TEST: 2245

ESCAPADES - Guide Vert Michelin: Sur les traces de Constantin Brâncuși

Par Escapades en Roumanie | Publié le 26/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 29/10/2018 à 07:01
Brancusi-Poarta_sarutului-Targu_Jiu

Votre Guide Vert Michelin vous propose ce mois-ci, un voyage sur les traces du sculpteur roumain, de renommée internationale, Constantin Brancusi.

 

Située sur le Plateau Getic (dans la Dépression de Târgu Jiu), la localité de Târgu Jiu a été mentionnée pour la première fois en 1406, dans un document signé par le voïvode Mircea cel Bătrân. En 1597, sous le règne de Michel le Brave (Mihai Viteazul), Târgu Jiu fut mentionnée comme ville. Evoluant rapidement, on y a construit d’imposants bâtiments et églises pendant les XVIIIe et XIXe siècles, commandés par des boyards et des dignitaires de l’État.

 

targu-jiu-brancusi

 

Târgu Jiu a été la résidence de nombreuses personnalités marquantes de l’histoire de la Roumanie, telles que: les frères Buzești, Tudor Vladimirescu (chef de la Révolution de 1821), Gheorghe Magheru et Christian Tell (chefs de la Révolution de 1848), Ecaterina Teodoroiu (« l'Héroïne de Jiu » pendant la Première Guerre Mondiale), ou encore le commissaire Ioan C. Popilian (héros des batailles d’octobre 1916).

Au XIXe siècle, continuant son développement économique, la ville attire des hommes politiques et des intellectuels de renom, devenant ainsi un centre de rayonnement culturel et artistique. La première imprimerie du comté de Gorj, la première représentation théâtrale du comté (1834), le premier magazine scolaire du Royaume (1895), sont parmi les initiatives culturelles innovatrices qui se sont déroulées ici.

Mais, la personnalité la plus célèbre de la ville, qui s’est distinguée par son génie artistique, en marquant le domaine de la sculpture dans le monde entier, est Constantin Brâncuși.

 

Targu-Jiu-Brancusi

 

« L'art n'est pas un hasard », avait-il écrit dans son carnet de croquis qu'il gardait pendant ses études. Cette formule va illustrer sa carrière artistique, depuis son départ du pays à 28 ans (en 1904), direction Paris, où il arriva sans « d’autres moyens que les connaissances acquises » durant ses études en Roumanie, jusqu’à la création de son chef-d’œuvre, l’Ensemble Monumental  « La Voie des Héros » de Târgu Jiu.

Cet ensemble sculptural, inauguré le 27 octobre 1938, représente un hommage aux victimes de la Première Guerre Mondiale. S'étendant sur une distance de 1250m, l’ensemble commence sur la rivière de Jiu (sur les bords de laquelle une bataille a eu lieu en Octobre 1916), continue le long d'une allée du Parc Central, et traverse la ville, atteignant une petite dénivellation vers l’Est. Une Table avec 12 tabourets en forme de sabliers (La Table du Silence), une allée bordée par des chaises, une Porte (La Porte du Baiser), une Eglise et une Colonne (la Colonne sans Fin) composent l'ensemble de symboles sculpturaux créés par l’artiste.

 

Targu-Jiu-Brancusi

 

Etant de nature assez discrète, Brâncuși n’aimait pas donner des explications concernant ses œuvres, et préférait dire que « lorsqu’on se trouve dans le domaine de la beauté, on n’a pas besoin d'explications », mais il décrivait cet ensemble ainsi:

« Une allée qui partirait du digue de Jiu, endroit qui évoque les actes de bravoure des citoyens de Gorj, passerait sous un portail qui, à l'avenir, marquerait l'entrée dans le jardin public ; pour, en continuant vers l'église en cours de rénovation, s’achever - cette voie qui porterait même le nom de la Voie des Héros - au monument de la Reconnaissance, matérialisée par une colonne haute d'environ 29 mètres, qui s’élèverait sans fin, tout comme notre reconnaissance doit s’élever ».

 

Targu-Jiu-Brancusi

 

Le Monastère de Tismana

En partant de Târgu Jiu, à 36 km vers l’Ouest, toujours dans le comté de Gorj, vous pourrez découvrir le Monastère de Tismana – un des plus vieux établissements monastiques de la Valachie. Le monastère a été construit au XIVe siècle par Saint Nicodème (Sfântul Nicodim) avec l’aide du voïvode Vladislav Ier. L’église actuelle du monastère fut bâtie par le voïvode Radu Ier (frère de Vladislav Ier), mais la construction de l’ensemble monastique fut achevée par ses fils : les voïvodes Dan Ier et Mircea cel Bătrân, à la fin du XIVe siècle. Au fil du temps, plusieurs voïvodes ont contribué à l’agrandissement et à la rénovation du monastère.

 

Tismana-eglise-Gorj

 

Cet espace, représentant un symbole très important de l’orthodoxie roumaine, a joué aussi un rôle stratégique dans l’histoire de la région. Pendant la Révolution de 1821, Tudor Vladimirescu avait utilisé ce domaine pour établir son quartier général, tandis que, pendant la Seconde Guerre Mondiale, on raconte que la Banque Nationale de Roumanie aurait caché son trésor dans une grotte près du monastère.

Vous pouvez également visiter le Musée du Monastère qui comprend une importante collection d’objets religieux.

 

 

Le Monastère de Polovragi

Situé au Nord-Est de Târgu Jiu, le Monastère de Polovragi a été construit au XVIe siècle par Radu Comisul et Pătru Spătaru (les fils du boyard de Valachie, Danciul Zamona).

Le monastère, auquel vous pouvez accéder par le superbe portail en bois sculpté, comprend une église principale et une chapelle (Sf. Nicolae). L’église actuelle (de style byzantin) a été construite en 1643 par Danciu Pârâianu avec l’aide du voïvode Matei Basarab qui la mentionne pour la première fois dans un document signé en 1648.

La peinture de l'église, de tradition byzantine, a été réalisée pendant le règne du voïvode martyre Constantin Brâncoveanu, dans les années 1698 et 1705, par les premiers peintres sortis de l’école "scoala brancoveneasca" de Hurez. Durant la même période historique, ont lieu des travaux de rénovation et d’agrandissement du monastère. 

Près du monastère, dans les montagnes Căpățâna, à 670 m d’altitude, vous pouvez visiter aussi la Grotte de Polovragi, après avoir parcouru les Gorges d’Olteț (Cheile Oltețului). Liée aux Daces et à leur dieu, Zamolxe, cette grotte a représenté un lieu de refuge pour les habitants de la région, ce dont témoignent encore aujourd'hui les symboles et les vestiges s'y trouvant.

 

 

Le Monastère de Horezu

Le Monastère de Hurezi ou Horezu, situé dans le comté de Vâlcea, est considéré comme un des plus beaux monastères bâtis par le voïvode martyre, Constantin Brâncoveanu, entre 1690 et 1693, et représente son « testament de pierre et de foi ».

L’ensemble représente un symbole du style architectural Brâncovenesc, étant inclus dans le patrimoine de l'Unesco. A l’époque, le monastère a été un centre de développement artistique et culturel, comprenant une importante école de métiers (peinture et sculpture) et une vaste bibliothèque.

Le monastère comprend l’église principale (de plan trilobé, avec des ornements appartenant à la néo-Renaissance roumaine, et dont la peinture est de style byzantin), les ermitages, ainsi que la chapelle et les hébergements monastiques.

Vous pouvez aussi visiter le Musée du Monastère qui comprend plusieurs œuvres de grande valeur datant du XVIIe et du XVIIIe siècles.

 

A ne pas manquer :

  1. Le superbe Défilé du Jiu (le Parc National du Défilé du Jiu) ;
  2. Le Monastère de Lainici ;
  3. La ville de Horezu avec sa tradition de céramique peinte.

 

 

Pour les arrêts nécessaires nous vous recommandons :

Hébergement/Restauration: Conacul lui Maldăr, Măldărești (à 1,5 km au sud d’Horezu par la route 65C, dir. Craiova), Horezu; Castania, Poiana Mânăstirii, Polovragi; Pensiunea Antique, B-dul C. Brâncuși nr. 33, Târgu Jiu.  

 

Pour plus de suggestions, ainsi que pour calculer votre itinéraire consultez le Guide Vert Michelin Roumanie et les sites Internet: https://voyages.michelin.fr/ et https://www.viamichelin.fr/.

 

Equipe édition et photos:

Andra-Florentina Ostafi

Mihnea-Cristian Popa 

Raluca-Elena Iarca

Theodor Cepraga

 

Plan de Région : Cartographie M

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale