Le Sénat roumain adopte tacitement un projet de loi anti-LGBTIQ+

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 11/05/2022 à 00:00 | Mis à jour le 11/05/2022 à 07:01
Sénat roumain projet de loi anti-LGBTIQ+

Le Sénat roumain a tacitement adopté, fin avril, un projet de loi qui ressemble beaucoup à la position anti-LGBTIQ+ de la Russie et aux mesures du Premier ministre hongrois Viktor Orbán. Le projet de loi pourrait finir par éliminer toute mention positive des minorités sexuelles dans les médias et la publicité.

 

Cela survient moins d'un an après que le Sénat a adopté la "Stratégie d'égalité pour les personnes LGBTIQ 2020-2025" publiée par la Commission européenne, signalant un décalage entre la décision des législateurs roumains d'adopter la stratégie et sa mise en œuvre effective.

Le projet de loi, qui est maintenant en route vers la Chambre des députés pour un vote décisif, concerne la « protection et la promotion des droits de l'enfant ». Elle modifie un projet de loi de 2004 et vise à interdire "la diffusion par tout moyen de contenu concernant la déviation du sexe et du genre assigné à la naissance, ou la glorification du changement de genre et de l'homosexualité".

Le projet de loi stipule que le sexe et le genre d'un enfant sont établis à la naissance par le médecin en charge de l'accouchement. De plus, le sexe et le genre attribués peuvent être masculins ou féminins.

Le projet de loi accorde également aux parents le pouvoir exclusif de décider si leurs enfants reçoivent ou non une éducation sexuelle, car ils peuvent refuser de laisser leurs enfants participer à des cours d'éducation sexuelle à l'école.

 

Le projet de loi a été rédigé par sept députés de l'Union démocratique hongroise en Roumanie - UDMR (Zakarias Zoltan, Kulcsar-Terza Jozsef, Benedek Zacharie, Seres Denes, Konczei Csaba, Biro Rozalia-Ibolya et Gal Karol). Les initiateurs ont déclaré s'être inspirés d'une législation similaire adoptée en juin 2021 par le Parlement hongrois.

Dans une interview accordée à Europa Liberă l'année dernière, le député UDMR Zoltan Zakarias, qui est également le chef du PPMT (Parti Populaire Hongrois de Transilvanie), a déclaré : "La propagande LGBT n'a pas sa place dans les jardins d'enfants ou les écoles. Les enfants ne devraient pas être informés sur la communauté LGBT à l'école. Nous ne voulons pas que les militants LGBT de diverses ONG puissent diffuser cette propagande dans les écoles. Si les parents acceptent qu'un enfant participe à ces manifestations, c'est son droit. Vous avez besoin du consentement des parents. Empêchez les enfants de participer à ces événements sans le consentement de leurs parents."

 

En réalité, l'adoption de ce projet de loi affecte plus que le programme scolaire, car il a le potentiel d'éliminer toute mention positive de la sexualité non hétéronormative et/ou de l'identité de genre dans les médias et la publicité si elle est considérée comme quelque chose que les enfants pourraient voir. De plus, les organisations LGBTIQ+ pourraient avoir du mal à poursuivre leurs activités et la Pride Parade annuelle pourrait également être annulée.

Les ONG LGBTIQ+ MozaiQ et Accept Romania ont toutes deux mis en garde contre les graves conséquences d'une telle loi, exhortant les législateurs à ne pas l'adopter.

« L'association MozaiQ maintient fermement sa position contre cette proposition législative qui viole complètement non seulement la dignité des personnes LGBTI en Roumanie, mais aussi le droit à la liberté d'expression et le droit d'un enfant à accéder à une éducation non discriminatoire. (...) Nous appelons la Chambre des députés à faire preuve de responsabilité et de bon sens et à rejeter toute proposition législative visant à diaboliser et marginaliser la communauté LGBT. Nous continuons également d'encourager le Parlement à atteindre les objectifs de la stratégie d'égalité LGBTIQ dès que possible », a écrit MozaiQ sur sa page Instagram.

 

 

Par Maia Van Kline

 

 

 

 

source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale