TEST: 2245

75000 enfants roumains ont des parents travaillant à l'étranger

Par Grégory Rateau | Publié le 20/05/2021 à 00:00 | Mis à jour le 20/05/2021 à 00:00
Petite fille seule en Roumanie

Au total, 75 136 enfants en Roumanie avaient au moins un parent travaillant à l'étranger à la fin de 2020, selon les statistiques officielles citées par l'organisation Save the Children Roumanie. Ce chiffre ne comprend que les enfants dans les registres des services sociaux publics.

 

Selon la même source, plus de 22 600 enfants avaient leurs deux parents travaillant dans un autre pays ou venant de familles où leur seul parent était parti à l'étranger.

Les chiffres ont été présentés mardi 18 mai lors d'un débat organisé par Save the Children Roumanie en partenariat avec le ministère du Travail et de la Protection sociale. La conférence s'est concentrée sur la protection sociale des enfants dont les parents travaillent à l'étranger, phénomène social des 30 dernières années en Roumanie.

«Un enfant sur trois dont les parents travaillent à l'étranger est privé de soins parentaux en raison du départ du seul parent ou des deux. Une autre triste réalité est que le phénomène des parents qui quittent leurs enfants est le plus élevé dans les régions les plus pauvres de Roumanie », a déclaré la ministre du Travail Raluca Turcan.

«Il est clair que nous ne pouvons plus retarder le changement des politiques publiques pour les orienter vers un réel soutien aux personnes vulnérables. La seule façon de les aider est de mettre sur pied des services sociaux intégrés, car nombre de ces enfants ont besoin d'être soutenus non seulement psychologiquement, mais guidés pour se trouver un chemin dans la vie; ils ont besoin d'un soutien psychologique, de conseils éducatifs, de conseils en matière d'emploi ultérieurs, mais aussi de services médicaux et sociaux », a-t-elle ajouté.

Selon l'analyse menée par Save the Children début mai 2021, sur un échantillon de 700 enfants dont les parents sont à l'étranger, 4% ont des parents absents depuis moins d'un an, 32% depuis trois ans, 37% pour une période de quatre à six ans, 18% pendant sept à neuf ans et 9% pendant plus de 10 ans.

Selon Save the Children, la pandémie a rendu plus difficile encore pour que les enfants et les parents puissent se voir. Avant la crise sanitaire, 2% des parents retournaient au pays au moins une fois tous les deux ans ou moins, 32% une fois par an, 29% deux fois par an et seulement 20% trois fois par an ou plus. Dans le même temps, 7% évoquent une situation différente, la plupart du temps liée à la rupture du lien avec les enfants restés dans le pays. En mars 2020, pour 46% des parents, la fréquence des retours au pays était plus faible.

Les parents travaillant à l'étranger communiquent quotidiennement avec 26% des enfants, deux / trois fois par semaine avec 36% des enfants, une fois par semaine dans 23% des cas, une fois toutes les deux semaines dans 4% des cas, une fois par mois dans 5% des cas, moins d'une fois un mois avec 3% des enfants, et pas du tout dans 5% des cas. Plus de la moitié des enfants parlent à leurs parents au téléphone, 19% utilisent un ordinateur ou une tablette et 24% utilisent les deux options.

Save the Children Roumanie a lancé une campagne d'information et de sensibilisation du public sur les effets néfastes de ce phénomène. En outre, l'organisation a également déclaré qu'elle étendrait à cinq autres régions ses efforts pour protéger les enfants dont les parents travaillent à l'étranger, pour inclure un total de 18 régions.

 

 

 

 

 

 

Source

Sur le même sujet
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale