranger. "D'autres mesures, telles que le vote électronique ou par courrier, peuvent créer d'autres problèmes, car elles nécessitent l'enregistrement préalable de chaque citoyen (en indiquant son domicile..) afin d'exercer son droit de vote."



Le Premier ministre Viorica Dancila a déclaré que les conclusions des ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur sur le vote de la diaspora seraient rendues publiques lundi. Dans le même temps, les procureurs chargés de la lutte contre la corruption ont annoncé l'ouverture d'une enquête, après que des dizaines de Roumains aient déposé plainte pour irrégularités dans le processus électoral organisé à l'étranger.



La Roumanie a organisé à la fois les élections européennes et le référendum sur la justice le 26 mai. Le taux de participation a été très élevé, y compris à l'étranger, où les Roumains ont formé des files d'attente sans fin et ont dû faire face à des heures d'attente pour voter. Des milliers de personnes n’ont toutefois pas eu la chance de voter, ce qui a provoqué de la colère et même des incidents dans certains bureaux de vote.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale