Le certificat vert comme condition pour atteindre les objectifs de vaccination

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 02/11/2021 à 00:00 | Mis à jour le 03/11/2021 à 10:53
Le certificat vert comme condition pour atteindre les objectifs de vaccination

Si la loi prévoyant l'introduction du certificat vert pour certaines catégories professionnelles ne passe pas le vote du Parlement, il est peu probable que le pays atteigne l'objectif de vacciner 70% de la population d'ici la fin de l'année, selon Valeriu Gheorghiță, le coordinateur de la campagne de vaccination contre le Covid-19 (Digi24).

Lorsqu'on lui a demandé si l'objectif serait atteint si la loi sur le certificat vert pour plusieurs catégories n'obtenait pas le vote du Parlement, il a répondu : "probablement pas, et il sera difficile d'atteindre cette couverture vaccinale dans les prochains mois".

 

Le rythme de vaccination diminue en Roumanie

La Roumanie a connu une augmentation du nombre de personnes vaccinées après l'introduction de l'exigence d'avoir le certificat vert pour accéder à certains lieux et événements publics et alors que le nombre de cas de Covid-19 a atteint des niveaux records. Un pic de 110.000 personnes recevant quotidiennement leur première dose du vaccin Covid-19 a été signalé le 25 octobre, mais le nombre quotidien de personnes vaccinées a diminué au cours des derniers jours. Le 28 octobre, 90.950 personnes ont reçu la première dose, le 29 octobre - 82.174, et le nombre est tombé à 41.196 le 31 octobre, un dimanche, lorsque moins de doses sont généralement administrées. Le 31 octobre, plus de 7 millions de personnes avaient reçu la première dose et 6.298.197 étaient complètement vaccinées, soit environ 37 %.

Gheorghiță a qualifié la baisse de 110.000 par jour à 82.000 d'importante et a déclaré que « ce n'est que grâce à un effort au niveau de l'ensemble de la société que nous pourrons dépasser le taux de vaccination de 70 % d'ici la fin de l'année ». Cela signifierait qu'au moins 80.000 personnes reçoivent leur première dose chaque jour.

 

Le certificat vert pour relancer la campagne de vaccination

« Au cours des deux prochains mois, nous devrions vacciner 4,8 millions de personnes supplémentaires avec au moins une dose et, de cette manière, atteindre 12 millions de personnes vaccinées. Bien sûr, avec une seule dose, mais c'est important car quelqu'un qui a reçu la première dose achèvera le schéma de vaccination, et l'impact de la cinquième vague sera considérablement réduit », a-t-il expliqué.

Gheorghiță a également donné l'exemple des pays d'Europe occidentale et septentrionale où le passe sanitaire pour le Covid-19 a été introduit alors que les taux de vaccination stagnaient autour de 50-60%, et le nombre atteignait plus de 80 ou 90%.

« La mise en place du certificat numérique donnera de la prévisibilité pour maintenir ouvert tout un ensemble d'activités, avec un minimum de risques du point de vue épidémiologique, si ces certificats numériques sont vérifiés, et qu'ils appartiennent bien à la personne qui les présente. Le paquet législatif doit être bien fait pour que la personne présentant le certificat puisse être identifiée comme le véritable propriétaire. Les contrôles sont importants », a-t-il expliqué.

 

Le certificat vert rejeté par le Sénat

La semaine dernière, le projet de loi sur le certificat vert n'a pas été approuvé par le Sénat. La loi a ensuite été transmise à la Chambre des députés, la chambre de décision.

Les autorités ont décidé d'ouvrir plusieurs centres de vaccination à Bucarest de manière prolongée pendant le week-end jusqu'à minuit et jusqu'à la fin de l'année pour accroître l'accès à la vaccination. Gheorghiță a déclaré avoir suggéré des mesures similaires dans toutes les grandes villes du pays.

 

source

Sur le même sujet
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale