INSTITUT FRANÇAIS BUCAREST- Histoires de Roms, perspective européenne

Par Institut Français de Roumanie | Publié le 14/10/2019 à 00:00 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
Histoires de Roms institut français de bucarest roumanie culture

Le cycle de projections suivies de débats que propose l’Institut français de Bucarest cet automne 2019 ouvre la discussion sur des parcours de vie souvent marqués au départ par la misère, mais dans lesquels l’espoir d’une vie meilleure est toujours présent, et qui témoignent des effets concrets de la solidarité.

 

 


Chacun cherche des voies d’insertion dans une Europe globalisée et en pleine mutation économique. Parmi ceux qui partent sur les chemins européens, il y a des Roms, qui subissent souvent une stigmatisation sociale forte. Comment peuvent-ils trouver une vie meilleure pour leurs enfants ? Quels espoirs apportent l’école, la formation, les arts ? Le mariage est-il une solution ou un mirage ? Quels rêves peut avoir un enfant vivant dans une situation d’extrême pauvreté ?
Sans jamais apporter de réponses toutes faites, les trois films que nous vous proposons – deux documentaires et un long métrage de fiction – contribueront à changer notre vision et à nous faire oublier nos clichés.

Autour de ces Histoires singulières de Roms, l’Institut français donnera la voix à des experts roumains, à des militants de la société civile et au public, pour  parler de la place de la minorité Rom dans l’Europe d’aujourd’hui.  

Les projections seront toutes suivies d’un débat (traduit en roumain et en français).
Prix d’entrée des films 15 lei (sauf le 18 novembre, entrée libre)

 

Le lundi 14 octobre (à 19 h)
« 8 Avenue Lénine, heureuse comme une Rom en France » de Valérie MITTEAUX et Ana PITTOUN – Documentaire – France – 2018 (1 h 41).
En français avec ST roumain

8, avenue Lénine est un documentaire qui conte l’histoire de Salcuta Filan et de ses deux enfants, Denisa et Gabi. Une famille rom roumaine qui vit en banlieue parisienne depuis 15 ans et que les réalisatrices ont suivi pendant toutes ces années. Un parcours de vie pour se trouver un avenir, une femme qui se bat malgré tous les problèmes qu’elle rencontrer. En tant qu’Européenne, Salcuta a choisi : chez elle, c’est en France.    
Première projection en Roumanie.
Débat avec les deux réalisatrices et un panel.

 

Le lundi 28 octobre (à 19 h)
« Toto et ses sœurs » de Alexander Nanau – Documentaire – Roumanie – 2014 - 1 h 34.     En roumain avec ST anglais

Au cœur d’une famille rom en pleine désintégration, dans un quartier de Bucarest, émerge la figure de Totonel, 10 ans, dit Toto. Avec passion il apprend à lire, écrire et danser. Surtout danser et gagner le grand concours de Hip Hop. Au milieu du chaos ambiant, ses deux sœurs essayent de maintenir le mince équilibre de la famille. Le récit cinématographique d’Alexander Nanau enregistre sans pose, à hauteur d’Homme, la vie de Toto et de cette famille qui manque de tout, sauf d’humour et d’amour.
Projection d’un court métrage réalisé par Toto (2018)
Débat avec les protagonistes du film

 

Le lundi 18 novembre (à 19 h) Soirée spéciale Alina Serban
« Seule à mon mariage » de Marta Bergman – Drame – Belgique – 2019 (2 h01)    
En Roumain et français (VO)

Pamela, jeune Rom insolente, spontanée et drôle, s’embarque vers l’inconnu, rompant avec les traditions qui l’étouffent. Elle arrive en Belgique avec trois mots de français et l’espoir d’un mariage pour changer son destin et celui de sa fille.
Projection d’un court-métrage inédit d’Alina Serban (first cuts) et d’une rétrospective de ses 10 ans de carrière
Débat en présence d’Alina Serban

 

Lien des évènements : https://www.facebook.com/events/405654390096802/

 

institut français roumanie

Institut Français de Roumanie

Placé sous la tutelle du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, l’Institut français est un centre de ressources et un lieu d’échanges culturels, agissant sous l’autorité de l’Ambassade de France en Roumanie
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale