COVID-19 - La Roumanie pourrait retarder les mesures de relaxation

Par Grégory Rateau | Publié le 23/06/2020 à 00:00 | Mis à jour le 23/06/2020 à 00:00
coronavirus roumanie différe étape relaxation pandémie

La situation épidémiologique pourrait contraindre les autorités roumaines à différer la prochaine étape de relaxation, prévue pour le 1er juillet, a déclaré le chef du Département des situations d'urgence (DSU) Raed Arafat à la chaîne de télévision Digi24.

 



"Il est possible de reporter la prochaine phase de relaxation. C'est possible, et ce n'est pas exclu du tout", a déclaré Arafat.

Il a expliqué qu'il y a une inquiétude croissante concernant l'évolution du nombre d'infections, étant donné que, dans la deuxième phase de relaxation, les gens ne suivent plus les règles comme ils l'ont fait dans la première phase.

Il a déclaré que la transmission est déjà assez élevée et qu'elle pourrait s'accélérer après que de nouvelles mesures de relaxation soient autorisées.

"Nous avons été clairs - nous pouvons revenir à la normale telle que nous la connaissons avant l'épidémie, uniquement lorsque nous avons un vaccin, un traitement ou lorsque le virus infecte un pourcentage élevé de la population [offrant une immunité]", a souligné Arafat.

Le représentant de la Roumanie auprès de l'Organisation mondiale de la santé, Alexandru Rafila, a souligné que le nombre de cas de coronavirus en Roumanie avait doublé la semaine dernière par rapport au précédent.

Il a attiré l'attention sur l'observation des mesures sanitaires nécessaires pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation.

Le pourcentage de cas positifs s'est stabilisé à 3% [des tests], par jour, contre 1 à 1,5% comme nous l'avions il y a 3-4 semaines, a-t-il averti. Le pourcentage a atteint 5% le 21 juin, lorsque 315 nouveaux cas ont été enregistrés.

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale