LE PSD veut conserver en RO les réserves d’or de la banque centrale

Par Grégory Rateau | Publié le 04/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 04/03/2019 à 07:04
Photo : Pixabay
PSD réserves d’or de la banque centrale Roumanie

Liviu Dragnea, dirigeant du Parti social-démocrate (PSD) et le sénateur Şerban Nicolae, ont tous les deux présenté un projet visant à modifier la loi sur le statut de la Banque nationale de Roumanie (BNR). Selon le projet, 95% des réserves d’or de la banque devraient être conservées dans le pays.

 



Cela signifie que la Roumanie devrait rapatrier l'essentiel de l'or qu'elle détient à la Banque d'Angleterre (61 tonnes sur un total de 104 tonnes, selon Profit.ro). Les auteurs de la loi, cités par Profit.ro, affirment que cette mesure permettrait d'économiser environ 0,3 million d'EUR de frais par an, tandis que la banque centrale affirme que le coût du maintien de l'or à l'étranger est d'environ 0,3 million de RON (64 000 EUR).



«En dehors des réserves constituées, la Banque nationale de Roumanie peut déposer de l’or à l’étranger exclusivement dans le but d’obtenir des revenus des transactions et autres opérations spécifiques. Les dépôts d'or établis par la BNR à l'étranger ne peuvent dépasser 5% de la réserve totale d'or », selon un article du projet cité par Adevarul.



Le même projet établit que la BNR maintient ses réserves à un niveau suffisant pour les transactions extérieures de la Roumanie. Si les réserves risquent de diminuer, la BNR présente au Parlement et au gouvernement un rapport sur les causes de la situation des réserves, ainsi que des recommandations pour y prévenir ou y remédier.



Le projet est enregistré pour être débattu au Sénat dans le cadre d'une procédure urgente.



L'évolution de l'économie roumaine au cours des dernières années est positive, «avec une croissance constante, solide et durable, une inflation modérée, dans des limites raisonnables et une stabilité prévisible de la monnaie nationale». Dans ces circonstances, la politique de la BNR en matière d'établissement et de gestion de l'or des réserves peut changer, ont expliqué les initiateurs du projet.



"Rien dans la situation économique de la Roumanie ne justifie de conserver une telle quantité d'or en tant que réserve à l'étranger, avec les coûts associés à ne pas négliger, lorsque cette réserve peut être conservée et complétée en conséquence dans des dépôts dans le pays", selon les dirigeants du PSD.
 


Conserver de l'or dans des dépôts à l'étranger ne serait pas nécessairement interdit, mais «limité quantitativement et subordonné à l'obtention de revenus provenant d'opérations de transaction et d'autres opérations spécifiques».



Mugur Isărescu, directeur de la BNR, a expliqué que les réserves sont conservées dans des comptes. «On m'a accusé de garder les réserves à l'étranger. Comme si c'était moi qui les gardais, comme s'ils étaient à moi. Où voulez-vous que nous les gardions? Ce sont des réserves internationales; Pensez-vous que les euros et les dollars sont conservés dans les sous-sols de la BNR? Ils sont gardés dans des réserves ».



À la fin de janvier 2019, les réserves internationales de la Roumanie (devises et or) s’élevaient à 35,765 milliards d’euros, contre 36,8 milliards à la fin de décembre 2018. Les réserves d’or étaient de 103,7 tonnes et étaient évaluées à 3,843 milliards.



La BNR conserve une partie de sa réserve d’or à la Banque d’Angleterre, le deuxième plus grand dépositaire d’or au monde, après la Réserve fédérale de New York. Le dernier transfert d'or à la Banque d'Angleterre a eu lieu avant la crise financière internationale. La BNR conserve également de l'or dans ses coffres-forts, à son siège situé dans le centre-ville de Bucarest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/node/387968

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale